Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeunes

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [TENDANCES] | Pour les #jeunes #Français, les #influenceurs deviennent #référents | @FASHIONNETWORK

    DE FASHION NETWORK | http://bit.ly/2pLiJlO

    Pour les #jeunes #Français, les #influenceurs deviennent #référents

    Les 18-24 ans sont libres... mais influençable. C'est en quelque sorte la conclusion de l'étude l'observatoire Cetelem/Harris Interactive qui s'est intéressé au phénomène des influenceurs(euses) et son impact sur les actes d'achats des Français. Ainsi, 64 % de l'ensemble des Français intérrogés déclarent se sentir libres au moment de faire des achats.

    Dans les faits, plusieurs facteurs influencent de manière significative les achats des Français, selon l'observatoire Cetelem/Harris Interactive qui a interrogé 1 000 Français.

    Les commentaires des proches (65 %), les messages de santé publique (55 %), les commentaires en ligne (51 %), les vendeurs en magasin (50 %) et les informations données par Internet (47 %) semblent en effet déterminants au moment de faire des choix. Les 18-24 ans se montrent plus sensibles aux commentaires en ligne (70 %) contre 42 % des personnes de 50 ans et plus. Ils sont également plus perméables à la publicité concernant les produits (35 %) comparativement aux 50 ans et plus (13 %), selon l'étude.

    Phénomène émergent de communication, le discours des influenceurs(euses) et des réseaux sociaux où ils officient, connus par 40 % des Français interrogés, semble davantage porter auprès des jeunes qui sont 58 % à savoir précisément de quoi il s'agit contre 32 % des plus de 50 ans. Si ces nouveaux ambassadeurs sont considérés par la majorité des Français interrogés comme les promoteurs d'une marque (79 %), ils sont vus par les jeunes comme des experts capables de rester indépendants (41 %) et de fournir des conseils personnalisés (48 %) et humains (47 %).

    Près d'un Français sur trois (29 %) reconnaît qu'il s'est déjà intéressé de plus près à une marque citée par un influenceur, contre 62 % des jeunes.

    Plus d'un jeune sur deux se dit friands de leurs recommandations dans les domaines du lifestyle (55 %), de la beauté (52 %) et du sport (57 %). 80 % d'entre eux déclarent avoir connu une marque grâce aux influenceurs et 58 % avoir acheté un produit, contre 27 % de l'ensemble des Français, selon l'étude.

    La culture (27 %), l'alimentation (26 %) et l'informatique (26 %) sont les secteurs où les conseils des influenceurs sont les plus suivis, tous âges confondus.

    L'enquête a été réalisée par Harris Interactive en ligne du 13 au 15 mars auprès d'un échantillon de 1 000 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [RETAIL] | Qu'attendent les #jeunes #consommateurs d'un #retailer ? | @GONDOLA

    DE CAROLE BOELEN | GONDOLA | http://bit.ly/2ETCygL

    Qu'attendent les #jeunes #consommateurs d'un #retailer ?

    Dans un chapitre de son rapport Global Powers of Retailing 2018, Deloitte s’intéresse tout particulièrement à la jeune génération. Qu’attendent-ils des retailers? Comment perçoivent-ils l’e-commerce? Quels sont les comportements d’achat du consommateur de demain? Voilà quelques questions auxquelles la société a tenté de répondre en interrogeant les étudiants en commerce du Pearson College London, âgés de 19 à 22 ans.

    Les attentes

    Les jeunes consommateurs attendent, selon l’enquête, un service irréprochable. Ils souhaitent avoir affaire à une équipe experte prête et capable de les assister dans leurs achats. Parallèlement, l’expérience omnichannel doit tenir une place importante dans le cadre d’une visite chez un retailer. Les jeunes consommateurs souhaitent pouvoir réaliser leurs achats quand et où ils le souhaitent,  et ce, de façon rapide et transparente notamment en cas de retour de produit. Quant à la qualité, ils s’attendent à en avoir peur leur argent. Enfin, les jeunes consommateurs attendent des produits qu’ils soient durables, réalisés à partir de nouveaux matériaux alternatifs et transparents au niveau de la supply chain.

    Selon l’étude, les jeunes femmes sont plus ouvertes à l’achat online que leurs congénères masculins. Et s’ils n’ont aucun problème à acheter des produits d’épicerie ou de petits produits (livres, musique, etc.) en ligne, ils préfèrent essayer les vêtements en magasin avant de faire leur choix.

    E-commerce: ce qui les attire ou rebute

    Les étudiants ayant répondu à l’enquête expliquent l’attrait du web comme suit: une gamme variée et importante, la facilité et des prix compétitifs. Quant aux freins, ils parlent de problèmes liés à la confiance et la réputation de certains site, ainsi qu’à l’impossibilité de toucher et de voir le produit.

    Paiement

    Le panel d'étudiants en commerce s’attend à ce que les systèmes de paiement deviennent plus transparents, se basant notamment sur le paiement sans contact comme Android Pay ou Apple Pay. Le paiement en espèces devrait se voir réduit non seulement dans l’utilisation, mais aussi dans l’acceptation de la part des retailers. Toujours selon eux, les cryptomonnaies devraient devenir de plus en plus importantes, bien que le taux d’adoption dépendra du développement relatif des pays.

    jeunes, consommateurs, retailer

    Le futur du retail tel qu’ils l’imaginent

    Deloitte leur a également demandé comment ils imaginent le futur du retail. Voici quatre points retenus par l’enquête:

    • L’expérience d’achat reste importante puisque les Shoppers veulent davantage d’engagement et d’interactions en magasin.
    • Les nouvelles technologies comme le smart tagging et le smart check-out ne viendront plus agrémenter l’expérience d’achat, mais deviendront fondamentales.
    • Des boutiques expérientielles innovantes et conviviales agiront comme des galeries permettant aux consommateurs de créer leur expérience personnalisée de shopping à travers les technologies de réalité augmentée/artificielle.
    • Davantage d’e-commerçants et de petits commerçants, tout comme les réseaux sociaux, permettront aux personnes de créer et promouvoir leurs marques.