Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

1- Actualités - Page 4

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [BUSINESS] | #WhatsApp va lancer sa solution #business à destination des #entreprises | @FASHIONNETWORK

    DE FASHION NETWORK | http://bit.ly/2MbYnfG

    #WhatsApp va lancer sa solution #business à destination des #entreprises

    Facebook, dont la croissance ralentit, va tenter de gagner de l'argent avec sa messagerie WhatsApp en faisant payer certaines entreprises voulant dialoguer avec leurs clients, ont annoncé les deux entités mercredi.destination des #entreprises

    Après de premiers tests annoncés l'an dernier, WhatsApp lance désormais officiellement sa solution « business », qui va permettre aux entreprises d'envoyer des messages à des clients qui les ont déjà contactées via WhatsApp, explique Facebook, donnant comme exemples le suivi d'une livraison, des rappels de rendez-vous ou des billets d'avion.

    Sur son blog dédié au « business », Facebook précise que les messages ne devront pas être promotionnels, qu'ils seront cryptés comme tous les messages WhatsApp et que l'on pourra à tout moment bloquer l'entreprise pour ne plus recevoir de messages.

    L'entreprise pourra répondre gratuitement aux requêtes de ses clients sous 24 heures. Passé ce délai, les messages lui seront facturés, précise Facebook, qui indique avoir testé cette solution avec plus de 90 grandes entreprises comme Singapore Airlines ou Uber.

    Il était déjà possible de dialoguer avec des entreprises mais de façon assez rudimentaire, selon WhatsApp, qui veut donc rationaliser les échanges et en tirer des recettes.

    Facebook tire la quasi-totalité de ses revenus de la publicité, mais manque désormais de place pour insérer davantage de publicité sur sa plateforme, d'où sa volonté de chercher de nouveaux débouchés, notamment sur ses services de messagerie Messenger ou WhatsApp.

    Le premier réseau social du monde avait racheté WhatsApp, qui revendique aujourd'hui 1,5 milliard d'utilisateurs, début 2014 pour environ 20 milliards de dollars.

    Les deux cofondateurs de WhatsApp, Jan Koum et Brian Acton, avaient quitté Facebook en mai 2018 et en 2017 respectivement, sur fond, selon la presse américaine, de désaccords avec les dirigeants de Facebook concernant la confidentialité des données ou la monétisation de la messagerie.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [PUBLICITE] | [Le chiffre du jour] #1,6 milliard d’euros, les #investissements #publicitaires bruts de la #distribution #alimentaire | @LSA

    DE JEROME PARIGI | LSA | http://bit.ly/2LL0V7q

    [Le chiffre du jour] #1,6 milliard d’euros, les #investissements #publicitaires bruts de la #distribution #alimentaire

    Selon les données de Kantar Media, les coûts bruts (hors négociation) des investissements publicitaires de la distribution dépassent 1,6 milliard d’euros sur un an à mi-mai 2018, avec Lidl comme premier annonceur.

    Chaque année la distribution alimentaire et non alimentaire se dispute, avec l’automobile, la place de premier annonceur publicitaire en France. Un débat arbitré par Kantar Media qui évalue périodiquement les coûts bruts (hors négos) des campagnes engagées par les marques. Sur la dernière période disponible arrêtée au 13 mai, le panéliste chiffre à 1,643 milliard d’euros (-0,4%), les investissements des enseignes alimentaires sur un an. Même avec des taux de négociations estimés entre 40 et 45% vus les volumes d’achats d’espace en jeu, ça fait quand même une enveloppe annuelle dédiée aux médias comprise entre 850 millions et 1 milliard d’euros.

    Côté enseignes, Lidl qui a très lourdement investi en TV ces dernières années a pris la tête des principaux annonceurs du secteur mais a stabilisé ses budgets. Leclerc aussi est plutôt stable alors qu’Intermarché en pleine phase de conquête enregistre la plus forte croissance (+19% à 305 M€) des grands annonceurs du secteur derrière Auchan (+78% à 85 M€). A noter quand même l’importance des radios et de la presse, deux médias clés pour leurs campagnes locales, dans le mix publicitaire des retailers.

    investissements, publicitaires, distribution, alimentaire

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [BEAUTE] | #YouCam #Makeup dévoile les #couleurs de #rouge-à-lèvres #préférées dans le #monde | @PREMIUMBEAUTYNEWS

    DE PREMIUM BEAUTY NEWS | http://bit.ly/2vhQ1M6

    #YouCam #Makeup dévoile les #couleurs de #rouge-à-lèvres #préférées dans le #monde

    Pour célébrer 10,8 milliards d’essais virtuels de rouges à lèvres sur l’appli YouCam MakeUp, Perfect Corp. examine de plus près les coups de cœurs des quatre coins du globe ainsi que les tendances

    À l’occasion du #NationalLipstickDay, le 29 juillet, aux États-Unis, Perfect Corp. examine de plus près les préférences en matière de rouge à lèvres au sein de son application YouCam Makeup [1].

    Perfect Corp a ainsi examiné au plus près les préférences des utilisatrices de YouCam Makeup, son appli phare, afin d’en extraire les prochaines tendances et de créer trois looks exclusifs à découvrir et essayer par soi-même sur l’appli.

    Les cinq couleurs Pantone de rouge à lèvres les plus convoitées de l’année, les teintes rose et rouge remportant la palme, sont : #1 Rose Fandango #2 Carmin #3 Rose profond #4 Amarante #5 Cerise

    -11755-bb2dc.jpg

    La vie en mat

    Par ailleurs, selon les données recueillies par Perfect Corp, le rouge à lèvres mat a conquis le cœur de toutes les dames à travers le monde. Une exception : le Japon. 50% des beautistas japonaises préfèrent un fini brillant contre 18% un fini mat !

    Côte Est contre Côte Ouest

    Un examen plus attentif des préférences de rouge à lèvres aux États-Unis, montre par ailleurs de notables différences entre New York et à Los Angeles. Les femmes de la côte Est semblent favoriser les couleurs des lèvres roses alors que celles de la côte Ouest optent pour les rouges.

    Toujours à l’occasion du #NationalLipstickDay, la société de réalité virtuelle lance aussi une gamme exclusive de rouges à lèvres les plus tendances du moment à essayer virtuellement.

    -11757-d5e73.jpg

    Dépassant les 10,8 milliards d’essais en 2017 - dont 80 millions pour la France à elle seule - le rouge à lèvres reste le produit le plus testé sur l’appli.

  • Imprimer

    [SALON] | #Promise #Consulting participe à la 4ème édition des #Chemins de l'#Innovation | @COMEDIA

    LES CHEMINS DE L'INNOVATION | PROMISE CONSULTING

    #Promise #Consulting participe à la 4ème édition des #Chemins de l'#Innovation

    Promise Consulting sera présent à la 4ème édition des Chemins de l’Innovation en tant qu’exposant mais aussi que speaker. Nous aurons l’occasion d’aborder notre cœur de métier : « Donner aux études marketing tout leur sens en privilégient une démarche sur-mesure ».

    Notre présence à cette journée des Chemins de l’Innovation représente pour nous le partage de valeurs communes avec l’Observatoire Com Media comme l’innovation, le ROI, la transparence et la fidélité.

    Rendez-vous le 28 juin, au cœur des innovations de l’univers du marketing et de la communication.

    Télécharger le programme

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [SERVICE] | #Walmart tente de #concurrencer #Amazon #Prime avec un #service de #commande par #SMS | @FASHIONNETWORK

    DE FASHION NETWORK | 

    #Walmart tente de #concurrencer #Amazon #Prime avec un #service de #commande par #SMS 

    Aux Etats-Unis, Walmart Inc lance un service de livraison le jour même qui permet aux clients de commander par SMS. Une nouvelle étape dans sa stratégie de développement du e-commerce pour concurrencer son rival Amazon.

    Appelé Jetblack, ce service permet aux clients de commander des articles sur Walmart.com mais aussi sur les sites des concurrents. Il fait partie de l’incubateur de start-ups interne de Walmart, Store No. 8. Jetblack est déjà disponible dans certaines zones de New York et devrait être étendu au reste des États-Unis petit à petit.

    « Nous essayons d’imaginer des technologies révolutionnaires qui changent la façon d’acheter », résume Jenny Fleiss, co-fondatrice et présidente-directrice de Jetblack. Elle est aussi co-fondatrice du site de location d’articles de mode Rent The Runway. Selon Jenny Fleiss, le retail du futur sera grandement conditionné par sa capacité à proposer une expérience de shopping personnalisée à travers le SMS et le chat en ligne.

    Le géant de la distribution américain injecte des milliards de dollars dans le développement de son activité de e-commerce et a récemment annoncé des partenariats avec des sociétés de logistiques pour livrer les produits commandés en ligne. Deux de ces partenariats, que Walmart avait conclu avec les services de VTC Uber et Lyft, se sont cependant terminés, soulignait Reuters le mois dernier.

    Jetblack, disponible via un abonnement mensuel de 50 dollars (43 euros environ), proposera la livraison le jour même et le jour suivant sans frais supplémentaires. Le défi de ce service consiste à réussir à concurrencer les autres services d’abonnement comme Amazon Prime et Prime Now, déjà bien installés et populaires auprès des citadins.

    Jenny Fleiss rapporte que les clients qui ont pris part au test pilote achètent en général une dizaine d’articles par semaine avec Jetblack. Le service se différencie en proposant des produits du quotidien via Walmart et Jet.com, tout en permettant aux clients de commander des articles de concurrents comme le géant de la cosmétique Sephora ou certaines marques locales.

    Jetblack enverra aussi une notification par SMS aux acheteurs s’ils sont sur le point de tomber en panne d’un produit qu’ils ont déjà commandé. Le service utilise une intelligence artificielle pour proposer des sélections de produits, révèle Jenny Fleiss.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [DISTRIBUTION] | #Alibaba va ouvrir un #centre de #distribution #européen à #Liège | @LSA

    DE FLORE FAUCONNIER | LSA | http://bit.ly/2HbHIoX

    #Alibaba va ouvrir un #centre de #distribution #européen à #Liège

    Alibaba est en train de conclure ses négociations avec le gouvernement wallon sur l'implantation d'un entrepôt de plusieurs hectares près de l'aéroport de Liège, qu'il vient par ailleurs de désigner comme son futur hub aérien pour desservir l'Europe.

    Le premier e-commerçant de la planète s'apprête à renforcer d'un coup ses capacités logistiques en Europe. Le chinois Alibaba va mettre en service un "gigantesque centre de distribution et de logistique sur une zone de plusieurs hectares située au nord du site de l'aéroport de Liège", révèle en effet L'Echo. Hier 31 mai, le ministre wallon de l'Economie, Pierre-Yves Jeholet, a confirmé à la presse : "Les négociations sont en cours. […] Cela pourrait aller assez vite." Il se réjouit également que cet investissement permette de créer "plusieurs centaines d'emplois, voire plus d'un millier à terme".

    En outre, hier toujours, le bras logistique d'Alibaba, Cainiao Smart Logistics Network, a indiqué avoir choisi l'aéroport de Liège comme centre européen de son réseau international. Outre Liège, Cainiao créera des hubs logistiques à Moscou, Kuala Lumpur et Dubai, de manière à pouvoir livrer n'importe où dans les 72 heures. L'aéroport de Liège, retenu pour "ses atouts de localisation optimale en Europe, son ouverture 24h/24 et 7 jours sur 7 et sa connectivité avec les autres continents" selon son patron Luc Partoune, accueille déjà les expéditions de Cainiao vers l'Europe. Mais l'établissement de ce nouveau hub va démultiplier les volumes acheminés.

    Quant au centre de distribution liégeois qui devrait voir le jour à côté de l'aéroport, il a, selon nos informations, vocation à héberger aussi bien des flux de l'Europe vers la Chine - des marques européennes qui vendent sur Tmall - que des flux de la Chine vers l'Europe - des marchands chinois qui vendent sur Aliexpress.

     
    Alimenter l'ascension d'Aliexpress

    Selon nos estimations, Aliexpress dépassait déjà les 200 millions d'euros de volume d'affaires en France en 2016. Lancé en 2010 par Alibaba pour permettre aux vendeurs chinois de commercialiser à l’étranger leurs produits à prix de gros, le site fait un carton en particulier sur le high-tech, la mode et les catégories grand import. Déjà dans le top 3 de l’e-commerce espagnol, russe et brésilien mais longtemps resté sous le radar dans l’Hexagone, il est maintenant la bête noire des e-commerçants français, des petits vendeurs concurrencés par cette offre à bas prix aux plus grandes marketplaces, qui ont également entrepris de recruter par milliers des vendeurs chinois… et réfléchissent aujourd'hui à stocker leurs best-sellers en France pour raccourcir les délais de livraison.

    Leur inquiétude ne peut aujourd'hui que s'accroître. Maintenant qu'Aliexpress va disposer de capacités logistiques accrues, il va aussi pouvoir commencer à actionner divers leviers marketing, ce qu'il n'avait quasiment pas fait jusqu'ici.