Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

#france

  • Imprimer

    #Promiseconsulting #Consolab: Le crédit à la consommation tente de limiter la casse

    Publié par Les Échos - le 28 Mai 2020

    Au premier trimestre, la production de crédit à la consommation a diminué de 5 % en France, sur un an, une situation que le confinement a forcément dégradé. Les spécialistes multiplient les initiatives pour aménager les dettes et faciliter les demandes de report.

    La crise sanitaire a brisé net l'élan du crédit à la consommation. Depuis cinq ans, ce mode de financement avait connu une embellie en France alors que les consommateurs - par comparaison aux pays voisins ou aux États-Unis - en sont traditionnellement peu friands.

    Report des échéances

    Au premier trimestre, la production de nouveau crédits a reculé en raison de l'arrêt de la consommation lié au confinement. Le montant total des crédits à la consommation a baissé de plus de 5 %, à 10,2 milliards d'euros, soit « la plus forte contraction trimestrielle depuis le premier trimestre 2012 », précise l'Association française des sociétés financières. Et encore, la baisse a été de 25 % en mars !

    La quasi-totalité des métiers ont souffert, avec une baisse de l'activité particulièrement marquée pour les financements d'automobiles d'occasion (-11,1 %) ou de véhicules neufs (-9,3 %). Les prêts personnels sont pour leur part en recul de plus de 6 % sur un an.

  • Imprimer

    #Promiseconsulting #Consolab: Consommation : un commerçant peut-il vous refuser un paiement en espèces ?

    Publié par La Depeche - Le 21 Mai 2020

    Afin de ne pas avoir à manipuler de la monnaie, certains commerçants sont tentés d’imposer le paiement par carte bancaire sans contact, dont le plafond est passé à 50 euros depuis le 11 mai. Pour autant, ce type de transaction n’est en rien obligatoire et un commerçant ne peut refuser à un client de payer en liquide. Explications.

    Depuis le début de la crise sanitaire, les commerçants tentent de limiter au maximum la manipulation des pièces et billets, considérés comme potentiels vecteurs du virus. Pour encourager le recours à la carte bancaire, le plafond des paiements sans contact a ainsi été relevé de 30€ à 50€ depuis le déconfinement le 11 mai.

    Conséquence : de nombreux commerçants (des grosses enseignes de bricolage ou encore des grandes chaînes de fast-food) refusent désormais les paiements en liquide, constate la Fédération des entreprises de sécurité fiduciaire qui a saisi mi-mai la Direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF).

    Lire la suite

     

     

     

  • Imprimer

    #Promiseconsulting #Consolab: La France et le #COVID-19 – Vague 2 SORTIE

    Publié par Promise Consulting - le 19 Mai 2020

    SORTIE DU CONFINEMENT, PEU DE PERSPECTIVES D’UN RATTRAPAGE DE LA CONSOMMATION A COURT TERME : UN SCENARIO NOIR TOUJOURS POSSIBLE.

    Vague 2 en France d’un tracking international appelé « #Covid-19: Measuring the return to normalization » mené conjointement par les sociétés Promise Consulting | Panel On The Web et Alliance Bernstein. Résultats portant sur 800 personnes interrogées entre le 06/04 et le 10/04 sur un large échantillon représentatif de la population française.

    Promise Consulting, société de conseil, et Panel On The Web, institut d’études marketing, de consommation et d’opinion, ont interrogé 800 Français immédiatement avant et quelques jours avant la fin du confinement. Trois questions ont été posées dans le cadre d’un tracking international sur les perspectives de rebond de la consommation des ménages dans le Monde, à l’issue de la crise du #Covid-19 : • Fréquence de pratiques d’activités sociales, culturelles et économiques. • Ralentissement des activités à la suite du #COVID-19. • Anticipation d’un retour à la normale au cours des 15 prochains jours. Ces trois indicateurs sont mesurés à l’aide d’échelles normées permettant une comparaison des résultats d’une vague bimensuelle à l’autre et le suivi d’un indicateur global par pays et par vague appelé « Indice de rebond ». Il s’agit ici de la deuxième vague pour la France.

     

     



     

  • Imprimer

    #Promiseconsulting #Consolab: LES ENTREPRISES FRANCAISES ET LES CONSEQUENCES DU #COVID-19

    Publié par Promise Consulting - le 14 Mai 2020

    LES ENTREPRISES FRANCAISES ET LES CONSEQUENCES DU #COVID-19

    Premiers résultats d’une étude en profondeur menée en ligne auprès des entreprises françaises sur l’impact du #COVID-19

    POUR SORTIR DE LA CRISE, LES CHEFS D’ENTREPRISE, DEMANDEURS DE L’AIDE DE L’ETAT, SE SONT MASSIVEMENT APPUYES SUR LEURS SALARIES

    Dans le cadre d’un partenariat avec la société Promise Consulting | Panel On The Web et l’IFG (leader de la formation professionnelle), quatre enseignants-chercheurs ont mené une grande étude en ligne auprès des chefs d’entreprise français sur l’impact de la crise du #COVID-19. Les premiers résultats révèlent que les entreprises se sont d’abord appuyées sur leurs salariés et leur environnement proche.

     

    Paroles d’experts

    Quatre chercheurs universitaires des universités de Corte (T. Fabiani et P. Terramorsi) et de Paris-Est (P. Jourdan et J.C. Pacitto) livrent ici leur décryptage sur les premiers enseignements de cette étude menée en ligne auprès de près de 400 chefs d’entreprise sur le territoire national.Un enseignement majeur : pragmatiques, les chefs d’entreprise, tout en étant demandeurs de l’aide de l’Etat, se sont d’abord appuyés sur leurs salariés et leurs clients.

     

     

    Les chefs d’entreprise se sont naturellement tournés vers l’Etat d’abord

    Tradition jacobine oblige, les chefs d’entreprise se sont immédiatement tournés vers l’Etat : 58% d’entre eux estiment que, dans ce type de crise, l’action des services de l’Etat est décisive pour leur survie (78% pour le gouvernement). Il est vrai que 77% des entreprises interrogées déclarent avoir recours à la mesure phare du gouvernement, le chômage partiel, pour tout ou partie de leurs salariés. Finalement, l’efficacité du soutien apporté est jugée plus mitigée, tant la crainte est forte d’une crise économique durable : 49% jugent le soutien du gouvernement à la hauteur des enjeux (très important ou important) et 37% pour les services de l’Etat. La décision des pouvoirs publics de multiplier les contrôles sur le recours abusif au chômage partiel et de diminuer la contribution de l’Etat à ce dispositif n’est sans doute pas étrangère à la montée d’une inquiétude somme toute légitime pour la suite.

    A moyen et long terme, les chefs d’entreprise s’appuient sur leurs salariés et leurs clients

    Les chefs d’entreprise se révèlent avant tout pragmatiques : à moyen et long terme, ils se montrent plus Girondins que Jacobins ! C’est d’abord et avant tout dans leurs relations de proximité (salariés, clients, entourage et fournisseurs) que les entreprises françaises entrevoient et entendent « construire » leur salut : 69% des chefs d’entreprise ont conscience d’avoir sollicité avant tout leurs salariés (58% les clients de l’entreprise et 47% leur entourage proche).

    Les acteurs consulaires, grands « oubliés » lors de la crise du #COVID-19

    8% des entreprises interrogées déclarent avoir sollicité fréquemment les organismes consulaires (21% les collectivités locales). Le jugement est particulièrement sévère vis-à-vis des organismes consulaires : 15% d’entre-eux seulement jugent important leur soutien pendant la crise sanitaire (24% pour les collectivités locales).  La proximité territoriale des acteurs de terrain, lorsqu’elle ne s’accompagne pas de solutions concrètes, ne se suffit pas à elle-même.

    Un des grands enseignements de la crise du #COVID-19est que les acteurs du premier cercle (salariés, clients, fournisseurs, entourage, y compris le cercle familial pour les plus petites entreprises) ne sont pas seulement des parties prenantes, mais des maillons essentiels de la survie des entreprises. Ce n’est donc pas un hasard si ce sont ceux sur lesquels les chefs d’entreprises s’appuient en premier lieu. Pragmatiques et lucides, les entrepreneurs français distinguent un soutien de court terme (celui de l’Etat) et un appui de moyen et long terme (celui des salariés, clients et fournisseurs) avec lesquels il convient de construire des réponses stratégiques à la crise. Pour finir, les entreprises comptent avant tout sur la densité et la qualité de leurs interactions avec leurs parties prenantes du premier cercle pour sortir de la crise sanitaire, et économique qui en est la conséquence. D’autres résultats à suivre très bientôt.

     

     

     

     

     

     

    METHODOLOGIE

     

     

    Sondage réalisé en ligneauprès de 400 entreprises nationales à partir d’une base de données qualifiée des entreprises françaises au cours du mois d’Avril 2020.

     

     

     

     

    Echantillon de 400entreprises françaises nationales représentatives, sur la taille de l’entreprise et le secteur d’activité.

     

    Merci de veiller à accompagner la diffusion écrite ou orale des résultats suivants des éléments techniques suivants :

    Les pilotes de l’étude

    Promise Consulting | Panel On The Web, société de conseil et d’études marketing, et IFG, le leader de la formation professionnelle.

    La méthode d’enquête :

    Etude en ligne et sur mobile depuis une base de données qualifiée des entreprises françaises, représentative par taille d’entreprises et secteurs d’activités.

    Période d’enquête :

    Avril 2020.

    Taille de l’échantillon :

    400entreprises redressés selon la méthode des quotas (genre, âge, régions, profession, taille d’agglomération)

    Hashtags

    #COVID-19 #economie #entreprise #France #IFG #Promiseconsulting #Universitedecorte #UPEC

     

     

     

     

     

     

     

    QUI CONTACTER ?

    (Interviews, témoignages, directs, analyses)

     

       

    Thierry Fabiani

    Maître de conférences

    IAE de Corte

    Membre de l’UMR CNRS 6240 LISA

    06.17.51.71.10

    mailto:th.fabiani@wanadoo.fr

     

    Philippe Jourdan

    Professeur des universités

    IAE Gustave Eiffel

    Partner Promise Consulting

    06.62.66.09.27

    mailto:Philippe.jourdan@promiseconsultinginc.com

       

    PatriceTerramorsi

    Maître de conférences

    IAE de Corte

    06.26.87.18.55

    Membre du LabEx Entreprendre

    mailto:jpatrice.terramorsi@gmail.com

     

    Jean-Claude Pacitto

    Maître de conférences

    IUT Paris Est Créteil

    06.13.85.92.74

    mailto:jean-claude.pacitto@orange.fr

     

     

  • Imprimer

    #Promiseconsulting #Consolab: Reprise Chinoise, bienveillance pour le Monde ?

    Publié par Michel Paolucci et Karine Lazimi Chouraqui-The Alchemists, le 14 Avril 2020

     

    #17 - La bienveillance par Henri Lastenouse de l'Académie des Alchémistes

    au sujet du sondage en ligne réalisé par Promise Consulting et Panel On The Web fin Mars 2020 dans les plus grandes villes chinoises.

    A quoi pourrait ressembler la sortie progressive du confinement en Chine et sera-t-elle bienveillante pour ses partenaires économiques ? Les récentes statistiques économiques en provenance de la Chine semblent révéler une reprise progressive de l’activité, mais aussi une volonté, déjà forte avant la pandémie, de diminuer la dépendance économique de la Chine vis-à-vis du monde extérieur.

    Ainsi, les activités économiques locales telles que les shopping en ville, ou les sorties au restaurant, sont au cœur du redémarrage. Les secteurs de consommation courante (alimentaire, habillement, etc.) sont les postes sur lesquels les consommateurs chinois sont les plus confiants. La probabilité d’un retour à la normale est supérieure à 50%.

    Lire la suite
  • Imprimer

    #Promiseconsulting #Consolab: Attitude shopping de luxe: meilleure que prévu en Chine, problèmes en France

    Publié par Fashionmagazine.it, le 9 Avril 2020

    Attitude shopping de luxe: meilleure que prévu en Chine, problèmes en France

    Pour tenter de mesurer les progrès vers la normalisation après Covid-19, les analystes du luxe de Bernstein, dirigés par Luca Solca (photo), avec le cabinet de conseil et d'études de marché Promise Consulting, ont lancé une série d'enquêtes pour mesurer l'aptitude au shopping de luxe sur certains marchés clés, la Chine en tête. À partir d'une première enquête auprès de 600 citoyens chinois à revenu élevé au cours des deux premières semaines de mars, les experts tirent des conclusions encourageantes. "Parmi les résultats - explique Solca - il ressort que le shopping de luxe en Chine est moins détérioré que les autres activités du monde, comme aller dans un restaurant ou un centre commercial. Compte tenu de la faible fréquence, le shopping de luxe est considéré comme meilleur que 70% des activités indiquées comme référence et se classe septième parmi les activités les plus susceptibles de rebond ».


    Lire la suite