Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

5- Stratégies marketing - Page 3

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [RETAIL] | #Standard Cognition lève 5,5 M$ pour son checkout sans #caisse à la #Amazon Go | @LSA

    Flore Fauconnier | LSA | http://bit.ly/2ONzOHy

     

     #Standard Cognition lève 5,5 M$ pour son checkout sans #caisse à la #Amazon Go | @LSA

     

    La start-up américaine Standard Cognition, qui développe des solutions de checkout sans caisse pour ses clients distributeurs, vient de boucler une levée de 5,5 millions de dollars, portant à 11,2 millions le total des fonds levés depuis sa création.

    Lancée il y a un an, sa solution mêle les mêmes technologies que la supérette sans caisse Amazon Go : computer vision et intelligence artificielle. Ce nouvel apport de capital doit lui permettre de lancer des pilotes avec plusieurs retailers, d'accélérer son expansion internationale et de renforcer son équipe d'ingénieurs.

    Standard Cognition annonce également la nomination de deux pointures du retail : Jon Nam, ancien exec de Macy's, qui va diriger ses opérations internationales, et Evan Shiu, venu de chez Walmart, qui pilotera la stratégie et la croissance.

     
    Rendre cette techno disponible à tous les distributeurs

    Ces deux annonces devraient lui permettre de se renforcer face à un paysage concurrentiel en plein développement. La start-up AiFi rivalise sur le même créneau et Microsoft serait en train de développer sa propre techno de checkout sans caisse, notamment pour Walmart. Si même le plus gros distributeur de la planète - qui n'a pourtant pas les deux pieds dans le même sabot en matière digitale - se tourne vers un partenaire extérieur pour progresser sur ce domaine, les autres retailers qui voudront se doter de ce type de technologie devraient être heureux de la trouver chez des start-up spécialisées.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [BUSINESS] | #WhatsApp va lancer sa solution #business à destination des #entreprises | @FASHIONNETWORK

    DE FASHION NETWORK | http://bit.ly/2MbYnfG

    #WhatsApp va lancer sa solution #business à destination des #entreprises

    Facebook, dont la croissance ralentit, va tenter de gagner de l'argent avec sa messagerie WhatsApp en faisant payer certaines entreprises voulant dialoguer avec leurs clients, ont annoncé les deux entités mercredi.destination des #entreprises

    Après de premiers tests annoncés l'an dernier, WhatsApp lance désormais officiellement sa solution « business », qui va permettre aux entreprises d'envoyer des messages à des clients qui les ont déjà contactées via WhatsApp, explique Facebook, donnant comme exemples le suivi d'une livraison, des rappels de rendez-vous ou des billets d'avion.

    Sur son blog dédié au « business », Facebook précise que les messages ne devront pas être promotionnels, qu'ils seront cryptés comme tous les messages WhatsApp et que l'on pourra à tout moment bloquer l'entreprise pour ne plus recevoir de messages.

    L'entreprise pourra répondre gratuitement aux requêtes de ses clients sous 24 heures. Passé ce délai, les messages lui seront facturés, précise Facebook, qui indique avoir testé cette solution avec plus de 90 grandes entreprises comme Singapore Airlines ou Uber.

    Il était déjà possible de dialoguer avec des entreprises mais de façon assez rudimentaire, selon WhatsApp, qui veut donc rationaliser les échanges et en tirer des recettes.

    Facebook tire la quasi-totalité de ses revenus de la publicité, mais manque désormais de place pour insérer davantage de publicité sur sa plateforme, d'où sa volonté de chercher de nouveaux débouchés, notamment sur ses services de messagerie Messenger ou WhatsApp.

    Le premier réseau social du monde avait racheté WhatsApp, qui revendique aujourd'hui 1,5 milliard d'utilisateurs, début 2014 pour environ 20 milliards de dollars.

    Les deux cofondateurs de WhatsApp, Jan Koum et Brian Acton, avaient quitté Facebook en mai 2018 et en 2017 respectivement, sur fond, selon la presse américaine, de désaccords avec les dirigeants de Facebook concernant la confidentialité des données ou la monétisation de la messagerie.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [APPLICATION] | #Yuka ajoute à son #app l'#analyse des #cosmétiques | @LSA

    DE FLORE FAUCONNIER | LSA | http://bit.ly/2OO1FYj

    #Yuka ajoute à son #app l'#analyse des #cosmétiques

    L'app d'analyse de la composition de PGC franchit un nouveau cap en ajoutant 100.000 produits cosmétiques et d'hygiène aux 250.000 références alimentaires qu'elle indexait déjà.

    L'application mobile qui permet de scanner le code-barre de 250.000 produits alimentaires pour afficher leur composition vient d'ajouter une nouvelle corde à son arc : l'analyse des produits cosmétiques et d'hygiène. Sur iPhone (et en novembre sur Android), ses utilisateurs n'ont qu'à mettre l'app à jour pour pouvoir afficher la composition de 100.000 références supplémentaires : gels douche, crèmes, dentifrices, shampooings, déodorants, maquillage... Un bénéfice encore plus important que dans l'alimentaire puisque les ingrédients des articles DPH sont désignés par leur nom scientifique en latin.

    L'app "Quel Cosmetic" lancée en mars par l'UFC-Que Choisir indexe pour sa part 6.000 produits, dont elle affirme que 42% contiennent "un ou plusieurs ingrédients indésirables", par exemple des perturbateurs endocriniens. Yuka, lancée en janvier 2017, a pour sa part adopté un fonctionnement collaboratif qui lui permet de se développer vite. Chacun de ses 4,5 millions d'utilisateurs peut renseigner une référence que l'app ne connaît pas encore.

    Un décollage très rapide

    La start-up française, lancée en janvier 2017 et installée depuis juillet 2017 à Station F dans l'incubateur de l'Edhec, revendique 1 million de produits scannés chaque jour, dont elle reconnaît 98%. Yuka figure dans le top 10 des applications gratuites les plus téléchargées sur l'Appstore et le Playstore. Elle travaille actuellement sur plusieurs évolutions à venir :

    • le développement d’un mode hors-ligne, permettant de scanner sans réseau,
    • l’accès à une description détaillée de la nocivité des additifs,
    • le paramétrage d’alertes personnalisables sur les allergènes (gluten, lactose, etc.) et les éléments indésirables.

    En 2019, Yuka prévoit de s’étendre en Belgique, en Suisse et au Luxembourg.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [ALLIANCE] | #Starbucks s'allie à #Alibaba pour contrer #Luckin, son rival en #Chine | @LUSINEDIGITALE

    DE FLORIANE LECLERC | L'USINE DIGITALE | http://bit.ly/2n6u3In

    #Starbucks s'allie à #Alibaba pour contrer #Luckin, son rival en #Chine

    Starbucks s'est allié au géant du commerce électronique Alibaba afin d'accélérer sa digitalisation et contrer son nouveau rival chinois Luckin. Désormais, ses clients pourront commander leur café en ligne via l'application Ele.me.

    La  chaîne de café Starbucks s’est rapprochée du géant du commerce électronique Alibaba afin d’accroître sa présence sur le territoire chinois, où le marché du café est en pleine expansion. “Notre partenariat avec Alibaba doit remodeler notre stratégie Retail et représente un pas en avant dans notre volonté de satisfaire les consommateurs chinois”, a déclaré Kevin Johnson, président et CEO de Starbucks, ce jeudi 2 août dans un communiqué.

    Il s’agit pour la marque à la sirène de tripler son chiffre d’affaire en Chine d’ici 2022. Et de contrer son nouveau rival local, Luckin. La jeune société, qui s’est lancée en janvier avec deux magasins, a depuis ouvert près de 800 cafés dans le pays en un an à peine. Et n’a pas caché, cette semaine, sa volonté de grignoter les parts de marchés du géant vert, rappelle le New-York Times.

    Les cafés livrés par un coursier en scooter électrique

    Longtemps critiquée pour son manque d’adaptation aux habitudes des consommateurs chinois, en demande de services plus digitalisés, la société s’apprête donc à passer un cap. Dès septembre, ses clients pourront commander leur boisson en un clic sur l’application Ele.me, l'unité de livraison de repas acquise par Alibaba en avril dernier, et se le faire livrer par un coursier en scooter électrique. Dans un premier temps, 150 établissements fourniront ce service à Pékin et Shanghaï, les villes stratégiques. A terme, la chaîne de café souhaite étendre le concept à 2 000 cafés dans une trentaine de villes d’ici la fin de l’année, dévoile le communiqué.

    De nouveaux points de livraisons

    Pour doper son déploiement et accroître sa visibilité, Starbucks va également installer des points de livraison dans les magasins Hema du groupe Alibaba, déjà équipés des infrastructures adequates. Les premiers magasins à assurer ce service seront ceux de Shanghai et Hangzhou.

    A terme, c’est une plateforme unique, omnicanale, que le groupe américain entend bâtir. “Ce partenariat digital avec Alibaba doit nous permettre de développer un portail virtuel unique, capable d’intégrer tous les services proposés par Starbucks et de les mettre à disposition de nos clients à travers des canaux multiples”, explique la société dans le communiqué.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [BUSINESS] | #WhatsApp va lancer sa solution #business à destination des #entreprises | @FASHIONNETWORK

    DE FASHION NETWORK | http://bit.ly/2MbYnfG

    #WhatsApp va lancer sa solution #business à destination des #entreprises

    Facebook, dont la croissance ralentit, va tenter de gagner de l'argent avec sa messagerie WhatsApp en faisant payer certaines entreprises voulant dialoguer avec leurs clients, ont annoncé les deux entités mercredi.destination des #entreprises

    Après de premiers tests annoncés l'an dernier, WhatsApp lance désormais officiellement sa solution « business », qui va permettre aux entreprises d'envoyer des messages à des clients qui les ont déjà contactées via WhatsApp, explique Facebook, donnant comme exemples le suivi d'une livraison, des rappels de rendez-vous ou des billets d'avion.

    Sur son blog dédié au « business », Facebook précise que les messages ne devront pas être promotionnels, qu'ils seront cryptés comme tous les messages WhatsApp et que l'on pourra à tout moment bloquer l'entreprise pour ne plus recevoir de messages.

    L'entreprise pourra répondre gratuitement aux requêtes de ses clients sous 24 heures. Passé ce délai, les messages lui seront facturés, précise Facebook, qui indique avoir testé cette solution avec plus de 90 grandes entreprises comme Singapore Airlines ou Uber.

    Il était déjà possible de dialoguer avec des entreprises mais de façon assez rudimentaire, selon WhatsApp, qui veut donc rationaliser les échanges et en tirer des recettes.

    Facebook tire la quasi-totalité de ses revenus de la publicité, mais manque désormais de place pour insérer davantage de publicité sur sa plateforme, d'où sa volonté de chercher de nouveaux débouchés, notamment sur ses services de messagerie Messenger ou WhatsApp.

    Le premier réseau social du monde avait racheté WhatsApp, qui revendique aujourd'hui 1,5 milliard d'utilisateurs, début 2014 pour environ 20 milliards de dollars.

    Les deux cofondateurs de WhatsApp, Jan Koum et Brian Acton, avaient quitté Facebook en mai 2018 et en 2017 respectivement, sur fond, selon la presse américaine, de désaccords avec les dirigeants de Facebook concernant la confidentialité des données ou la monétisation de la messagerie.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [PUBLICITE] | [Le chiffre du jour] #1,6 milliard d’euros, les #investissements #publicitaires bruts de la #distribution #alimentaire | @LSA

    DE JEROME PARIGI | LSA | http://bit.ly/2LL0V7q

    [Le chiffre du jour] #1,6 milliard d’euros, les #investissements #publicitaires bruts de la #distribution #alimentaire

    Selon les données de Kantar Media, les coûts bruts (hors négociation) des investissements publicitaires de la distribution dépassent 1,6 milliard d’euros sur un an à mi-mai 2018, avec Lidl comme premier annonceur.

    Chaque année la distribution alimentaire et non alimentaire se dispute, avec l’automobile, la place de premier annonceur publicitaire en France. Un débat arbitré par Kantar Media qui évalue périodiquement les coûts bruts (hors négos) des campagnes engagées par les marques. Sur la dernière période disponible arrêtée au 13 mai, le panéliste chiffre à 1,643 milliard d’euros (-0,4%), les investissements des enseignes alimentaires sur un an. Même avec des taux de négociations estimés entre 40 et 45% vus les volumes d’achats d’espace en jeu, ça fait quand même une enveloppe annuelle dédiée aux médias comprise entre 850 millions et 1 milliard d’euros.

    Côté enseignes, Lidl qui a très lourdement investi en TV ces dernières années a pris la tête des principaux annonceurs du secteur mais a stabilisé ses budgets. Leclerc aussi est plutôt stable alors qu’Intermarché en pleine phase de conquête enregistre la plus forte croissance (+19% à 305 M€) des grands annonceurs du secteur derrière Auchan (+78% à 85 M€). A noter quand même l’importance des radios et de la presse, deux médias clés pour leurs campagnes locales, dans le mix publicitaire des retailers.

    investissements, publicitaires, distribution, alimentaire