Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Imprimer

[CONSO LAB] [MAGASIN] | Comment #Amazon Books dépoussière les #librairies | @LSA

DE FLORE FAUCONNIER | LSA | http://bit.ly/2fUdyiK

Comment #Amazon Books dépoussière les #librairies

Lorsque Amazon se met à la distribution physique, c’est en adaptant les meilleures recettes du web. La preuve par l’exemple dans sa librairie de Seattle, que LSA a visitée.

Beau challenge, ou sacrée ironie ? C’est en large partie Amazon, à ses débuts uniquement un site marchand de livres, qui a précipité le déclin des librairies physiques. Le livre est pourtant le premier produit pour lequel, vingt ans après son lancement, il a ouvert des magasins. Sauf que sous leur apparence très classique, entre bibliothèques en bois naturel et fauteuils confortables, les Amazon Books proposent une expérience inspirée d’internet où tout est pensé pour faciliter la découverte. Premier détail : tous les livres sont présentés de face plutôt que de profil, pour qu’il soit plus facile de « naviguer » parmi les couvertures, qui happent davantage le regard. On ne case en revanche que 5 000 titres dans le magasin, mais l’efficacité l’emporte sur la quantité. Tous sont notés au moins 4 étoiles sur 5 en ligne, et l’assortiment est établi à partir des ventes, des précommandes, des avis clients et des sujets de discussion sur les forums.

Amazon Books, librairies

Mais l’aspect le plus amusant réside dans les noms des différents rayonnages. Aux côtés des polars, des romans historiques et des manuels de cuisine, l’e-commerçant a créé de nouvelles catégories. Les highly rated, notés au minimum 4,8 étoiles sur 5. Les titres les plus ajoutés dans des wishlists par les internautes. Les 100 ouvrages à avoir lu dans sa vie. Les page turners, que les lecteurs sur Kindle ont dévorés en moins de trois jours. Est même reproduite la fonctionnalité phare du site : si vous avez aimé ceci, alors vous aimerez cela. À gauche, un ouvrage connu, susceptible de parler au visiteur. À droite, trois titres qu’Amazon va chercher plus loin dans son catalogue.

Enfin, des tables disposées au centre du magasin présentent les devices maison : liseuses Kindle, tablettes Fire, haut-parleurs intelligents Echo et Echo Dot, une grande Fire TV… Sont également commercialisés des objets connectés que l’assistant vocal Alexa peut piloter (lampes Philips, thermostats Nest, etc.), ainsi que des écouteurs, câbles USB ou piles de la MDD du site, Amazon Basics. Car Amazon Books sert aussi de porte d’entrée à tout l’écosystème qu’a bâti la firme de Seattle autour des produits culturels, et qu’elle déploie aujourd’hui dans la maison connectée.

Dernière étape, le passage en caisse. Pas de liquide, seuls sont acceptés les cartes bancaires et les paiements mobiles. Un écran tourné vers l’acheteur récapitule ses achats et les rabais obtenus s’il est abonné à Prime. Histoire d’enfoncer encore le clou, pour qu’il n’échappe à personne que le magasin est une véritable extension du site.

Écrire un commentaire

Optionnel