Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

automobile

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [MARCHE] | L’#automobile, un #marché #clé pour les #assistants #vocaux | @LUSINEDIGITALE

    DE JULIEN BERGOUNHOUX | L'USINE DIGITALE | http://bit.ly/2pnPSnC

    L’#automobile, un #marché #clé pour les #assistants #vocaux

    Si la maison est le théâtre d'une bataille entre les géants technologiques américains autour de leurs assistants vocaux, la voiture n'est pas en reste. Au travers des smartphones, mais aussi de la connectivité de plus en plus intégrée aux véhicules, Apple, Google et Amazon cherchent à imposer leurs services... et leurs écosystèmes.

    L'automobile est un autre marché clé pour les assistants vocaux. A mesure que les voitures gagnent en connectivité, de nouveaux services deviennent accessibles. Navigation guidée (Waze, Google Maps), musique (Spotify, Pandora), communication (Skype, iMessage)… Selon le portail mondial de statistiquesStatista, ils représenteront un marché de 6,4 milliards d’euros en 2021, contre 1,4 milliard en 2017.

    Et pour accéder et contrôler ces services quand on est au volant, quelle meilleure interface que la voix ? D’autant que les véhicules sont déjà équipés de kits "mains-libres". L'interface vocale est ici encore un cheval de Troie pour les écosystèmes propriétaires des géants technologiques, mais contrairement au domicile, ce sont Apple et Google qui dominent le secteur. Leur poigne de fer sur les systèmes d’exploitation pour smartphones leur a permis de pénétrer ce marché malgré la volonté des constructeurs de rester maîtres de leurs véhicules.

     

    APPLE ET GOOGLE GAGNENT EN PUISSANCE SUR LE MARCHÉ AUTO

    Automobile, marché, clé, assistants vocaux

    Si Android Auto et Apple CarPlay ne sont pas encore des must-have, de plus en plus de véhicules neufs sont compatibles chez quasiment tous les constructeurs du marché, y compris Français et Européens. Pour conserver leur indépendance, ces derniers continuent à offrir leurs propres systèmes, mais ils peinent à lutter contre l’expertise logicielle des géants technologiques. Pour y parvenir, certains (BMW, Audi) font appel à des spécialistes historiques du domaine, comme Nuance Communications.

    Et Alexa dans tout ça ? Amazon n’est pas complètement absent du secteur. Tous les modèles de BMW et Mini seront compatibles avec son assistant vocal d’ici la fin de l’année. Les véhicules Ford disposant du système de divertissement de bord Sync 3 pourront également en profiter d’ici quelques mois. Toyota s’y met progressivement, et les marques du groupe Volkswagen commencent aussi à en doter certains modèles. La force d’Amazon par rapport à Apple et Google est la diversité des tâches que peut accomplir Alexa, résultat de son ouverture à de très nombreux partenariats. On peut par exemple augmenter la température du salon depuis sa voiture, pour qu’il fasse chaud en arrivant chez soi. Autre intérêt : Alexa peut être intégrée aux systèmes de bord des conducteurs sans qu’ils en perdent le contrôle…

    Car là est bien la finalité de ces manœuvres. Si la consommation de contenus et services dans l’habitacle est encore limitée aujourd’hui, les regards sont déjà tournés vers un futur où une partie grandissante des trajets sera réalisée en autonomie… et dans lequel ce marché explosera.