Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

paris - Page 2

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [DRIVE] | #Carrefour lance en #avril des "#drive #piéton" à #Paris pour contrer #Leclerc | @LADEPECHE

    DE LA DEPECHE | http://bit.ly/2GkxciX

    #Carrefour lance en #avril des "#drive #piéton" à #Paris pour contrer #Leclerc

    (AFP) - Le groupe de grande distribution Carrefour va lancer en avril ses premiers "drive piéton" à Paris et Lyon afin de contrer un de ses concurrents, Leclerc, qui lance son service de livraison à domicile dans la capitale le 26 mars. Un "drive piéton" permet au consommateur ne disposant pas de voiture de récupérer ses courses commandées sur internet dans un magasin de centre-ville.

    "A Paris, Carrefour compte plus de 250 magasins dont la plupart livrent déjà à domicile (...) Après Lyon le 9 avril, nous ouvrirons nos premiers +drive piéton+ dans la capitale" dans le courant du mois, affirme Marie Cheval, directrice exécutive en charge notamment des questions numériques chez Carrefour, dans un entretien à paraître jeudi dans les Echos

    L'initiative entre dans le cadre du plan de transformation annoncé le 23 janvier dans lequel Carrefour s'est fixé un objectif de 5 milliards d'euros de chiffre d'affaires dans le commerce en ligne alimentaire d'ici 2022, contre environ 850 millions en 2017. Carrefour va aussi se positionner sur le créneau capital actuellement dans la grande distribution de la livraison express à domicile, avec le déploiement "dans les prochains mois" dans 15 villes d'un service de livraison en une heure.

    Enfin, elle a annoncé l'inauguration le 10 avril, à Aulnay-sous-Bois, d'un "nouvel outil industriel de pointe de préparation de commandes". Elle assure qu'il sera aussi efficace que l'entrepôt automatisé construit par son concurrent Casino en partenariat avec l'épicier en ligne britannique Ocado, afin d'accélérer la préparation des livraisons à domicile.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [DISTRIBUTION] | #Monoprix ne craint pas l'#arrivée de #Leclerc à #Paris | @LESECHOS

    DE PHILIPPE BERTRAND | LES ECHOS | http://bit.ly/2tvjlRM

    #Monoprix ne craint pas l'#arrivée de #Leclerc à #Paris

    Grâce à la technologie Ocado, l'enseigne de centre-ville va considérablement abaisser le coût de la préparation de ses colis.

    Michel-Edouard Leclerc a promis d'attaquer Paris avec la livraison à domicile. Son groupe coopératif, peu présent intra-muros, attaquera la capitale avec « les prix les plus bas du marché » grâce à deux plateformes de préparation de colis installées au nord et au sud de la ville. Une menace pour Monoprix et Franprix, les deux enseignes les plus rentables du groupe Casino en France.

    Jean-Charles Naouri a minimisé le danger lors de la présentation des résultats du distributeur ce jeudi. « Leclerc a annoncé réaliser 170 millions d'euros de chiffre d'affaires dans les trois ans. Sur un marché de 7 milliards, cela aura un impact limité à 1 % du chiffre d'affaires de Monoprix et Franprix », a estimé le PDG... « si tant est que Monoprix et Franprix ne répondent pas à cette offensive ».

    Le propriétaire de Casino explique sa sérénité par le fait qu'en banlieue parisienne, Franprix et Monoprix se trouvent partout en concurrence directe avec des magasins Leclerc. « Les magasins vivent très bien », malgré des différences de politique tarifaire.

    C'est le J + 1 qui compt

    Jean-Charles Naouri mise surtout sur  l'accord que Monoprix vient de signer avec Ocado , le « pure player » alimentaire anglais. L'enseigne de centre-ville va utiliser en France la « Ocado Smart Platform » dans un entrepôt qui desservira d'abord Paris, puis l'Ile-de-France, la Normandie et les Hauts-de-France.

    Le patron du groupe Casino a expliqué devant les analystes et les journalistes que cette technologie permettrait de préparer les colis - en vue d'une livraison à domicile comme des drives- à un coût 10 % inférieur à celui des meilleurs standards du marché. « L'entrepôt actuel de Monorpix à Gennevilliers perd de l'argent. Nous n'avons donc pas intérêt à pousser la livraison. Demain, l'activité sera rentable, il sera donc rentable de la développer ». L'entrepôt pourrait ouvrir dès le second semestre 2019.

    Sans citer Amazon, le dirigeant affirme également qu'en matière de livraison à domicile, c'est le J + 1 qui compte, le marché de la livraison des grosses courses. Pour la livraison le jour même, que le géant américain met en avant, Casino estime que le modèle rentable est celui de la délivrance au départ des magasins. A Paris, le groupe possède un maillage inégalable en points de vente de proximité.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [DRIVE] | #Leclerc s'#attaque à #Amazon à #Paris | @STRATEGIES

    DE EMMANUEL GAVARD | STRATEGIES | http://bit.ly/2DPaOOa

    #Leclerc s'#attaque à #Amazon à #Paris

    E. Leclerc va lancer une vaste offensive à Paris sur la vente en ligne, pour "relever le défi Amazon", selon son patron, Michel Edouard Leclerc. Livraison à domicile et Drive Piéton, pour des produits 15 à 20% moins chers.

    C’est une annonce en grande pompe qu’a fait Michel-Edouard Leclerc, face à Jean-Jacques Bourdin. L’enseigne se lancera dans la livraison à domicile à Paris, pour faire face aux visées du géant américain Amazon sur le commerce en ligne de produits alimentaires, a expliqué mercredi son patron, Michel-Edouard Leclerc. « Nous allons relever le défi d'Amazon sur la ville la plus chère de France », a expliqué M. Leclerc sur BFM TV / RMC. Leclerc va se lancer « à la fin de ce printemps » sur « certains quartiers » dans la « vente à domicile », avant une extension progressive à venir sur l'ensemble de la ville, a indiqué le distributeur. Le service se nommera Leclerc chez Moi.

    Leclerc, attaque, Amazon, Paris

    Le projet prévoit notamment des « drive piétons » et des « dépôts relais », a indiqué M. Leclerc. Les efforts de Leclerc dans le numérique vont amener « des créations d'emplois à très haute valeur ajoutée, avec beaucoup de technologie », a par ailleurs indiqué le dirigeant. Le groupe emploie à Toulouse « 500 ingénieurs travaillant sur des algorithmes, des applications sur la monétique », a-t-il dit.

    Cette annonce intervient une semaine après celle de Carrefour, par la voix d’Alexandre Bompard, et de son plan de transformation digitale, qui prévoit notamment la suppression de 2400 postes, et des accords en Chine avec le pure player Tencent. Auchan, de son côté, dans cette région du monde, s’est associé avec le géant Alibaba. Leclerc pour sa part, en France, entend s’attaquer seul au marché du numérique, et mettre en place la logistique adéquate. Par ailleurs, « les produits seront 15 à 20% moins chers que les enseignes de proximité », a ajouté Michel Edouard Leclerc, affirmant encore son positionnement prix.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [DISTRIBUTION] | #Aldi s’implante à #Paris et #Nice et teste un nouveau #concept | @LSA

    DE MORGAN LECLERC | LSA | http://bit.ly/2z7PYDp

    #Aldi s’implante à #Paris et #Nice et teste un nouveau #concept

    Le discounter allemand ouvre coup sur coup des magasins à Paris et à Nice, ce qui constitue une petite nouveauté pour l’enseigne. En plus de s’implanter dans des grandes villes, Aldi va y déployer -et tester- un concept plus qualitatif, qui laisse imaginer une sortie prononcée du hard discount (comme Lidl depuis 2012).

    Aldi fait ses premiers pas dans les grandes villes et y teste un concept spécifique, qui pourrait préfigurer le futur visage de l’enseigne. Selon nos informations, l’enseigne, qui s’implante d’ordinaire en périphérie des villes ou en milieu rural, a ouvert un magasin Nice il y a quelques jours, boulevard Virgile Barel. Sur une surface de 1400 m², Aldi déploie un magasin ou le frais est plus présent, ou la décoration et l’ambiance sont plus travaillées, tout comme la signalétique, des sujets qui étaient jusqu’ici les parents pauvres de l’enseigne. Côté encaissement, on trouve toute la panoplie d’habitude présente dans les enseignes classiques de proximité (caisses classiques, et caisses panier ou le client réalise lui-même les opérations). LSA vous proposera très prochainement une visite en photo de ce concept, dont le but est de se positionner comme un supermarché de proximité. Un vocable et une transformation qui ne sont pas sans rappeler l’évolution de Lidl entamée en 2012, lors que le compatriote d’Aldi a décidé de sortir du hard discount. Toujours selon nos informations, Aldi est activement en recherche d’emplacements de 1400 m² dans les villes, ce qui n’est pas toujours réalisable.

    Aldi, Paris, Nice, nouveau concept

    Ainsi, Aldi s’apprête à ouvrir dans Paris, sur une surface légèrement inférieure. L’inauguration est fixée au 22 novembre dans le 20 arrondissement, et plus précisément au 129 boulevard Davout, ce qui constituera une première pour l’enseigne dans la ville intra-muros (on comptait déjà un Aldi à Charenton le Pont, et un autre à Clichy, à quelques centaines de mètres de la capitale). Cette annonce a été faite par la foncière Française Real Estate Partners, qui assure la gestion de l’immeuble concerné. "Aldi développera son nouveau concept adapté au centre-ville sur une surface totale de 980 m². Les clients bénéficieront de 95 places de stationnement directement reliées au local" précise le bailleur. Du côté de l'enseigne visible de l'extérieur, les yeux avertis noteront qu'en lieu et place du logo Aldi,c'est dorénavant un "Aldi Supermarché" qui apparaît, une évolution loin d'être anecdotique.

    Compte tenu du montant des loyers et de la guerre commerciale que se livrent les enseignes de proximité, des acteurs comme Lidl ou Aldi peinent encore à s’installer dans Paris, d’autant que les emplacements ne sont pas toujours adaptés à la duplication de leurs concepts très normés. Ainsi, Lidl malgré ses 1500 magasins en France n’en compte que 16 dans la ville intra-muros.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [MAGASIN] | #Martini ouvre un #Caffé #Torino à #Paris | @LSA

    DE SYLVIE LEBOULENGER | LSA | http://bit.ly/2xD7Vgo

    #Martini ouvre un #Caffé #Torino à #Paris

    Martini ouvre un bar éphémère, le Caffé Torino, à Paris. La marque italienne veut ainsi montrer l’étendue de ses parfums, anciens comme nouveaux, consommés purs ou en cocktails, avec en vedette, le Négroni.

    La marque d’apéritif italien Martini va ouvrir un bar éphémère, au 51 rue des Archives (Paris 3ème). Ouvert du 23 au 29 octobre 2017, ce Caffé Torino permettra à la marque de faire découvrir aux visiteurs l’étendue de sa gamme ainsi que le cocktail emblématique de Martini, le Negroni, réalisé à partir de gin, de vermouth rouge et de bitter. "Nous ferons découvrir le meilleur Negroni au monde, cocktail phare de la gamme Martini Riserva Speciale, sublimé par le nouveau Martini Riserva Speciale Bitter, lancé cet automne", explique-t-on chez Martini-Bacardi France.

    Martini, caffé, Torino, Paris

    Au programme : Aperitivo à la Turinoise, dégustation du nouveau Martini Riserva Speciale Negroni ainsi que de cocktails signatures élaborés par des invités barmen de renom. La gamme Martini comprend un Bianco, un Rosato, un Rosso, un Extra Dry, un Riserva Speciale Rubino, un Riserva Speciale Ambrato ainsi qu’un Prosecco d.o.c., l'équivalent de l'AOC en Italie. Fondée à Turin en 1863, Martini appartient au groupe Bacardi depuis 1992.

     

  • Imprimer

    #Amazon lance l'offensive sur la livraison en une heure [@amazon @adetem @retail_du_futur]

    LES ECHOS.FR - 16/06 - Lionel Steinmann

    Le groupe américain a lancé jeudi son service Prime Now à Paris. Cette offre de livraison express va amener les autres e-commerçants à réagir.

    L'annonce était dans l'air depuis quelques semaines, mais elle n'en a pas moins secoué les acteurs français de l'e-commerce. Amazon, le géant mondial du secteur, a lancé ce jeudi à Paris son offre Prime Now, avec une promesse commerciale encore inimaginable il y a quelques années à grande échelle : la livraison en une heure maximum.

    Pour en bénéficier, les clients devront être membres du programme Premium, dont l'adhésion coûte 49 euros par an. Ils pourront alors piocher via leur application smartphone dans une sélection de 18.000 références (incluant des produits frais et surgelés) et être livrés dans l'heure pour un coût de 5,90 euros. S'ils sont prêts à patienter une heure de plus, la livraison sera gratuite à partir de 20 euros d'achat. Une offre valable sept jours sur sept, de 8 heures à 22 heures.

    Une organisation millimétrée

    « Livrer en une heure, c'est un exploit », explique Jérôme Libeskind, un expert des questions de logistique. Pour y parvenir, le groupe américain a mis en place une organisation millimétrée. La préparation des commandes, dans l'entrepôt de 4.000 mètres carrés investi par Amazon dans le 18arrondissement de la capitale, se compte en minutes. Les livraisons, elles, seront assurées par des prestataires extérieurs, « des professionnels de la logistique qui connaissent bien Paris, explique Frédéric Duval, le dirigeant d'Amazon France. Ils utiliseront des scooters pour les livraisons en une heure et des vans pour celles en deux heures. » Ce sera toutefois trop juste pour desservir dans les temps les XIIIe, XIVe et XVe arrondissements de Paris, ainsi qu'un certain nombre de communes limitrophes, pour qui Amazon restreint son offre à la livraison en deux heures.

    Même s'il reste circonscrit géographiquement, ce service de livraison express risque bien de bouleverser le monde du commerce en ligne. « Nous allons satisfaire des besoins qui n'existaient pas jusqu'à présent », s'enthousiasme Frédéric Duval. Et créer du coup de nouvelles attentes, sur lesquelles les grands distributeurs vont devoir répliquer. « Cela va les inciter à proposer des offres du même type », analyse Jérôme Libeskind. Les géants français de l'alimentaire, entre autres, préparent déjà la contre-attaque.

    La Poste bousculée

    La Poste, elle aussi, se trouve bousculée. Elle assure aujourd'hui une très grande partie de l'acheminement du flux de colis généré par les achats en ligne, et Amazon représente de très loin son premier client. Mais avec ce nouveau service, l'entreprise américaine montre qu'elle peut se passer de services, en tout cas dans des grands centres urbains.

    Par ailleurs, en popularisant la livraison express, Prime Now va faire le bonheur de Stuart, une start-up qui s'est positionnée sur ce créneau , et dont La Poste est actionnaire minoritaire. Mais les livraisons en vingt-quatre heures ou quarante-huit heures assurées par le groupe public vont souffrir de la comparaison. Et le groupe public pourra difficilement s'aligner : à l'image des autres spécialistes du secteur, comme UPS ou DHL, son système repose sur une massification des flux et des tournées de distribution, alors que la livraison en une ou deux heures repose sur l'emploi de coursiers.

    Par ailleurs, avec un coût de revient sans doute nettement supérieur aux 5,90 euros facturés au client, Amazon n'est pas effrayé par les pertes considérables que devrait générer Prime Now à court terme, mais ses concurrents ne sont pas forcément prêts à suivre.

    [RETROUVER L'ARTICLE EN ENTIER]