Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Promise [Conso Blog] - Page 2

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [DISTRIBUTION] | #Nuxe choisit #Tmall pour se lancer en #Chine | @PREMIUMBEAUTYNEWS.COM

    DE MARIE-HELENE CORBIN | PREMIUM BEAUTY NEWS | http://bit.ly/2mALsIF

    #Nuxe choisit #Tmall pour se lancer en #Chine

    Présente dans 83 pays, Nuxe considérait « comme une évidence » d’être en Chine. C’est chose faite depuis mai 2017. Julie Bonnet, Chief Digital Officer chez Nuxe, a expliqué lors d’un Morning de China Connect comment la marque française a utilisé le e-commerce - principalement la plate-forme Tmall Global du groupe Alibaba - pour faire connaître la marque et tester le marché chinois.

    Permettant aux marques étrangères de vendre en Chine sans les coûts ni les contraintes administratives d’une implantation physique, le e-commerce BtoC transfrontalier ou « cross border » a connu une très forte croissance ces dernières années en Chine qui devrait compter 74 millions de cross border shoppers en 2018, selon iiMediaresearch. Encouragée par les autorités chinoises qui y voient un moyen de stimuler la consommation domestique au détriment des achats des touristes chinois à l’étranger, la démarche est toutefois très encadrée. 

    Alibaba impose par exemple aux marques de recourir à un TP ou « Tmall Partner » basé en Chine pour faire le lien avec la plate-forme. Nuxe s’est ainsi rapprochée de NextBeauty, une société fondée par le français Grégoire Grandchamp constituée d’une équipe chinoise comptant des anciens de L’Oréal Chine et d’Alibaba. « Il ne faut pas croire que les plates-formes vont faire le travail pour les marques, » prévient-il. « Notre rôle est de comprendre comment travailler avec elles et d’élaborer une stratégie sales and marketing pour les faire réussir sur Tmall. » Pour maximiser l’exposition aux internautes chinois, le TP incite les marques à tirer parti du calendrier Tmall jalonné de 6 événements promotionnels majeurs, au premier rang desquels la journée des célibataires, le 11 novembre ou « 11.11 », opération de shopping en ligne de 24h instaurée en 2009 par Alibaba.

    En 2017, le géant chinois a annoncé un record de ventes - 25,3 milliards de US$, en croissance de 39% par rapport à 2016, réalisées à 90 % sur Internet mobile - mais revendique également une autre réussite : une montée en gamme et une image nettement améliorée par rapport à la foire aux rabais de ses débuts. Parmi les innovations, la plate-forme Tmall a ouvert cette année un Luxury Pavillon dédié aux marques de luxe, où Guerlain a pu vendre un parfum au prix de 500.000 yuans (65.000 €).

    Les marques de cosmétiques n’ont pas lésiné sur les moyens. Lancôme a invité six stars chinoises pour représenter ses produits avec des angles différents. SKII a conçu une édition limitée présentée de façon joyeuse et ludique. MAC a fait défiler 200 mannequins lors du défilé « See Now Buy Now » organisé par Tmall. Estée Lauder, L’Oréal et Shisheido ont installé des pop-up stores le temps de l’événement…

    « Il y a une évolution certaine du 11.11 qui intègre de nouveaux codes tels que la premiumisation, la personnalisation, le gaming et l’entertainment », résume Julie Bonnet. « Le 11.11 n’est plus simplement un événement promotionnel, c’est un vrai rendez-vous pour les marques, qui nous permet aujourd’hui d’allier branding et business. »

    1470217319-lp-nuxe-fr-gamme-reve-de-miel-innovation-2016-04.jpg

    Nuxe a choisi de mettre en avant trois gammes de produits - l’Huile prodigieuse, Rêve de miel et la Crème fraîche de beauté. « La clé, c’est la préparation », insiste Grégoire Grandchamp, qui préconise de commencer à planifier pour le 11.11 six mois à l’avance. La stratégie de Nuxe a beaucoup misé sur les influenceurs en faisant appel à un KOL (Key Opinion Leader) d’envergure nationale spécialisé dans les cosmétiques, Wu Miao (吴淼), ainsi qu’à quatre personnalités de rayonnement régional autour de Pékin, Canton, Chengdu et Shanghai, «  avec l’objectif de toucher 2 millions de followers.  »

    « Les influenceurs dans la beauté aujourd’hui, c’est miraculeux », affirme Grégoire Grandchamp. « Même des marques à l’origine peu connues en Chine telles que Leonor Greyl, avec laquelle nous travaillons, est en train de connaître un développement assez extraordinaire grâce à quelques KOLs.  » Il insiste toutefois sur la nécessité de s’assurer que les influenceurs sélectionnés connaissent bien la marque et aiment les produits, «  parce qu’un bon influenceur c’est quelqu’un qui a un rapport personnel et authentique avec la marque, qui est un vrai fan. Il est important aussi d’être en relation sur le long terme avec eux pour éviter le problème des fake followers. »

    Pour Julie Bonnet, les influenceurs représentent même « le premier média en Chine ». « Mais il y a une dimension essentielle à intégrer, surtout pour nous marques françaises, c’est de leur laisser la liberté si on veut que ça marche en Chine. Il faut laisser les KOLs s’approprier la marque. »

    Le bilan du 11.11 a été « conforme aux attentes chez Nuxe, avec 50 % du volume de ventes de cette première année qui est courte. » Le résultat est plutôt 35 % à 40 % sur une année normale pour une marque, indique Grégoire Grandchamp, qui assure que NextBeauty propose un partenariat de long terme équilibré entre le chiffre d’affaires et la construction de la marque. « Nous offrons aux marques un accès en anglais aux datas de Alibaba, pour leur permettre de mieux cibler leur clientèle en termes de profil et de mode d’achat », précise-t-il, en ajoutant qu’outre Tmall, NextBeauty travaille régulièrement avec six ou sept plates-formes.

    Pour tenter le e-commerce cross border, les marques n’ont en effet pas l’obligation de passer par Tmall. D’autres plates-formes existent, telles que JD.com, qui a réalisé cette année des ventes de 19,2 milliards de US$ lors du 11.11 (en hausse de 50 % par rapport à 2016), Xiaohongshu.com ou encore le leader Kaola.com (du groupe chinois NetEase), moins connu en Europe. « Il y un paysage qui devient plus hétérogène, plus prolifique et plus complexe », analyse Laure de Carayon, l’organisatrice de China Connect. « Ce sont autant d’opportunités pour qui veut bien se donner les moyens de creuser.  »

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [NUMERIQUE] | Le groupe #Lego s’associe à #Tencent pour sensibiliser les #enfants #chinois au #numérique | @L'USINEDIGITALE

    DE SIMON CHODORGE | USINE DIGITALE | http://bit.ly/2EJaL2v

    Le groupe #Lego s’associe à #Tencent pour sensibiliser les #enfants #chinois au #numérique

    L'entreprise danoise Lego et le groupe chinois Tencent ont annoncé le 15 janvier un partenariat pour développer des contenus et des plateformes numériques à destination des enfants. Le célèbre fabricant de briques connaît un ralentissement de sa croissance presque partout sauf en Chine. Un rapprochement à suivre alors que Lego cherche de plus en plus à diversifier ses activités dans le numérique.

    Le célèbre fabriquant de briques (en plastique) Lego et le groupe chinois Tencent ont annoncé le lundi 15 janvier un partenariat pour proposer aux enfants chinois des expériences numériques sans danger et les sensibiliser au digital. Avec un gros ralentissement des ventes dans les pays occidentaux, la Chine représente un marché prometteur pour Lego. Et Tencent un allié solide pour accélérer sa conversion au numérique.

    LEGO ET TENCENT VONT DÉVELOPPER DES JEUX-VIDÉO ET UN RÉSEAU SOCIAL POUR ENFANTS

    Les deux entreprises vont collaborer pour produire des contenus vidéos et des jeux mobiles estampillés Lego et à destination des enfants. Le partenariat visera également à développer Lego Boost, une application pour sensibiliser les enfants au codage en leur apprenant à animer leurs constructions. Les deux entreprises exploreront aussi les possibilités pour co-développer Lego Life, un projet de réseau social sûr pour les enfants chinois.

    lego_boost_design_products_technology_robots_dezeen_hero.0.jpg

    Lego Boost et Lego Life ne sont pas vraiment des nouveautés mais ils ne sont pour l’instant commercialisés qu’à petite échelle. Les projets s’imbriquent plutôt bien avec les activités de Tencent, spécialiste du jeu vidéo mobile et développeur du réseau social WeChat aux 600 millions de membres.

    LA CHINE, UN MARCHÉ SOLIDE POUR LEGO

    Le groupe danois n’a pas cassé des briques ces dernières temps. Ses ventes ont diminué pour la première depuis onze ans au premier semestre 2017, forçant l’entreprise à congédier 8 % de ses effectifs mondiaux la même année. Le marché chinois fait figure d’exception : en 2016, la croissance des ventes y est passée de 25 à 30 %.

    En novembre 2016, le groupe danois a même inauguré une usine de fabrication en Chine, pour produire 70 à 80 % de tous ses produits vendus en Asie.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [RACHAT] | ​#Showroomprivé : #Carrefour rachète les #17 % détenus par #Steinhoff | @FASHIONNETWORK

    DE MATTHIEU GUINEBAULT | FASHION NETWORK | http://bit.ly/2FCl2yP

    #Showroomprivé : #Carrefour rachète les #17 % détenus par #Steinhoff

    Le portail de vente événementielle ​Showroomprivé annonce un partenariat stratégique avec Carrefour, qui scelle l’accord en rachetant au groupe Steinhoff (Conforama) les 17 % de parts acquises au début de l’été. L’objectif est d’établir une stratégie omnicanal sur le plan commercial, marketing, logistique et datas.

    « Ce partenariat est un nouvel élément de l’accélération de notre stratégie digitale, dans une logique omnicanal, se félicite Alexandre Bompard, PDG de Carrefour. Il permet en outre à Carrefour d’entrer sur le marché des ventes privées en ligne et de renforcer son offre. Je suis convaincu de la grande valeur du management de Showroomprivé et du fort potentiel né de la coopération opérationnelle entre nos deux groupes. »

    Cette annonce intervient alors que le groupe Steinhoff doit depuis la fin 2017 faire face aux inquiétudes de ses créanciers, après s’être avoué incapable de donner un ordre de grandeur des irrégularités comptables figurant dans ses comptes, ou même un calendrier pour la présentation des comptes de 2017 et des états financiers ré-audités de 2016.

    3261.jpg

    Ses parts dans Showroomprivé sont finalement cédées à Carrefour à 13,5 euros l’action, pour un montant total de 79 millions d’euros. Carrefour conserve au passage le pacte d’actionnaire passé avec Steinhoff : les fondateurs du portail, David Dayan et Thierry Petit, conservent 27,17 % du capital et 40,42 % des droits de vote, tandis que Carrefour détient 16,86 % du capital et 13,37 % des droits de vote.

    « Un complément de prix sera versé par Carrefour à Conforama en cas de lancement par Carrefour d’une offre publique d’achat sur Showroomprivé dans les dix-huit mois suivant la réalisation de l’opération, précise par ailleurs le communiqué. Ce complément de prix sera égal à la différence entre le prix de l’offre qui serait ainsi déposée par Carrefour et le prix de l’acquisition (soit 13,5 euros), multiplié par le nombre d’actions cédées par Conforama. »

    Le prélude à une acquisition majoritaire de Showroomprivé par Carrefour ? Introduit en Bourse en octobre 2015, le portail compte 28 millions de membres en France et dans huit pays, pour un chiffre d’affaires net de 540 millions d’euros en 2016 (+22 %). Une très importante force de frappe en ligne dont pourrait tirer parti Carrefour, fort de 103,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2016 et comptant 12 000 magasins. Notons que cette nouvelle transaction s’inscrit dans une liste croissante de rapprochements entre distributeurs physiques et en ligne.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [PERSONNALISATION] | A New York, la #personnalisation gagne les #grandes #marques | @LSA

    DE JEROME PARIGI | LSA | http://bit.ly/2D6Rxne

    A New York, la #personnalisation gagne les #grandes #marques

    Pour le quatrième jour du retail tour mené par LSA et iloveretail.fr, en amont du retails’ Big show 2018 de la NRF 2018 qui débute demain, nous avons choisi de mettre l’accent sur la personnalisation, en détaillant les initiatives de Levis et de Converse qui proposent dans deux magasins la fabrication à façon d’articles uniques, totalement individualisables. Au bilan peu de ventes mais un vrai plus pour l’image.

    Pour ce quatrième jour du retail tour de LSA et iloveretail.fr en partenariat avec Paris Retail Week, direction Soho et Meatpacking où Converse et Levis proposent des expériences poussées de personnalisation et de fabrication de produits sur mesure. C’est dans le quartier branché des anciens abattoirs de Manhattan – d’où son nom de Meatpacking - que Levis a ouvert en 2010 un magasin doté d’un atelier de personnalisation, repris depuis à une moindre échelle sur deux autres emplacements newyorkais, à Soho et Brooklin.

    Le « Levis tailor shop » de Meatpacking, sur la 14e rue, propose en fait deux formules. Une de customisation simple qui consiste à ajouter sur un jean des éléments différenciants et personnalisés comme les boutons, la couture, des broderies, des noms, des symboles ou des écussons. Une autre de fabrication sur mesure et à façon – appelée Lot numéro 1 – où le client choisit tous les éléments de son jean de A à Z, en faisant ainsi un exemplaire unique.

    Les prix et les délais n’ont évidemment rien à voir. La simple customisation prend quelques jours. Le sur mesure, lui, coûte entre 750 et 950 dollars et impose un mois d’attente. Résultat, le magasin avoue n’avoir vendu que 490 jeans uniques depuis l’ouverture de la boutique, il y a 7 ans. Les ventes sont assez faibles, reconnait sans mal le vendeur de la boutique, mais c’est très bon pour l’image de la marque.

    Bon pour l’image comme l’est aussi la veste connectée Levis comuter x Jacquard by Google proposée dans ce même magasin pour 350 dollars. Elle permet de communiquer, d’écouter de la musique mais aussi de se géolocaliser et d’indiquer le chemin à suivre. Elle est elle aussi vendue dans les 2 autres magasins newyorkais qui proposent le tailor shop.

    000259682_illustration_large.jpg

    Une autre marque américaine emblématique, Converse, s’est lancée, elle aussi dans la personnalisation. Depuis un peu plus d’un an, elle propose dans son flagship de Soho, agrandi pour l’occasion, des chaussures sur mesure et totalement personnalisables qui coûtent entre 150 et 250 dollars mais nécessitent près d’un mois d’attente. La marque a consacré tout le sous-sol de son magasin phare à la customisation et la personnalisation avec des performances très contrastées. Pour 10 sneakers customisées (avec un nom, des slogans et/ou des motifs), la boutique dit ne vendre qu’une paire de chaussures personnalisée, soit en moyenne 5 par jour contre 50. Faible, mais là aussi très très bon pour l’image.

    Ces deux exemples sont loin d’être uniques. D’autres grandes marques s’essayent à la customisation. Sephora propose ainsi de graver ses bouteilles de parfum à ses initiales avec son service « Custom engraving ».

    Enfin Nike, dans son flagship de Soho consacre une belle part du rez de chaussée de son immense magasin à la customisation. Une tendance lourde donc même si l’industrialisation des process semble encore loin. 

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [DIGITAL] |Le #Digital #transforme l'#entreprise et son approche au #client | @ECOMMERCEMAG.FR

    DE VALENTINE SIMON | ECOMMERCEMAG.FR | http://bit.ly/2CUgT8m

    Le #Digital #transforme l'#entreprise et son approche au #client

    La révolution numérique a eu un double impact qui a profondément bouleversé nos habitudes que ce soit sur notre communication (75% de la population mondiale utilise un portable, explosion des réseaux sociaux, ...) ou que ce soit sur notre consommation.

    Chaque entreprise, quel que soit son secteur, cherche à améliorer ses performances et sa productivité. Quelles solutions digitales choisir ? Où place-t-on la relation client ?

    Le dirigeant, homme clef de la transformation digitale de l'entreprise

    Il est clair qu'aucune solution digitale ne peut fonctionner si le projet de la transformation n'est pas porté par le dirigeant de l'entreprise. En effet, la transformation digitale de l'entreprise débute par une identification efficiente de ses aspirations et des opportunités à saisir en misant dans un premier temps sur l'humain et une vision commune. Dans un second temps, la formation ; et ce, afin que chacun puisse trouver sa place et puisse se positionner dans l'entreprise.

    Adapter l'organisation de l'entreprise

    L'intégration du digital a, pour première conséquence pour les entreprises, de s'interroger sur leur organisation afin de s'adapter à cette réalité moderne et aux nouvelles exigences des clients. Il faut pouvoir offrir un service fluide aussi bien du point de vue du client que de l'entreprise. Avoir une interface s'adaptant aussi bien à l'appareil choisi et qu'aux usages du client. D'après l'étude de Deloitte, les achats à partir d'un téléphone intelligent ou d'une tablette bénéficieront de la convivialité des applications et l'entreprise prédit aussi que le chiffre des utilisateurs qui s'y adonnent connaîtra une croissance flagrante.

    Un impact positif et efficient sur les collaborateurs de l'entreprise

    La mise en place d'outils digitaux s'accompagne de divers chantiers menés par la direction qui va répartir les compétences de ses collaborateurs en mettant l'accent sur le collaboratif ce qui va peut générer des résultats bénéfiques sur l'engagement des collaborateurs. D'après une étude de Capgemini Consulting relative aux impacts des nouvelles technologies de l'information et de la communication sur la qualité de vie et la santé au travail montre l'impact globalement positif des usages des NTICS sur les conditions de travail. En ouvrant de nouvelles possibilités d'interaction et de production, ces usages ont apporté des améliorations concrètes et ont contribué de manière nette au sentiment de satisfaction au travail. Ils constituent bien souvent des solutions jugées adaptées par les salariés aux problèmes qu'ils ont à gérer dans leur contexte de travail présent (sécurité, intérêt du travail, besoin de sens et d'être acteur des évolutions...) ou tout au long de leur vie professionnelle (équilibre vie professionnelle/vie privée, employabilité...).

    Une approche agile et collaborative

    Par exemple, la mise en place d'un réseau social d'entreprise (RSE /intranet) peut être un accélérateur de production car il favorise la réactivité, fédère les équipes sur les projets et améliore la collaboration. Pour ce faire, il est important de choisir les bons outils, qu'ils soient adéquats, intuitifs, ergonomiques, rapides et surtout accessibles facilement. Des moyens de déploiements progressifs sont à préconiser afin que l'adoption soit positive et évolutive : on parle alors de méthode agile qui est une approche itérative et collaborative prenant en compte les besoins initiaux et ceux à venir.

    Une approche fusionnelle vers le client

    La démocratisation des outils digitaux a engendré une grande transformation dans la relation client ; en effet, le client a gagné en autonomie, il compare, exprime son avis et surtout recherche quelque chose de précis et de qualitatif. Ainsi, le digital est devenu une approche fusionnelle de l'entreprise et du client, l'expérience de celui-ci doit être au coeur de la mobilisation. Les nouvelles entreprises, nées à l'ère du digital, l'ont bien compris et avancent en mettant en place leurs processus d'un pas commun avec leur démarche de commercialisation ce qui leur donne une parfaite maitrise de leurs clients et place le produit au second plan.

     

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [LIVRAISON] | L’#abonnement, la nouvelle #formule #gagnante de la #livraison ! | @LSA

    DE PUBLI-REDACTIONNEL | LSA | http://bit.ly/2EbonU6

    L’#abonnement, la nouvelle #formule #gagnante de la #livraison !

    Déployé par La Poste, l’offre Colissimo Pass associe la livraison par abonnement à une sélection de services inédits, grâce à un pool d’e-marchands partenaires. Pour ces derniers, le concept constitue une intéressante alternative aux marketplaces traditionnelles.

    Nouvelle tendance de l’e-commerce, la livraison par abonnement fait aujourd’hui des émules en France. Véritable levier d’acquisition et de fidélisation, le concept contribue à l’essor de l’e-commerce. Près de 7 visiteurs sur 10 abandonnent, en effet, leur panier au cours de leurs achats. Les réticences proviennent principalement des frais de livraison trop élevés, ou de la crainte de ne pas pouvoir retourner les produits… Voire plus simplement, d’un mot de passe oublié pour se connecter à son espace client !

    « L’objectif est de lever les freins des e-acheteurs, en proposant une formule de livraison annuelle », explique Emmanuelle Bosc-Haddad, directrice Marketing Colissimo à La Poste. L’abonnement Colissimo Pass est destiné aux particuliers. Proposée à un prix découverte de 9 €, l’offre inclut les frais de livraison – allers et retours – en illimité, sans panier minimum. Les services Colissimo permettent de faciliter les retours grâce au dépôt en boîte aux lettres. L’offre intègre aussi une connexion simplifiée, en un clic et à partir d’un mot de passe unique, à toutes les enseignes partenaires du programme. L’abonnement séduira particulièrement les « gros » acheteurs qui passent plus de quatre commandes par mois.

    Un pool d’e-marchands

    Innovant et attractif, Colissimo Pass est testé depuis l’été 2017 auprès d’e-marchands. Les sites Chapitre.com et Mondebio.com ont été pilotes dans cette démarche, bientôt rejoints par Homéose.fr. « Le concept apparaît intéressant pour recruter de nouveaux clients, à travers non seulement la possibilité de fédérer différentes enseignes de l’e-commerce, mais aussi la réduction des frais de livraison », explique Stéphane Amiot, directeur général de Chapitre.com

    L’offre se distingue en effet par l’accès à un pool d’e-marchands de secteurs diversifiés. D’ici à trois ans, l’objectif est d’affilier 200 enseignes et d’atteindre un million d’abonnés. Toute la valeur ajoutée du service repose sur la mutualisation des sites partenaires qui s’apportent du trafic les uns aux autres. En ce sens, le programme Colissimo Pass constitue une alternative unique aux marketplaces traditionnelles. « Il permet de construire un autre modèle basé sur la mutualisation de plusieurs enseignes, tout en conservant notre propre canal de vente, notre approche marketing, la fidélisation de nos clients… », analyse Stéphane Amiot.

    colissimo-pass-illus.png

    Améliorer le taux de conversion

    La démarche de l’abonnement vise aussi à générer du trafic et à favoriser la conversion des commandes. « Les premiers résultats sont encourageants, indique Emmanuelle Bosc-Haddad. Le retour d’expérience des enseignes partenaires révèle que le programme génère 50 % de nouveaux clients. Les e-marchands constatent ainsi que Colissimo Pass offre l’occasion aux e-acheteurs membres de les découvrir. »

    Les sites partenaires observent également une progression de la fréquence des commandes. « Le programme constitue un levier d’acquisition et de fidélisation grâce à une meilleure visibilité des enseignes », poursuit la responsable. En matière de transformation, le service constitue une véritable opportunité pour les e-commerçants.

    L’augmentation du taux de conversion – de seulement 2 % sur Internet contre 50 % en moyenne dans le commerce physique – fait partie des enjeux de croissance de la vente en ligne. « Les premiers retours s’avèrent positifs, analyse Stéphane Amiot. Les souscriptions des abonnements ont permis l’acquisition de nouveaux clients. Grâce à la livraison et au retour gratuit, le concept permet de passer d’un achat réfléchi à un achat d’impulsion. »

    Favoriser une expérience client fluide

    Si les frais de livraison deviennent un fondamental du commerce en ligne, l’objectif est de conjuguer coûts postaux raisonnables et qualité de service. La clef de la réussite repose aussi sur une expérience client fluide et simple. « Les e-acheteurs ont besoin d’une expérience à valeur ajoutée globale liée à la qualité et à la fiabilité de la livraison, à la gestion des retours et à la simplicité de connexion sur les sites d’e-commerce », observe Emmanuelle Bosc-Haddad.

    La démarche constitue un vrai argument marketing pour les e-marchands partenaires de Colissimo Pass. Si la formule de la livraison par abonnement fait partie aujourd’hui des attentes des consommateurs, elle assure un statut particulier à ses souscripteurs, et un service premium qui va au-delà de la seule livraison. Pour Stéphane Amiot, la livraison par abonnement est similaire à un programme de fidélisation. Elle permet d’identifier les clients les plus fidèles. Avec l’accompagnement et l’expertise de Colissimo en plus : « Nous nous engageons à promouvoir les partenaires, souligne d’ailleurs Emmanuelle Bosc-Haddad, à relayer leurs offres spéciales et à communiquer pour générer du trafic ».

    Nouvelle formule gagnante de la livraison, l’abonnement signé Colissimo fait définitivement bouger les lignes de l’e-commerce.