Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

consolab

  • Imprimer

    [#PromiseConsulting][#consolab] Du nouveau dans la grande distribution

    Alors que Carrefour est en train de lancer sa marque Supeco, magasins de gros à destination du grand public, un nouvel acteur souhaite pénétrer le marché français, il s'agit du danois Normal. 

    La devise de cette nouvelle enseigne ? Des produits normaux à des prix anormalement bas. L'enseigne propose « des articles d’hygiène personnelle, des produits d’entretien, des cosmétiques, des articles de papeterie, des confiseries et des boissons » à des prix défiants toute concurrence. Pour arriver à un tel résultat, Normal achète des stocks à l'étranger sans faire appel aux intermédiaires généralement coûteux. 

    Normal se voit alors concurrencer les chaînes de magasins Action principalement, qui sont bien implantées en France depuis maintenant quelques années avec pas moins de 400 boutiques, mais aussi le néerlandais Zeeman ou encore le britannique B&M. Pour ce faire, Normal vise à rendre ses magasins plus chaleureux que son rival Action dont les magasins sont très rudimentaires. 

    Il est certain que les bazars discounts ne vont que continuer de séduire les Français car même si les Français souhaitent consommer mieux, le prix reste le facteur le plus important lors de l'achat pour de nombreux ménages. 

     

    VOIR PLUS

    Article de Thomas Leroy

  • Imprimer

    [#PromiseConsulting][#consolab] Yuka fait trembler les acteurs de la grande distribution

    Yuka est une application mobile française lancée en 2017 qui permet d'analyser l'impact des produits alimentaires et cosmétiques sur la santé des consommateurs en leur donnant une note et en les classant de mauvais pour la santé à excellent. 

    L'application a pris de l'ampleur récemment puisque qu'elle comptabilise pas moins de 11 millions d'utilisateurs pour 3 millions de scannes de produits par jour (70 % dans l'alimentaire et 30 % dans les cosmétiques). Cette hausse d'utilisation indique une chose, les Français veulent de plus-en-plus savoir ce qu'ils consomment et trouver des méthodes alternatives pour mieux consommer. En moins de deux ans, l'application Yuka est devenue la bête noire de la grande distribution. 

    La notation de l'application repose sur un algorithme analysant 3 variables : la qualité nutritionnelle des produits, la présence d'additifs ainsi que leur niveau de risque et un bonus de 10 points est accordé si le produit est bio. Du côté des cosmétiques l'algorithme prend cette fois en compte les dangers de chaque ingrédients, faites le test vous-même, la plupart de nos produits cosmétiques comportent des perturbateurs endocriniens. 

    Une étude a été menée auprès de 270 000 utilisateurs de l'application et le résultat est sans appel : "environ 92 % d'entre eux reposent un produit dont la note est située entre 0 et 25 ; 83 % consomment plus de produits bruts ; 82 % achètent moins de denrées, mais de meilleure qualité". Le succès de l'application et la méfiance croissante des consommateurs poussent donc les acteurs de la grande consommation à devenir plus attentifs aux demandes des consommateurs. 

     

    Article de Laurène Champalle

    [Voir plus]

  • Imprimer

    [#PromiseConsulting][#consolab] Just Eat et Takeaway.com fusionnent pour gagner du poids

    La livraison de nourriture à domicile ne représente que 2 % du marché de la restauration en France, la concurrence y est féroce et les acteurs du marché sont à la recherche de solutions pour se démarquer afin de se tailler la part du lion. C'est pourquoi le Néerlandais Takeaway.com et le Britannique Just Eat ont annoncé leur fusion officielle fin juillet. 

    Cette fusion, qui devrait être bouclée en fin d'année, sera effectuée par échanges d'actions. Cela valorisera le groupe, qui prend le nom de Just Eat, à 9 milliards de livres. 

    L'objectif ? Devenir un poids lourd mondial de la livraison afin de pouvoir concurrencer les géants Deliveroo et Uber Eat. En effet, à eux deux ils représenteront désormais pas moins de 360 millions de commandes par an avec un chiffre d'affaires cumulé de 7,3 milliards d'euros. 

    [VOIR PLUS]

    Article publié par Challenge.fr

  • Imprimer

    [#PromiseConsulting] [#Consolab] Une smartphone détox

    1H42, c'est le temps que passe les Français en moyenne sur leurs smartphones chaque jour. Alors si cet été vous décidiez de déconnecter un peu ? 

    Les vacances d'été sont le moment idéal pour lâcher votre smartphone : pas de mails, pas de notifications Linkedin ou instagram et plus d'appels, tout à coup c'est plus calme, non ? 

    Attention en revanche, cette détox devra être bien préparée par vos soins : prévenez vos proche pour ne pas qu'ils s'inquiètent et préparez-vous des occupations comme de la lecture. 

    Si bien sûr nous parlons de détox smartphones c'est parce que parmi nous, notamment les plus jeunes, il y a beaucoup d'accros aux écrans. Les conséquences à long terme semblent d'ailleurs néfastes : les lumières bleues nous abîment les yeux, certains écoutent leur musique préférée beaucoup trop fort, le manque de communication avec les autres...

    Mais nous le savons bien nos smartphones sont tellement pratiques qu'ils en deviennent presque la continuité de notre bras, s'en passer c'est compliqué voire impossible. 

    [VOIR PLUS]

    Article de Cédric Ingrand 

     

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [CAMPAGNE] | #Kinder #Bueno explore la veine de l'#humour | @LESECHOS

    DE CLOTILDE BRIARD | LES ECHOS | http://bit.ly/2s1UqV6

    #Kinder #Bueno explore la veine de l'#humour

    La marque de barres chocolatées de Ferrero a lancé un vaste dispositif, le Bueno Comedy Show, pour toucher les Millenials.

    A chaque marque sa stratégie pour parler au public si convoité des Millenials. Kinder Bueno, la marque de barres chocolatées de  Ferrero , a opté pour le rire. Déjà, ses campagnes publicitaires avaient cette tonalité, la dernière en date mettant en scène Elie Semoun. Désormais, elle organise aussi un Bueno Comedy Show pour contribuer à révéler des talents de l'humour.

    « Les Millenials sont un public plutôt hétérogène parmi lequel on trouve aussi bien de grands adolescents habitant chez leurs parents que de jeunes adultes vivant en solo ou eux-mêmes parents. Mais ils ont des valeurs en commun autour de la passion, du fait de prendre la vie du bon côté, d'aimer s'amuser », analyse Virginie Fleury, chef de groupe marketing Kinder snack et Kinder chocolat. Elle souligne que les événements représentent, en outre, une forme de marketing qu'ils apprécient.

    Consolab, kinder, bueno, humour

    La marque a donc voulu capitaliser sur ce goût du « fun » et mis sur pied un dispositif se déroulant sur une année. Un casting a démarré en octobre dans toute la France avec le Campus Comedy Tour. Le 3 février, un spectacle aura lieu à Paris, à  La Scène Musicale , avec une quinzaine de talents sélectionnés sous l'égide de parrains connus, de Bérangère Krief à Baptiste Lecaplain. Des consommateurs auront pu gagner des places pour y assister. Ensuite, jusqu'à fin mai, des vidéos des humoristes seront soumises au vote sur Facebook. Le gagnant jouera en première partie du spectacle d'un des parrains.

    L'objectif de l'opération est de moderniser la perception de Kinder Bueno auprès des jeunes adultes et de dynamiser une catégorie très concurrencée par les biscuits et qui se trouve, au global, en léger recul. Kinder Bueno est le leader des barres chocolatées en France et revendique 29,5 % de parts de marché en valeur en grande surface. En magasin, les produits sont mis en avant jusqu'à mi-février sur la thématique du Bueno Comedy Show, avec des leaflets humoristiques et des bornes qui diffuseront des blagues.

     
    « L'humour représente un élément clef pour créer de la proximité », estime Virginie Fleury. Elle doit permettre d'élargir le recrutement en apportant des nuances au positionnement plutôt familial des produits Kinder en général.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [MARCHE] | #Amazon obtient sa #licence pour vendre des #médicaments dans plusieurs États #américains | @NUMERAMA

    DE CORENTIN DURAND | NUMERAMA | http://bit.ly/2idBZEE

    #Amazon obtient sa #licence pour vendre des #médicaments dans plusieurs États #américains

    Amazon semble prêt à aborder le marché très rémunérateur de la vente de médicaments. D'après le St Louis Post Dispatch, l'entreprise est désormais légalement habilitée à proposer les mêmes produits qu'une pharmacie. Selon des rapports publics obtenus par le St. Louis Post-Dispatch, le géant du e-commerce Amazon a obtenu, dans différents États américains, une licence pour commercialiser des médicaments, à l’instar des pharmacies.

    En conséquence, les chaînes pharmaceutiques américaines ont dévissé en bourse, même si Amazon n’a pas souhaité commenter cette information. Toutefois, selonCNBC, Amazon se laisserait jusqu’à Thanksgiving, fin novembre, pour décider si le marché pharmaceutique l’intéresse à long terme. 

    Amazon, licence, médicaments, américains, consolab

    Si la firme de Seattle souhaite s’y lancer, elle dispose désormais des atouts légaux  pour vendre des médicaments, même sur ordonnance, dans douze États : le Nevada, l’Arizona, le Dakota du Nord, la Louisiane, l’Alabama, le New Jersey, le Michigan, le Connecticut, l’Idaho, le New Hampshire, l’Oregon et le Tennessee. Des observateurs ont noté que l’enseigne avait recruté différents experts du secteur récemment, corroborant son intérêt certain dans ce domaine.

    Selon CNBC, cette activité cible un marché qui pourrait rapporter entre 25 et 50 milliards de dollars à la firme. Au Japon, l’entreprise livre déjà des médicaments grâce à son service Prime Now.