Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

blablacar

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [PARTENARIAT] | #BlaBlaCar et #Ouibus renforcent leur #partenariat durant la #grève #SNCF | @ECOMMERCEMAG

    DE STEPHANIE MARIUS | ECOMMERCEMAG | 

    #BlaBlaCar et #Ouibus renforcent leur #partenariat durant la #grève #SNCF

    BlaBlaCar et Ouibus, spécialisés dans le covoiturage et l'autocar en France, s'unissent pour répondre à la demande des voyageurs les jours de grève, en partageant certaines de leurs offres de transport sur leurs plateformes respectives.

    À la suite de l'annonce de BlaBlaCar indiquant que la plateforme permettrait à présent à des sociétés d'autocars de proposer des trajets pendant les grèves, Ouibus et BlaBlaCar ont choisi de collaborer. BlaBlaCar élargit son inventaire de transport en intégrant des places Ouibus sur plusieurs grands axes (Paris-Lyon, Paris-Toulouse, Paris-Caen et Paris-Orléans). Les places sont réservables sur le site de BlaBlaCar et sont proposées par Ouibus à un tarif fixe par trajet.

    De la même manière, Ouibus permet à BlaBlaCar de proposer 20 nouvelles destinations sur son site Ouibus.com, telles que Le Touquet, Évreux, Alençon, La Tranche sur Mer, Agen, Albi, Vichy, Gap, Valenciennes... Les conducteurs de BlaBlaCar qui effectuent des trajets sur ces liaisons bénéficieront ainsi d'une visibilité démultipliée pour leurs annonces et participeront à élargir le réseau de destinations proposées aux clients de Ouibus pendant la durée de la grève.

    "Ce développement s'inscrit dans la lignée des mesures mises en place ces dernières semaines pour faire face à une demande exceptionnelle et permettre à un maximum de personnes de se déplacer pendant les grèves. La mise à disposition de bus est une activité très complémentaire au covoiturage. Les bus permettent de proposer des volumes plus importants sur les axes majeurs, quand le covoiturage permet de couvrir une multitude de points de départ et d'arrivée, pour être au plus près des voyageurs dans toute la France", commente Nicolas Brusson, cofondateur et directeur général de BlaBlaCar.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [COVOITURAGE] | #Blablacar se #rapproche (un peu) du #monde des #VTC grâce à une #mutualisation #accrue des #trajets | @L'USINEDIGITALE

    DE SYLVAIN ARNULF | L'USINE DIGITALE | http://bit.ly/2nw6kAZ

    #Blablacar se #rapproche (un peu) du #monde des #VTC grâce à une #mutualisation #accrue des #trajets

    Rapprocher conducteurs et passagers en facilitant la mutualisation de trajets longue distance : c’est la mission que se fixe le géant du covoiturage Blablacar. Avec une fonctionnalité qui rappelle celle d’Uber Pool et autres taxis et VTC partagés.

    Faire un petit détour pour récupérer plus de passagers et remplir son véhicule : c’est devenu une habitude pour les chauffeurs de taxis et VTC, depuis l’émergence de services de mutualisation de trajets comme Uber Pool, LeCab plus, G7 Partagé et autres AlloCab pool. Cela va-t-il aussi devenir la règle pour les conducteurs amateurs utilisant les applications de covoiturage ?

    Blablacar va progressivement mettre en place un nouvel algorithme d’ici l’été 2018 qui permettra aux conducteurs de croiser plus facilement des passagers près de leur chemin pour des trajets longue distance. L’application va permettre aux utilisateurs de réserver des sous-segments d’un trajet plus long et multiplier les points de "départ / arrivée" potentiels croisés sur la route. Ils seront automatiquement dirigés vers des conducteurs qui passent dans la même zone. Une façon de mieux faire matcher offre et demande et d’optimiser le maillage existant. "Nous avons aujourd’hui 38000 points de départ différents lors de week-end de forte activité, à comparer aux 3000 gares ferroviaires du pays : ce chiffre va être multiplié avec ce nouvel algorithme", avance Nicolas Brusson, co-fondateur et directeur général de Blablacar.

     

    TRANSPORTER LES PASSAGERS DE PORTE À PORTE, OU PRESQUE

    Blablacar, rapproche, monde, VTC, , trajets

    L’application veut inciter ses utilisateurs (18 millions dans une vingtaine de pays au dernier trimestre 2017) à changer leurs habitudes. Blablacar parle de "changement de paradigme ", et a même bouleversé son identité visuelle pour l’illustrer. "85% de la population vit en dehors des villes, mais doit se rendre dans un hub de transport pour trouver un point de départ de covoiturage", constate Nicolas Brusson. Il cite l’exemple d’un habitant d’Evry voulant se rendre à Villeurbanne qui va spontanément taper 'Paris / Lyon' dans le moteur de recherche du site pour être sûr de trouver un trajet. "Ces utilisateurs doivent aujourd’hui se rendre à l’intérieur d’une ville, dans un point central pour en ressortir ensuite. Nous voulons leur permettre de partir de plus près de chez eux depuis un point intermédiaire, qui croisera le trajet d’un covoitureur".

    Pour bâtir ce service, Blablacar devra connaître les points de départ et d’arrivée exacts des passagers, de porte à porte. "On veut que nos utilisateurs aient le même réflexe que lorsqu’ils entrent un trajet sur leur GPS ou réservent une course de VTC, en indiquant les points de départ et d’arrivée réels", explique Nicolas Brusson. C’est déjà ce que fait Blablacar avec son service de covoiturage domicile / travail Blablalines.

     

    CONDUCTEURS ET PASSAGERS VONT-ILS SUIVRE ?

    Tout l’enjeu va être de sensibiliser les utilisateurs fidèles du service à changer leurs habitudes sans contrepartie. Les conducteurs n’auront pas forcément envie de faire plusieurs détours (même courts) et les passagers vont peut être râler en voyant les temps de trajets s’allonger. Surtout que contrairement à Uber Pool et consorts, Blablacar ne promet pas de tarifs plus bas si les passagers acceptent de partager leur trajet : la société mise sur l’information en amont pour éviter toute frustration. Cela suffira-t-il ?

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [HIGHTECH] | #Waze veut contrer #Blablacar en France avec une offre de #covoiturage | @BFMTV

    DE PASCAL SAMAMA | BFMTV | http://bit.ly/2ie31N6

    #Waze veut contrer #Blablacar en France avec une offre de #covoiturage

    La filiale de Google, éditeur de l’appli de géolocalisation, projette de lancer dans l'Hexagone une offre de covoiturage pour les déplacements domicile-travail.

    Blablacar est en France synonyme de covoiturage, mais le quasi-monopole dont jouit, dans l'Hexagone, le service créée par Frédéric Mazzela pourrait être mis à mal par un acteur de poids. Waze, la filiale de Google connu pour son appli GPS, a l’intention de lancer en France sa propre offre de covoiturage. C’est ce qu’a affirmé aux quotidien Les Échos Thomas Guignard, directeur général Europe, Moyen-Orient et Afrique de la start-up israélienne rachetée par Google en 2013. Officiellement, l'objectif est de participer au désengorgement du trafic routier. "Le covoiturage est un sujet essentiel pour nous. En optimisant le remplissage des voitures, on contribue à désaturer le trafic, et donc à réduire le temps de trajet, ce qui est aligné avec notre vocation".

    Le dirigeant précise qu’il ne compte pas se précipiter. Ce service ne sera pas lancé avant 2019, ce qui laisse du répit à Blablacar, mais également à ces concurrents. Cette activité devient de plus en plus compétitive depuis son lancement en 2004. Aujourd’hui, plusieurs sociétés se sont lancées parmi lesquelles iDvroom (filiale de la SNCF), Wayzup, Karos, ainsi que des services locaux ou associatifs comme freecovoiturage ou covoiturage-libre.

    Waze a déjà une certaine expertise dans le covoiturage courte distance. Lancé en 2015 dans plusieurs villes israéliennes (Tel Aviv, Ra’anana et Herzliya), l'appli de covoiturage qu'elle a mis au point est opérationnelle en Californie depuis 2016. Et après une année de test à Rio de Janeiro, le Brésil est le prochain pays sur la liste. Son offre se veut une alternative aux transports en commun pour les trajets domicile-travail.

    Waze, Blablacar, covoiturage

    L’arrivée du duo Waze/Google doit-elle inquiéter les acteurs français du covoiturage? Blablacar a en tout cas tardé à se lancer sur le covoiturage courte distance. Il a attendu la rentrée 2017 pour lancer une offre comparable baptisée BlablaLines et destinée aux Franciliens. De plus Google apparaissait jusqu'alors comme un allié. Les utilisateurs qui cherchent un itinéraire sur Google Maps se voient aujourd'hui proposer une option covoiturage en plus des autres modes de transport. Et il suffit d'avoir téléchargé l'appli mobile de BlablaCar sur son smartphone pour être redirigé vers la page des résultats sur BlablaCar correspondant au trajet recherché. Cette alliance va-t-elle perdurer après l’arrivée de Waze?

    Selon Les Échos, Blablacar s’est d'ailleurs associé à Transdev, la SNCF et la RATP pour créer une base de données qui centralisera les informations stratégiques des voyageurs afin d’adapter leurs services aux besoins des usagers. Une initiative perçue comme une réplique à Google, Facebook et Amazon qui ne pourraient pas avoir accès à cette mine de données.