Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Promise [Conso Blog]

  • Imprimer

    [CONSO LAB] [STRATEGIE] | #Cdiscount, #Chronopost déploie la #livraison le #dimanche | @LSA

    FROM CLOTILDE CHENEVOY | LSA | http://bit.ly/2hcjArs

    #Cdiscount, #Chronopost déploie la #livraison le #dimanche

    La filiale de livraison express de la Poste lancera le 19 novembre prochain un service de livraison le dimanche dans 1 000 villes en France. Ce déploiement fait suite au test mené pendant un an avec l’e-commerçant Cdiscount sur deux départements (75 et 92).

    « Proposer une livraison sur-mesure aux clients ». Voici le saint-Graal pour Chronopost et dans cette quête, le spécialiste de la livraison express rajoutera prochainement un service de livraison le dimanche entre 9h et 13h. Un service unique en France précise le prestataire logistique. Plus précisément, 1 000 villes seront desservies le dernier jour de la semaine à partir du 19 novembre. Chronopost couvrira toute l’Ile-de-France et 14 grandes villes françaises. Autrement dit « 50 % de l’Hexagone sera couvert et nous verrons en fonction des retombées si nous élargissons les zones desservies, indique Frédéric Bernard, directeur de l’expérience client. Nous ciblons 10 000 livraisons le dimanche la veille de Noël en 2017, puis 15 000 par dimanche en rythme de croisière. »

    Chronopost est déjà en discussion avec de nombreux distributeurs, le responsable soulignant qu’il y a « très clairement un engouement fort car le transport est clé dans l’acte d’achat. » D’après une étude menée en janvier dernier pour Chronopost, 92,57 % des clients passant une commande sur Internet le vendredi aimeraient avoir le choix entre une livraison le samedi ou le dimanche.

    Cdiscount, Chronopost, livraison, dimanche

    Avant ce déploiement, Chronopost a éprouvé le service avec l’e-commerçant Cdiscount sur les départements de Paris et des Hautes-Seine. Pierre-Yves Escarpit, directeur des opérations, n’a pas divulgué de chiffres précis, soulignant juste que « le test a été très positif. L’appétence des clients est forte et les retours qualité sont bons. La livraison le dimanche n’est pas utilisée pour une typologie de produits en particulier, plutôt par une typologie de personnes. Et les commandes ne sont pas forcément passées en urgence, les clients choisissant le dimanche pour s’assurer qu’ils seront à domicile. »

    Pour l’e-commerçant, la livraison un jour supplémentaire se révèle hautement stratégique : « nous devons proposer des créneaux de livraisons le plus large possible. Nous proposions déjà des livraisons le dimanche avec notre filiale CChezVous pour les produits encombrants. Avec Chronopost, 90 % des références sont éligibles à cette livraison. Le coût commence à partir de 12,90 euros et c’est gratuit pour les abonnés Cdiscount à Volonté. » L’abonnement étant vendu à 19,90 euros pour se démarquer de la concurrence, Cdiscount espère bien enrôler de nouveaux consommateurs.

    [LIRE LA SUITE]

  • Imprimer

    [CONSO LAB][DISTRIBUTION] | La #grande #distribution a tiré la consommation de produits #bio | @Challenges

    FROM CHALLENGES | http://bit.ly/2feltqN

    La #grande #distribution a tiré la consommation de produits #bio

    La consommation de produits bio en France a progressé de 14% au premier semestre 2017, une croissance tirée pour la première fois par la grande distribution, selon les données publiées vendredi 15 septembre par l'Agence Bio.

    Au premier semestre, les Français ont consommé pour 500 millions d'euros de plus qu'au cours des six premiers mois de 2016, essentiellement dans les rayons fruits et légumes (+20%) et épicerie (+20%) ainsi que les boissons non alcoolisées (+30%), a précisé l'Agence Bio. Cette agence pour le développement et la promotion de l'agriculture biologique structure depuis 2001 tous les acteurs de la filière, de la fourche à la fourchette en passant par les acteurs institutionnels.

    Grande distribution, bio

    Sur l'ensemble de l'année 2016, le marché total des produits bio en France s'était élevé à plus de 7 milliards d'euros, restauration hors domicile comprise. "Depuis deux ans, la croissance était tirée par les magasins spécialisés, et la répartition a changé cette année car c'est la grande distribution qui a le plus tiré la consommation" a indiqué Florent Guhl, directeur de l'Agence lors d'une conférence de presse.

  • Imprimer

    [CONSO LAB] [DISTRIBUTION] | #Alibaba Opening Physical #Mall in #China | @MarketRealist

    FROM NAOMI GRAY | MARKET REALIST | http://bit.ly/2vW7Rn5

    #Alibaba Opening Physical #Mall in #China

    Alibaba (BABA) is building its first China-based physical mall, according to a report in China’s finance newspaper Caixin. Operating a physical mall would be a significant step in Alibaba’s efforts to blur the line between online and offline trade.

    Alibaba’s opening of a physical mall would also highlight the growing importance of physical locations to e-commerce companies. Amazon (AMZN), an Alibaba rival, has also been working to expand its physical store footprint. It has opened several physical bookstores and localized order collection hubs. The acquisition of Whole Foods Market is expected to further expand its physical store presence.

    Alibaba, Mall, China

    Whole Foods, which Amazon acquired for $13.7 billion to bolster its push into grocery, operates 460 stores. The upcoming Alibaba mall, to be called More Mall, will sit on a two-acre plot. The More Mall could open in April 2018. Like Amazon, Alibaba is eyeing the grocery market as it seeks to diversify its product offering and expand its market share. Alibaba’s China retail sales rose 57.0% to 36.7 billion yuan, as shown in the above chart.

    As part of its grocery push, Alibaba runs a grocery concept under the Hema brand. The More Mall is expected to bolster Alibaba’s expansion into the grocery industry. In their grocery push, e-commerce providers are realizing that physical stores are indispensable. Amazon is battling for a share of the more than $800.0 billion US (SPY) grocery market against the likes of Walmart (WMT), Costco (COST), and Kroger (KR).

  • Imprimer

    [CONSO LAB] [WEBSITE] | #Starbucks Closing #Online Store To Focus On #Mobile Technology | @Forbes

    FROM RONALD HOLDEN | FROBES | http://bit.ly/2y92EcT

    #Starbucks Closing #Online Store To Focus On #Mobile Technology

    Starbucks, the global coffee giant, announced last month that it would close all 379 of its stand-alone Teavana stores. Now it is closing down its online store as well.

    The company's rationale for the move was covered in posts on Geekwire and on Business Insider. There was no public announcement from the Starbucks itself, other than a big "Sale" logo on the company website. The company will focus on its mobile ordering platform instead.

    Starbucks, Online, Mobile

    What does that mean? After October 1st, you will no longer be able to order beans, pods, aprons or mugs online. The Starbucks-branded products will still be available through a network of retail partners, including grocery stores and even Amazon.com. But it's clear, company officials said, that the retail environment is changing.

     

  • Imprimer

    [CONSO LAB] [DIGITAL] | #Facebook et #Amazon se lancent dans le #prospectus augmenté | @LSA

    FROM JULIE DELVALEE | LSA | http://bit.ly/2wYtRkW

    #Facebook et #Amazon se lancent dans le #prospectus augmenté

    Facebook vient de lancer un « lifestyle templates » sorte de catalogue en ligne. Amazon, de son côté, propose depuis cet été à ses abonnés Amazon Prime un réseau social sur lequel les internautes se mettent en scène avec des produits achetés sur le site. A chaque fois, l'achat est facilité en partant du visuel. Le début d’une nouvelle ère pour le prospectus ? 

    Quand le digital copie et adapte les bonnes recettes marketing des magasins physiques. Deux mastodontes des GAFA se lancent dans l’aventure du prospectus digital, chacun à leur façon. Dernier en date, Facebook a annoncé cette semaine dans la presse américaine l’arrivée d’un nouvel outil à la disposition de ses millions de membres, baptisé « Lifestyle templates »(Traduire : des modèles de style de vie). Le format s’inspire très largement de l'apparence d'un catalogue papier, relate Business Insider. Avec un avantage supplémentaire non négligeable : les internautes clients peuvent acheter directement à partir de ce prospectus en cliquant sur l’objet convoité. "Il y a des éléments que nous apportons à l'expérience qui est vraiment spécifique au mobile et à Facebook", rapporte Graham Mudd, directeur du marketing de monétisation chez Facebook, à Business Insider.

    Si cet outil a été très remarqué, le site de Zuckerberg n’est pourtant pas le premier à adapter le catalogue au numérique. Cet été, Amazon a lancé Amazon Spark, sorte d’Instagram où les membres d’Amazon Prime peuvent se prendre en photo avec des produits achetés sur le site. Les autres abonnés peuvent liker, commenter le produit et même cliquer dessus…. Pour se rendre sur la fiche produit. Une nouvelle façon de susciter l’achat en ligne, en partant là aussi d'un visuel mis en scène.

    Amazon, Facebook, prospectus

    En France, Bonial s’essaie déjà sur ce créneau. La filiale du groupe Axel Springer, leader en France, propose des prospectus digitaux et poussent les promotions les plus pertinentes selon les habitudes d’achat de ses abonnés. Dans une étude récemment menée pour mesurer la performance de son service, Bonial a assuré que les grandes surfaces alimentaires bénéficient de + 60 % de trafic supplémentaire grâce aux lecteurs de catalogues digitaux ; le discount alimentaire recueille quant à lui un passage en magasins supérieur de 53 %. Mais pourquoi copier le modèle du prospectus ?

    [LIRE LA SUITE]

  • Imprimer

    [CONSO LAB] [DISTRIBUTION] | #Lidl France monte en gamme avec le #voyage sur #Internet | @Challenges

    FROM CHALLENGES | http://bit.ly/2wrrovf

    #Lidl France monte en gamme avec le #voyage sur #Internet

    Après la collection de mode, une activité de voyages sur Internet. Lidl France poursuit sa stratégie de montée en gamme.

    Le distributeur Lidl France étend ses activités au secteur du tourisme, en lançant une plateforme de réservation de voyages sur internet, avec l'intention de devenir "très vite" rentable dans ce domaine. Cinq ans après sa sortie du hard-discount, la filiale française du géant allemand de la distribution voulait "ajouter une nouvelle corde à son arc", illustrant sa volonté de "monter en gamme et de devenir un supermarché comme un autre", a expliqué Michel Biero, l'un des dirigeants du groupe en France lors d'une conférence de presse mardi soir. Une annonce qui intervient alors que Lidl lance par ailleurs une collection de mode, mise en vente à partir du 18 septembre.

    Lidl, Voyage, Internet

    Lidl n'est en effet pas le premier distributeur français à vendre des voyages: Carrefour, Auchan et Leclerc disposent également d'une activité de vente de séjours et circuits touristiques depuis plusieurs années. Casino et Cora ont en revanche fini par abandonner ce secteur, faute d'avoir pu en dégager une rentabilité suffisante.

    Sans dévoiler ses objectifs chiffrés, M. Biero "espère que cette activité devienne rentable très vite". Pour cela, Lidl France compte notamment s'appuyer sur l'expertise de sa maison-mère, qui gère déjà "avec succès" des activités voyages dans plusieurs autres pays d'Europe (Allemagne, Autriche, Suisse, Italie, Pays-Bas...) depuis une dizaine d'années.

    L'offre Lidl France portera sur des séjours en France et à l'étranger, des circuits, des croisières, ou encore des offres de thalassothérapie ou sur les parcs d'attraction. Une centaine de destinations seront proposées en partenariat avec des tour-opérateurs connus (MSC pour les croisières, Top of Travel pour les séjours...).

    Notre objectif n'est "pas forcément de casser les prix, mais de "proposer des offres au meilleur rapport qualité/prix et au plus proche des attentes du marché français", a expliqué le dirigeant français. La spécificité résidera en revanche dans la mise en place d'offres éphémères "défiant toute concurrence" chaque semaine, à l'image d'un site de ventes-privées ou de ce que Lidl a déjà instauré sur certains produits non-alimentaires. Ces offres seront proposées à des prix de 30% à 50% inférieurs aux tarifs habituels.

    Autre différence par rapport aux autres distributeurs: l'activité voyages de Lidl France sera "100% digitale", pour répondre aux nouvelles habitudes de consommation, qui voient la réservation de séjours en ligne prendre une importance croissante. A l'exception de la boutique prestige sur les Foires aux vins, "il s'agit de nos premiers véritables pas sur le e-commerce" en France, a tenu à souligner M. Biero.