Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

5- Stratégies marketing

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [DIGITAL] | Près d’un #Français sur 3 achète de l’#hygiène-#beauté sur #internet | @LSA

    DE MIRABELLE BELLOIR | LSA | http://bit.ly/2F2csrH

    Près d’un #Français sur 3 achète de l’#hygiène-#beauté sur #internet

    Les études de Kantar Worldpanel montrent que l’e-commerce est un circuit à fort potentiel pour l’hygiène-beauté.

    A l’occasion de son Consumer Day, Kantar Worldpanel a souligné le fort potentiel que représente l’e-commerce pour l’hygiène-beauté. Le secteur représente 17,5% des dépenses PGC-FLS en e-commerce contre 9% sur l’ensemble des circuits. « Près d’un Français sur 3 achète de l’hygiène-beauté sur internet. C’est autant d’acheteurs qu’en enseignes à dominance marques propres (EDMP) »,  explique Anaïs Dupuy, experte beauté chez Kantar Worldpanel. Les dépenses ont augmenté de 10,9% ces derniers mois. 

    Chez Amazon, toujours selon Kantar Worlpanel, l’hygiène-beauté représente 56% des achats PGC-FLS. Du côté de la grande distribution alimentaire, selon Iri, le drive est le circuit où les ventes ont le plus progressé en 2017 : +7,1% sur l’année. Et ce, avec un assortiment limité… Il serait donc intéressant que marques et enseignes investissent ce circuit.

     

    RETROUVER NOTRE COMMUNIQUE DE PRESSE SUR LES PRODUITS DE BEAUTÉS: la nécessité d’une expérience physique condamne-t-elle l’e-commerce ?

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [BEAUTE] | #Targets diversifie son #offre #beauté avec de #nouvelles #marques | @PREMIUMBEAUTYNEWS

    DE PREMIUM BEAUTY NEWS | http://bit.ly/2HFqgh1

    #Targets diversifie son #offre #beauté avec de #nouvelles #marques

    Targets mise à son tour sur la diversité dans ses rayons beauté. Le détaillant américains lance huit nouvelles marques de cosmétiques, toutes détenues par des femmes et conçues pour des teintes de peaux moyennes à foncées.

    « Nous savons que nos clients ont un large éventail de besoins et de préférences en matière de beauté, et nous voulons nous assurer que Target offre le meilleur assortiment pour tous les types de cheveux ou de teints », explique Christina Hennington, VP Beauty and Essentials chez Target, dans un communiqué. « Ces huit nouvelles marques de cosmétiques vont enrichir notre gamme avec nouveaux choix de teintes pour les ombres à paupières, les fonds de teints, les lèvres et cela à des prix incroyables. »

    Parmi ces nouvelles marques on compte Colored Raine, qui propose des produits garantis sans tests sur animaux, ou la ligne de soins hydratants colorés EveryHue, ainsi que la jeune entreprise de produits vegans Haleys. Hue Noir, The Lip Bar, Makeup Geek, Reina Rebelde et Violet Voss figurent aussi dans la liste des nouveaux entrants chez Target, pour un total d’environ 150 nouveaux produits proposés à des prix allant de 9,99 à 24,99 dollars.

    Targets, offre, beauté, nouvelles, marques

    « Nous sommes ravis de voir que Target adapte continuellement son offre et répond aux besoins d’une clientèle de plus en plus diversifiée en élargissant ses gammes de produits cosmétiques pour inclure des marques indépendantes comme Coloured Raine », s’est réjouie Loraine R. Dowdy, PDG de Couleur Raine.

    Au cours des dernières années, l’industrie de la beauté a montré de nombreux signes d’évolution pour mieux répondre à la diversité croissante de sa clientèle. De plus en plus de grandes marques se sont consacrés au sujet en diversifiant leurs gammes de produits et en recrutant des stars d’origines plus variées. Des gammes de teintes très larges ont également été présentées par de nouvelles marques comme Fenty Beauty et Huda Beauty, tandis que des marques installées telles que Maybelline, Neutrogena et Too Faced ont également travaillé à l’élargissement de leurs offres.

    Les nouvelles marques sélectionnées par Target sont d’ores et déjà maintenant disponibles sur le site Target.com et arriveront dans les magasins aux États-Unis le 20 mai.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [E-COMMERCE] | #Amazon : plus de #100 #millions d'#abonnés au service #Prime | @FASHIONNETWORK

    DE FASHION NETWORK | http://bit.ly/2K00LFC

    #Amazon : plus de #100 #millions d'#abonnés au service #Prime

    Le géant américain Amazon a indiqué mercredi que plus de 100 millions de personnes étaient abonnées à son service Prime, qui propose notamment livraisons gratuites et accès à son service de streaming vidéo.

    C'est la première fois qu'Amazon publie un chiffre sur ses abonnés au service Prime, qui constitue aujourd'hui un axe majeur de son modèle économique.

    « Treize ans après son lancement, nous avons dépassé les 100 millions de membres Prime payants dans le monde entier », a indiqué le patron-fondateur du groupe, Jeff Bezos, dans sa traditionnelle lettre aux actionnaires publiée mercredi sur le site d'Amazon, basé à Seattle. « En 2017, Amazon a livré plus de cinq milliards de produits avec Prime dans le monde entier », a-t-il ajouté.

    Amazon avait annoncé en janvier une hausse du tarif mensuel d'abonnement à Prime aux Etats-Unis, qui passait de 10,99 dollars à 12,99 dollars. Le tarif à l'année est de 99 dollars.

    En France, le service est proposé à 5,99 euros par mois ou 49 euros l'année. Surtout connu pour être un géant de la vente sur internet, Amazon est aussi numéro un mondial de l'informatique en nuage (AWS), a des plateformes de streaming vidéo et musical et commercialise l'assistant numérique vocal Alexa, présent dans de nombreux appareils.

    Amazon emploie environ 560 000 personnes dans le monde et a dégagé en 2017 un bénéfice net de 3 milliards de dollars pour un chiffre d'affaires de 178 milliards.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [DISTRIBUTION] | La #Chine, laboratoire de la #révolution d'#Auchan | @LSA

    DE MORGAN LECLERC | LSA | http://bit.ly/2qLjNYm

    La #Chine, laboratoire de la #révolution d'#Auchan

    La transformation d’Auchan en enseigne omnicanale touche tous les pays du groupe. En particulier la Chine, où l’entreprise, alliée depuis peu avec le géant de l’e-commerce Alibaba, multiplie les tests auprès d’une clientèle très digitale.

    Le centre de gravité d’Auchan se déplace inexorablement à l’est, vers la Russie et, surtout, la Chine, désormais deuxième pays en termes de chiffre d’affaires derrière la France. Auchan y est le principal actionnaire de Sun Art, premier distributeur national. Et se retrouve encore plus sous les projecteurs depuis qu’en novembre 2017, il a signé une alliance avec Alibaba. L’e-commerçant dirigé par Jack Ma est entré au capital de Sun Art, en même temps qu’Auchan renforçait sa participation, avec de grandes visées stratégiques de part et d’autre.

    Le premier gros chantier, qui promet d’aller très vite, concerne l’hybridation entre Sun Art et Alibaba. D’ici à l’été, les clients de Taobao, la plate-forme C to C (particulier à particulier) d’Alibaba, auront accès à l’ensemble de l’offre des hypermarchés de Sun Art. En se connectant sur l’application, le client de Taobao sera mis en relation avec l’hypermarché le plus proche (RT-Mart ou Auchan) dans un rayon de 3 km, et aura la possibilité d’être livré en moins d’une heure. Ce dispositif doit être étendu à l’ensemble du parc chinois d’ici à la fin de l’année. Soit près de 500 magasins en quelques mois. Pour Ludovic Holinier, directeur général de Sun Art et directeur d’Auchan Retail Chine, « l’idée est de s’appuyer sur Taobao pour pousser l’offre online et offline ». Dans ce fameux rayon de 3 km autour de ses hypers, Auchan vise 600 millions de clients potentiels, alors qu’Alibaba revendique plus de 480 millions de consommateurs qualifiés.

    Tests autour du digital

    « Le vrai grand événement de l’année passée, c’est ce partenariat, a souligné Wilhelm Hubner, directeur général d’Auchan Retail, début mars, en marge de la présentation des résultats du groupe. Au-delà de l’aspect capitalistique, il y a de réelles avancées. Le O to O (online to offline), c’est l’avenir du commerce. Et notre objectif est de faire de Sun Art le leader du commerce alimentaire phygital en Chine. »

    À l’heure des coups de boutoir d’Amazon sur le commerce physique, travailler main dans la main avec un grand groupe centré sur le digital est devenu une réponse en soi. Alibaba y gagnera évidemment lui aussi, et va pouvoir enrichir son système de collecte de données pour suivre et analyser les comportements des consommateurs. Selon la presse asiatique, à l’aide de ce partenariat, Sun Art entend faire grimper la part des ventes online de moins de 3 % de son chiffre d’affaires aujourd’hui à entre 10 et 20 % dans les années à venir.

    Aujourd’hui, la Chine est, avec la France, le pays où Auchan Retail investit le plus. Et sans attendre l’alliance avec Alibaba, le distributeur et ses partenaires locaux avaient déjà mis en place des tests autour du digital, notamment sur la commande et la livraison, comme avec le service RT-Mart Fresh, dont l’appli a été téléchargée un million de fois. Il permet de livrer des milliers de références, dont 1 500 produits frais en moins d’une heure, avec des commandes préparées depuis les magasins. Fin décembre 2017, sur un magasin test, le service tournait à plus de 1 000 clients/jour. Et nul doute que ce type de développement est scruté dans les autres pays d’Auchan.

    « En Chine, nous ne raisonnons plus en chariot ou en taux de nourriture, mais en nombre de repas à couvrir par jour, détaille Wilhelm Hubner. Nous travaillons sur le picking in store, et une capacité à livrer une offre de plus en plus large, qui part des produits frais. Nous nous étions donné deux ans, en réalité, ce sera fait en dix-huit mois. » La vitesse d’exécution est l’une des particularités du marché chinois. Un exemple ? Auchan Minute, le magasin-container de 18 m² sans personnel, n’a fait son apparition qu’au deuxième semestre 2017 en Chine, mais on en dénombrait déjà plus de 180 début mars. Ce magasin d’un genre nouveau offre un temps de retour sur investissement record de quatorze à seize mois seulement et de nombreuses possibilités d’installation dans les lieux de flux comme les parkings. Ce modèle pourrait même être décliné sur des thématiques éphémères. Comme un point de vente de maillots de bain à proximité d’une plage, par exemple…

    Paiement par mobile

    Laboratoire à ciel ouvert, la Chine est en plein bouillonnement ­commercial. Et pas uniquement sur les concepts. Les usages y sont différents, par exemple sur le paiement, où le mobile dépasse de loin la carte bancaire. D’après des chiffres de Kantar Consulting, Alipay (Alibaba) représentait près de 54 % des paiements par mobile en 2016 (contre 40 % pour Wechat Pay, de Tencent). Avec un tel poids, il n’est pas difficile d’imaginer l’intégration de la solution Alipay chez Sun Art. Selon nos informations, d’autres collaborations, en amont, pourraient s’établir. Alibaba et Auchan étudieraient la possibilité de « cobrander » certains magasins et la mise en place de partenariats à l’achat, pour profiter de leurs gigantesques forces de frappe respectives.

    Chine, révolution, Auchan

    Devancer ses adversaires est capital. Tencent, le géant technologique qui possède l’hégémonique plate-forme Wechat, ne cesse de prendre des participations dans des distributeurs physiques (Yonghui Superstores, Better Life, et bientôt Carrefour). Chacun cherchant à mettre sur pied le modèle ultime, qui combinera le meilleur du magasin et du digital, avec la performance logistique du numérique, et la récurrence d’achat sur les produits frais. Le fameux best of both worlds.  

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [DIGITAL] | #Digitalisation des #points de #vente : le #taux d'#équipement est #prêt à #exploser | @LSA

    DE LA REDACTION | LSA | http://bit.ly/2JYSt0t

    #Digitalisation des #points de #vente : le #taux d'#équipement est #prêt à #exploser

    Si la digitalisation des points de vente est sur toutes les lèvres du retail mondial, la proportion d’enseignes équipées d’un dispositif complet n'est que de 10% environ. Toutefois, le taux d’équipement s’accélère très fortement depuis 2017. Pour Jérémie Herscovic, PDG de SoCloz, tout est prêt aujourd'hui pour qu'il explose.

    Digitalisation, points, vente, taux, équipement, prêt, exploser

    La digitalisation des points de vente répond tout d’abord à la forte attente des consommateurs (67%) pour une expérience moderne, sans couture, en magasins. Comme le montre l'enquête réalisée par SoCloz et récapitulée dans l'infographie ci-dessous, le plébiscite est fort pour tout service limitant les déplacements inutiles en magasin, l’impact des ruptures en stock, les longues attentes en caisse, et favorisant une livraison express.

    Cependant, malgré l’appétence vérifiée des consommateurs pour ces dispositifs, les enseignes demeurent encore faiblement équipées au regard des taux d’équipement déclarés par les répondants : 5 à 20% selon les dispositifs en dehors du click & collect, véritable standard de marché. Ceci s’explique principalement par une précaution de mise quant à leur implémentation, qui nécessite la conjonction de trois facteurs importants : une infrastructure technique stable (ERP, système caisse, solution e-commerce), des équipes de vente formées et convaincues, et un schéma comptable compatible. Tout est prêt pour que ce taux d’équipement explose et que la révolution tant attendue du retail se réalise.

    Digitalisation, points, vente, taux, équipement, prêt, exploser

    Digitalisation, points, vente, taux, équipement, prêt, exploser

    Digitalisation, points, vente, taux, équipement, prêt, exploser

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [IA] | L'#intelligence #artificielle au service du #retail | @ECOMMERCEMAG

    DE FLORIANE SALGUES | E-COMMERCE MAG | http://bit.ly/2H9QMzA

    L'#intelligence #artificielle au service du #retail

    Connaître les préférences du client, anticiper ses envies et lui proposer l'offre la plus personnalisée : grâce à l'IA, les ambitions des retailers passent du rêve à la réalité. Mamma mIA !

    Influer sur la saveur d'une boisson déjà commercialisée jusqu'à ce que celle-ci soit exactement à votre goût. Recevoir de votre marque préférée une sélection personnalisée de cinq vêtements et accessoires, après avoir répondu à quelques questions sur vos attentes et votre morphologie. Ou, encore, être choyé à la caisse d'un supermarché après que celui-ci ait repéré, via une caméra de reconnaissance faciale, votre insatisfaction. Ces expériences nourries à l'intelligence artificielle (IA) pourraient être le scénario d'un épisode de la série Black Mirror. Il s'agit pourtant bel et bien de la réalité, comme en témoignent IntelligentX Brewing Co, société anglaise dont la bière est brassée à l'intelligence artificielle, Stitch Fix, marque américaine de vente de vêtements en ligne basée sur les data des visiteurs, et WalMart, multinationale spécialisée dans la distribution, en cours de développement d'un outil pour détecter, à l'aide de caméras, les expressions des visages.

    En 2018, l'intelligence artificielle, concept sur lequel travaillent les scientifiques depuis 60 ans, fait une entrée remarquée sur le territoire du retail. "Si ce terme est utilisé à toutes les sauces, commente Christophe Marée, directeur marketing digital Europe de l'Ouest et du Sud chez Adobe France, les outils de machine learning inhérents à l'IA - et qui s'inspirent de la pensée humaine -, combinés aux data, oeuvrent à améliorer les expériences proposées par les marques aux consommateurs."

    L'IA ... pour exploiter les données clients

    Grâce à l'IA, les marques auraient ainsi l'opportunité de mieux connaître leurs clients. Et pour cause : "Il est enfin possible d'exploiter les données non structurées telles que les posts sur les réseaux sociaux, explique Jean-Philippe Desbiolles, vice-­président cognitive solutions d'IBM Watson. Ces éléments, qui représentent 80 % des données générées, deviennent compréhensibles, via les systèmes cognitifs, et donnent la possibilité aux marketeurs d'accéder à une nouvelle masse d'insights pour prévoir les comportements des consommateurs et éviter leur attrition." Car, sans data, pas d'IA. L'équation se veut simple pour les marques en quête de l'implémentation d'une stratégie d'intelligence artificielle. "L'explosion des technologies et des algorithmes offrent aux marques la possibilité de fabriquer un référentiel client unique (RCU), analyse Olivier Mazeron, CEO et cofondateur de Sutter Mills, et ainsi, d'aller plus en profondeur dans la connaissance client." Grâce aux données issues des cartes de fidélité de leurs clients (âge, sexe, identité, adresse, notamment), aux catégories d'achat les plus fréquentes - en ligne et en boutique - combinées aux données de transactions, de navigation et de comportement, aux données exogènes, comme la météo, et aux algorithmes de machine learning et de deep learning, les marques seraient en mesure de personnaliser leur offre, mais, aussi, de détecter les futures tendances ou, encore, d'automatiser nombre de tâches liées à la gestion des stocks.

    AI_2.jpg

    "La donnée devient omniprésente, appuie Christophe Marée. Elle décrit des profils consommateurs, des appétences aux produits, des comportements et même des modes de pensée. C'est son mariage avec les technologies qui permet de réagir de manière prédictive." Cyrillus a bien compris l'importance de l'exploitation des données pour individualiser sa communication. Ainsi, en octobre 2016, l'enseigne combine le traitement de ses data aux outils de recommandations basés sur de l'intelligence artificielle de la jeune pousse Nuukik. Objectif : constituer un catalogue ultrapersonnalisé, un "smartalog" envoyé aux clientes les moins régulières de l'enseigne, afin de les fidéliser. "Le catalogue est pour nous un élément stratégique pour driver du trafic vers nos sites de vente, magasins et site on line", explique Jean-François Louvieaux, directeur marketing et e-commerce de Cyrillus, qui diffuse chaque année 6 millions de catalogues auprès de ses 600 000 clientes. En fonction du segment de clientes, de leurs transactions off line et on line et de la navigation web, la marque a ciblé 100 000 consommatrices et réalisé quelque 80 000 catalogues, tous différents, ainsi que 20 000 catalogues génériques et ce, en moins de trois mois. Photos et textes - récupérés sur le site -, et jusqu'au prénom du consommateur et son magasin de référence, varient. Résultat : un incrément de 5 % du chiffre d'affaires et une meilleure conversion.

    L'IA ... pour devancer les attentes des clients

    Devancer le désir du client : telle est bien la possibilité ouverte par l'intelligence artificielle pour les marques. "L'intelligence artificielle change la donne sur les stratégies marketing depuis un peu plus d'un an", constate Xavier Lapeyrere, senior manager conseil expert CRM et marketing digital au sein du cabinet Umanis, spécialisé dans la business intelligence et le big data. Le professionnel observe ainsi de grands bouleversements dans la capacité des algorithmes à établir des attitudes d'achat, à les prédire et à suggérer aux consommateurs le produit le plus adapté à ses attentes du moment. Les recommandations de produits boostées par l'intelligence artificielle ont ainsi, en moyenne, généré, lors de l'édition 2017 du Black Friday, 30 % des revenus de la vente en ligne et 24 % de ceux réalisés lors du Cyber Monday - le lundi suivant le Black Friday -, selon une analyse réalisée par Salesforce dans 30 pays. Personnalisation des recherches, de la recommandation ou, encore, du contenu d'un site e-commerce...

    RichRelevance, entreprise spécialisée dans la personnalisation omnichannel, a fait évoluer sa solution pour que l'ensemble des données collectées par les retailers soient disponibles en temps réel, et "en particulier la donnée de comportement qui est l'indicateur-clé d'intention d'achat, précise Antoine Leven, directeur de comptes chez RichRelevance France, mais aussi, l'historique d'achat, les segments du CRM, les données produits et textuelles. Ces ingrédients enrichissent l'apprentissage du moteur d'IA." Pour Swap.com, place de marché finlandaise pour vêtements de seconde main vendus aux États-Unis, la personnalisation du moteur de recherche, en constante évolution grâce aux data des visiteurs, a augmenté les performances du site de 7 % en seulement 15 jours "et ce, malgré la complexité d'un site ne vendant pas deux articles similaires", complète le directeur de comptes.

    "Les opportunités de l'intelligence artificielle se trouvent dans la capacité à faire de l'analyse prédictive en temps réel, confirme Sylvain Harault, director solution consulting west Europe de Pegasystems, afin notamment d'engager le client, de lui proposer un nouveau service adapté, de le retenir, mais aussi d'optimiser les canaux pour traiter plus efficacement ses demandes." Ainsi, avec sa solution Retail Advisor, Pegasystems engage les enseignes à tirer parti de leur avantage principal - l'accès donné aux clients au produit physique (le véritable, et non pas une photo) - pour engager leurs consommateurs. Les vendeurs équipés de cette application de clienteling accèdent aux données clients présentes dans tous les canaux (Web, centre d'appels, e-mails, mobile ou réseaux sociaux), et bénéficient de recommandations personnalisées.