Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2- La presse en parle

  • Imprimer

    Les enjeux de la formation hybride : privilégier le made in local au "made in ailleurs"

    Fier et heureux de contribuer au débat sur la formation hybride dans le cadre de l'action souhaitée par le Gouvernement de relocalisation des savoir-faire en France et des changements associés au Monde l'après-COVID.  

    Avec mes deux coauteurs, Valérie Jourdan et Jean-Claude Pacitto, nous avons mené une grande enquête sur les besoins des entreprises, tant du point de vue des employeurs que des salariés, sur les besoins de la formation hybride. Ces résultats sont éclairants dans le cade du débat initié par Jean-Michel Blanquer lors de l'ouverture à Poitiers de la première université école-entreprise.

    Elle pointe en particulier du doigt deux inadaptations fortes, dont une est aggravée par la crise de la COVID et l'autre révélée par cette dernière.

    La première, c'est une inadéquation entre les formations proposées et les emplois disponibles. C'est cette inadéquation qui explique la rigidité actuelle dans le secteur de l'emploi : entre 800.000 et 900.000 offres d'emplois seraient actuellement non pourvues, alors que la France compte 3,5 millions de chômeurs (en catégorie A). 

    La deuxième, c'est la révolution introduite par la généralisation du télétravail. Il est peu probable que les entreprises reviennent à un mode d'organisation antérieure au COVID. Or la généralisation du travail à distance pose effectivement des questions sur les règles de savoir-être et de savoir-faire. Etre salarié en entreprise, comme nous le rappelons dans l'article, c'est, quelle que soit la fonction, adopter une posture, jouer un rôle, se plier à des règles différentes de celles du cercle familial. Comment les transposer dans un futur statut du "salarié à domicile" ?

    Enfin, nous pensons que l'enjeu de la formation hybride, c'est aussi la reconquête du savoir-faire local. L'Education Nationale et l'Enseignement Supérieur se sont trop souvent détournés de certaines formations, assurées en ordre dispersé par des Chambres Syndicales, des Syndicats Professionnels ou des Grands Groupes. Les métiers d'art, par exemple, demeurent des trésors en péril. Ce qui est préoccupant, dans une optique de relance économique, c'est la disparition du savoir-faire local au profit du "Made in Ailleurs". 

    [TELECHARGER L'ARTICLE COMPLET]

    @jean-claude pacitto @valerie jourdan @philippe jourdan #economie #savoir-faire #relocalisation #industrie #artisanat #croissance #france #metiers #universite #grandesecoles #educationnationale #enseignementsuperieur @jean-michel blanquer @agnes pannier-runacher

    Lire la suite

  • Imprimer

    #Promiseconsulting #Consolab : Déconfinement : les hôtels et campings attendent les touristes en mai

    Publié par France Info, le 29 Avril 2021

    Les réservations affluent dans les campings et les hôtels pour les ponts du mois de mai. Les Français pourront à nouveau se déplacer au-delà des 10 kilomètres à partir du 3 mai. 

    L’horizon s’éclaircit pour les professionnels du tourisme grâce aux ponts du mois de mai. Dans un camping d’Hyères, dans le Var, les 300 bungalows sont préparés pour accueillir les touristes. Les réservations s'enchaînent et le camping affiche 40% d'occupation avec une clientèle française, notamment parisienne, lilloise ou lyonnaise. Le 3 mai, les Français pourront à nouveau se déplacer au-delà des 10 kilomètres. Les envies de vacances se font sentir. 

    [LIRE LA SUITE]

  • Imprimer

    #Promiseconsulting #Consolab : "Nous souhaitons rouvrir avant l'Ascension", déclare le directeur général de l'Alliance du Commerce

    Publié par France Info, le 29 Avril 2021

    Le 12 mai "au plus tard", insiste Yohann Petiot car le mois de mai est un mois important pour le commerce et qu'il sera déjà tronqué. Emmanuel Macron compte préciser son calendrier de déconfinement vendredi 30 avril en accordant une interview à la presse quotidienne régionale. Les commerces connaîtront donc leurs conditions de réouverture. "C'est surtout une date dont nous avons besoin et nous espérons que cette date soit avant le week-end de l'Ascension", déclare Yohann Petiot, le directeur général de l'Alliance du Commerce, jeudi sur franceinfo.

    Malgré des échanges fréquents avec le ministère de l'Économie et des Finances, les commerçants n'ont eu aucune information concernant cette date. 

    [LIRE LA SUITE]

  • Imprimer

    Commmuniqué de presse : Vaccin russe SPOUTNIK V et COVID-19

    Vaccin russe SPOUTNIK V et COVID-19
    L’opinion des Français pour ou contre l’achat et l’utilisation du vaccin russe SPOUTNIK V dans le cadre de la campagne de vaccination française contre le COVID-19

    SONDAGE FLASH| EN LIGNE SUR MOBILE 03/04 Février 2021

    covid,russe,vaccin

    covid, russe, vaccin,cnews, bfm, tf1, lci, gouvernement, matignon, elysee

  • Imprimer

    #Promiseconsulting #Consolab : La France relance sa "taxe Gafa" nationale

    Publié par France Info, le 26 Novembre 2020

    La France va donc prélever une "taxe Gafa" nationale sur les géants du numérique, Google, Amazon, Facebook, Apple, quitte à susciter les foudres de Washington. Le décryptage de Fanny Guinochet.

    Les discussions au niveau international pour instaurer un impôt mondial sur les géants du web, les Gafa, ayant échoué, la France fera cavalier seul. Le temps de cette négociation, qui se tient dans le cadre de l’OCDE, la France avait suspendu sa taxe nationale. Mais, étant donné que les 137 pays n'ont pas réussi à trouver un compromis, elle décide de revenir à sa propre taxe, celle qu’elle avait votée en juillet 2019. Elle prélève 3% du chiffre d’affaires que ces entreprises réalisent dans l’Hexagone.

    [LIRE LA SUITE]

    #Promiseconsulting #Consolab #France #Economie #Google #Amazon #Facebook #Apple

  • Imprimer

    #Promiseconsulting #Consolab : Le chiffre d'affaires des compagnies aériennes chutera de plus de 60% en 2020, pire année pour le secteur

    Publié par France Info, le 24 Novembre 2020

    L'Association internationale du transport aérien prévoit des pertes nettes de 118,5 milliards de dollars pour le secteur en 2020, contre 84,3 milliards de dollars estimés en juin, et des pertes nettes de 38,7 milliards pour 2021, là encore un chiffre plus bas que celui prévu en juin (15,8 milliards de dollars), avant l'émergence de la deuxième vague de coronavirus.

    Jamais le secteur aérien n'avait connu telle année de turbulences. Le chiffre d'affaires des compagnies aériennes chutera de plus de 60% en 2020 par rapport à 2019, a annoncé mardi 24 novembre l'Association internationale du transport aérien (Iata).

    [LIRE LA SUITE]

    #Promiseconsulting #Consolab #Covid19 #France