Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Imprimer

[#CONSOLAB] [MAGASIN] | #Marks & #Spencer contraint d'accélérer sa #réorganisation | @LES ECHOS

DE ALEXANDRE COUNIS | LES ECHOS | http://bit.ly/2z0cdza

#Marks & #Spencer contraint d'accélérer sa #réorganisation

L'enseigne britannique, dont les profits ont baissé pour le deuxième semestre consécutif, va réduire le rythme de ses ouvertures de magasins consacrés à l'alimentaire.

Plus vite, plus fort. Marks & Spencer a annoncé mercredi une accélération de son plan de redressement, après avoir essuyé le deuxième recul consécutif de son bénéfice au premier semestre. Même s'il est supérieur aux attentes des analystes, le résultat avant impôts et éléments exceptionnels de mars à septembre fléchit de 5,3 % par rapport à la même période de l'an dernier, à 219,1 millions de livres (248,1 millions d'euros).

L'occasion pour le nouveau président, Archie Norman, connu pour avoir sauvé les supermarchés britanniques Asda de la faillite avant de les revendre à Wal-Mart en 1999, d'imprimer sa marque sur le groupe. Et d'imposer son rythme à son directeur général, Steve Rowe, dont le plan de réorganisation lancé il y a un an était jugé par certains trop timoré.

Dans l'habillement-habitat, d'abord. Les ventes ont reculé de 0,1 % à périmètre comparable au deuxième trimestre, après une baisse de 1,2 % sur les trois mois précédent. L'enseigne britannique compte rationaliser ses surfaces de vente plus vite que prévu, alors qu'au moins 30 boutiques de vêtements doivent être fermées et 45 autres relocalisées ou réduites sur cinq ans. Dans ce secteur qui pèse depuis longtemps sur ses résultats, Marks & Spencer s'efforce depuis plus d'un an de simplifier son offre, de booster les ventes en ligne (pour en porter la part à un tiers du total) et de réduire le coût de sa chaîne d'approvisionnement.

Dans l'alimentation, ensuite. Le chiffre d'affaires recule de 0,1 % sur le semestre hors ouverture de nouveaux magasins et risque de souffrir encore, les consommateurs britanniques étant soumis à une double contrainte : les salaires réels ont cessé d'augmenter et la chute de la livre liée aux incertitudes sur le Brexit a commencé attiser l'inflation .

2017-11-14_10h00_18.png

L'enseigne s'attend à une détérioration de ses marges brutes plus importante que prévu sur l'exercice. Elle a donc décidé de ramener de 90 à 80 le nombre d'ouvertures de magasins Simply Food (consacrés à l'alimentaire) prévues sur 2017-2018. « Nous reconnaissons que nous faisons face à de forts vents contraires dans l'alimentaire, auxquels nous allons nous attaquer dans l'année à venir », a promis Steve Rowe

Écrire un commentaire

Optionnel