Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

amazon go

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [DISTRIBUTION] | #Kepler, la (future) #réponse de #Walmart à #Amazon Go | @L'USINEDIGITALE

    DE JULIETTE RAYNAL | L'USINE DIGITALE | http://bit.ly/2BVev3W

    #Kepler, la (future) #réponse de #Walmart à #Amazon Go

    Le géant américain de la grande distribution Walmart planche au sein de son incubateur sur un projet de magasin physique sans caisse basé sur des technologies de vision par ordinateur. En parallèle Walmart travaille également sur un service d'assistant shopping.

    Walmart planche sur un projet dont le but est de réinventer l'expérience shopping en magasin grâce à de nouvelles technologies comme la vision par ordinateur… Il y a comme un air de déjà vu dans cette présentation ? C'est normal. Selon les informations du site Recode, le géant américain de la grande distribution concocte une sorte de réplique d'Amazon Go, le concept de boutique connectée sans caisse imaginé par le roi du e-commerce et qui s'appuie justement sur ce type de technologies.

    UN MAGASIN SANS CAISSE

    Baptisé Project Kepler, le dispositif est en cours de développement au sein de Store No 8, l'incubateur de start-up de Walmart. Il est piloté par Mike Hanrahan, le cofondateur et ancien CTO de Jet.com, racheté 3 milliards de dollars par Walmart en août 2016.

    Une offre d'emploi d'ingénieur spécialiste de la vision par ordinateur relative à ce projet indique que le poste consiste à créer une expérience consommateur de premier ordre dans le secteur du retail physique. Par ailleurs, plusieurs sources proches du dossier auraient confirmé à Recode que l'objectif était de créer des magasins physiques qui fonctionneraient sans caisse… et donc sans file d'attente. Contacté par le site américain, un porte-parole de Walmart n'a pas souhaité commenter cette information.

    ET UN ASSISTANT SHOPPING

    En parallèle de ce projet, Walmart expérimente un service d'assistant personnel au sein de Code Eight,  une start-up de l'incubateur Store No 8 dirigée par Jennifer Fleiss, anciennement à la tête du site Rent the Runway (location de vêtements haut de gamme sur abonnement). Le service vise une clientèle urbaine et aisée (qui n'est donc pas le cœur de cible historique de Walmart). Il consiste à faire des recommandations de shopping puis à permettre l'achat via des messages texte.

    Si à première vue cette interface ressemble à un chatbot, l'assistant shopping serait en fait animé par des experts humains, précise Recode. Les clients ont aussi la possibilité de prendre en photo des produits qui les entourent pour les ajouter à leur liste de shopping. Les articles classiques de la maison sont ensuite livrés dans les 24 heures et le délai de livraison s'étend à deux jours ouvrés pour les autres types de produits. Code Eight songerait à développer ce service à travers un abonnement mais pour l'heure les premiers testeurs en bénéficient gratuitement.

    PAS DE DATE DE DÉPLOIEMENT

    Le calendrier de déploiement et d'industrialisation de ces nouveaux concepts reste inconnu pour le moment, mais le projet Kepler pourrait mettre un certain temps à voir le jour tant il repose sur des technologies complexes. D'ailleurs, le concept Amazon Go, présenté il y a plus d'un an, n'est toujours pas accessible au grand public. 

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [MAGASIN] | #Tmall Supermart : l’#anti-#Amazon #Go développé par #Alibaba | @LSA

    DE FRANCOIS DESCHAMPS | LSA | http://bit.ly/2i2aVwj

    #Tmall Supermart : l’#anti-#Amazon #Go développé par #Alibaba

    Le géant chinois de l’e-commerce a présenté pour la première fois à Shanghai lors de son global Shopping Festival, le 11 novembre dernier, un prototype de magasin sans caisses.

    Le supermarché sans caisses Amazon Go a fait couler beaucoup d’encre, notamment pour sa capacité à réinventer -et fluidifier- l’expérience client en point de vente. En proie à quelques problèmes techniques à ses débuts, le concept développé par Amazon pourrait bien être sur le point d’être déployé plus largement, selon toute vraisemblance, les difficultés rencontrées au sein du magasin ayant depuis été résolues. Bientôt, ce pourrait être un autre géant du Web qui pourrait faire parler de lui pour les mêmes raisons : le Chinois Alibaba. Ne cessant de répéter qu’elle est une entreprise de technologie bien plus qu’un professionnel de l’e-commerce, Alibaba a récemment apporté un peu plus d’eau à son moulin avec la présentation, le 11 novembre dernier, d’un prototype de magasin sans caisses baptisé « Tmall Supermart ».

    Le concept a été mis en avant à l’occasion de son Global Shopping Festival, aux journalistes qui avaient fait le déplacement pour couvrir cet événement commercial unique en Chine. Alibaba avait ainsi prévu un espace au sein duquel se trouvaient une sélection de technologies ‘phygitales’ qu’il développe, bien souvent, conjointement avec des grandes marques comme Maybelline. « Tmall Supermart » trônait ainsi aux côtés de miroirs intelligents, cabines virtuelles d’essayage et autres distributeurs automatiques bourrés de technologies. Si le groupe chinois ne communique que très peu pour le moment sur ce prototype, il se pourrait bien que ce soit en raison du fait qu’il n’est pas complètement abouti, un employé du groupe nous ayant confié qu’il restait quelques améliorations à apporter afin que technologiquement il soit complètement au point.

    tmall supermart,anti,amazon go,alibaba

    Du reste, en l’état, il est tout à fait prometteur. En effet, tout comme Amazon Go, lorsque le client entre sur le point de vente, il est tenu de s’identifier avec son smartphone en scannant un QR Code (photo ci-contre), ainsi, le système fait immédiatement le lien avec le compte de l’application de paiement Alipay du client. Une fois à l’intérieur, et de manière très classique, le client se sert librement des articles dont il a besoin. Détail amusant, certains produits, que le commerçant a le loisir de sélectionner à sa convenance, peuvent être équipés d’une caméra capable de décrypter l’humeur du client, et relié au prix du produit affiché sur son étiquette électronique. Ainsi, lorsque le client sourit au produit, le prix de ce dernier baisse. Et plus le sourire est grand, plus le rabais appliqué est important. Alibaba a baptisé cette technologie (gadget ?), «emotional promotion».

    La première différence avec Amazon Go, Alibaba ne précise pas de quelle manière les articles sont ajoutés à son panier virtuel. Du côté d’Amazon Go, ils sont ajoutés au fur et à mesure du picking grâce la technologie « Just Walk Out » reposant sur l’utilisation de caméras et de capteurs permettant de tracker le client dans le point de vente, et de connaitre les produits qu’il prend en rayons. Dans le Tmall Supermart, il se pourrait que les clients n’aient qu’à scanner un QR Code apposé près des produits pour que ceux-ci s’ajoutent à leur panier, un peu à la manière de ce que l’entreprise propose déjà dans ses points de vente Hema Fresh. Une fois que le client a effectué toutes ses courses, il se dirige à la sortie, et tandis qu’Amazon Go permet au client de prendre la poudre d’escampette sans avoir besoin de rien faire – le paiement est automatique sur son application Amazon Go-, le Tmall Supermart prévoit un sas au sein duquel le client fait une pause de quelques secondes pour que la technologie de reconnaissance faciale – dont l’enseigne KFC en Chine s’est équipée dernièrement - développée par Alibaba identifie le client, l’associe à son compte Alipay, et procède au paiement automatiquement. C’est donc à cette étape que la différence est la plus nette avec le concept Amazon Go se fait ressentir. Le Tmall Supermart ne parvenant pas complètement à s’affranchir de l’étape du paiement. Dans une certaine mesure, il se contente de la lisser un peu plus qu’un classique passage en caisses.

    Pour l’heure, Alibaba ne communique pas sur les ambitions qu’il nourrit pour ce Tmall Supermart. Il pourrait aussi bien en déployer des dizaines (centaines, milliers ?) aux couleurs de sa place de marché Tmall, que le commercialiser auprès de marques par exemple ou de distributeurs. Il est désormais de notoriété publique que parmi les chevaux de bataille du groupe, aider les marques et les distributeurs à améliorer leurs performances digitales dans le physique, est devenu un axe majeur de la stratégie retail d’Alibaba.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [STORE] | #Amazon #Go may be #ready to #debut | @THESTRAITSTIMES

    FROM THE STRAITS TIMES | http://bit.ly/2j81Qys

    #Amazon #Go may be #ready to #debut

    Walk in, get the items you want, then walk out of the store? For the past year, Amazon employees have been doing just that, test-driving Amazon Go, an experimental convenience store in downtown Seattle.

    The idea is to redesign the shopping experience - without the need for consumers to ever stand in line at a cashier - whether human or scanning-cum-payment machine. Amazon is vague on the mechanics, but the store relies on a mobile app and some of the same sensing technology that powers self-driving cars to figure out who is buying what. Employees have tried to fool the technology.

    One day, three enterprising Amazonians donned bright yellow Pikachu costumes and cruised around grabbing sandwiches, drinks and snacks. The algorithms nailed it, according to a person familiar with the situation, correctly identifying the employees and charging their Amazon accounts, even though they were obscured behind yellow polyester.

    Amazon Go represents the company's most ambitious effort yet to remodel the brick-and-mortar shopping experience by eliminating the checkout line, saving customers time and furthering its reputation for convenience. The push into groceries is a way for the company to get consumers to shop at Amazon more often. The e-commerce giant unveiled Amazon Go last December, saying it planned to open the store to the public early this year.

    However, it encountered technical difficulties and postponed the launch to work out the bugs, The Wall Street Journal reported in March. Seven months later, challenges remain, but the "just walk out" technology has improved markedly, added the source. And in a sign that the concept is almost ready for prime time, hiring for the Amazon Go team has shifted from the engineers and research scientists needed to perfect the platform to the construction managers and marketeers who would build and promote the stores.

    Shoppers visiting an Amazon Go outlet will scan their smartphones upon entering. Cameras and shelf sensors will work together to figure out which items have been removed and who took them. There will be no need for tracking devices, such as radio frequency chips, embedded in the merchandise. When shoppers leave, algorithms will total the order and bill their Amazon account.

    Amazon GO, Ready, debut

    The system is working well for individual shoppers, but still struggles to accurately charge people who are moving around in groups, such as families with kids who like to grab stuff, the source noted. Amazon Go engineers have been studying families shopping together and are tweaking their sensors to recognise when a child eats an item while wandering around the store. Engineers are also figuring out which person to charge when a couple go shopping together.

    Amazon has encouraged employees to enter the store in pairs and buy lunch. The company is conducting further tests and focus groups in Seattle, the source said. The focus groups are used to design protocols for in-store returns, spoilt or damaged merchandise and customer service issues that are common to brick-and-mortar retail. it is unclear how quickly Amazon Go will ramp up.

    The company has moved deliberately with its brick-and-mortar book stores, opening just 13 in seven American states since launching the first in Seattle two years ago. Analysts expect a version of Amazon Go technology to be rolled out eventually at Whole Foods Market, the upscale grocery chain that the company acquired in September. That is a far more challenging prospect because Whole Foods locations are much larger than the 1,800 sq ft convenience store and carry thousands more products.

    Amazon will need a lot more testers wearing Pikachu costumes to pull the seamless experience off.

    WASHINGTON POST

  • Imprimer

    [CONSO LAB] [E-COMMERCE] | Comment les #retailers font face à #Amazon Go ? |@JDN

    DE QUENTIN EBRARD | JDN | http://bit.ly/2xS6h7j

    Comment les #retailers font face à #Amazon Go ?

    Paiement sur smartphone, reconnaissance visuelle, RFID, smile-to-pay… Les retailers multiplient les initiatives pour réduire le temps de passage en caisse, voire pour le faire disparaître.

    En décembre dernier, Amazon mettait le feu à la grande distribution. Son supermarché sans caisses, installé à Seattle et baptisé Amazon Go, promettait de réaliser le rêve de tout client de grande surface : prendre des articles en rayon et sortir sans faire la queue à une caisse. A base de deep learning et d'analyse vidéo, cette expérimentation réservée aux seuls employés du groupe se voulait ambitieuse. "Avec Amazon Go, l'exigence du paiement instantané née sur le Web déborde sur le retail traditionnel", met en perspective Yves Marin, directeur du cabinet d'analyse Wavestone et spécialiste de la grande consommation. Toutefois, le système n'est pas au point. Amazon a reporté en mars l'ouverture de ce magasin sans caisse au grand public. Le système ne fonctionnait pas avec plus de vingt acheteurs.

    Depuis, le projet du géant de la vente en ligne se fait plus discret.  Encore un coup de communication agressive, reprocheront certains.  Pourtant, l'e-commerçant américain continue d'avancer à pas feutrés. Il souhaiterait ouvrir d'ici deux ans une quinzaine de boutiques en France s'inspirant de son concept de magasin sans caisse, selon Le Monde. De plus, il a enregistré en mai dernier auprès de l'office de la propriété intellectuelle du Royaume-Uni et de son équivalent européen, différents slogans associés à Amazon Go. Le rachat de Whole Foods en juin dernier pour pour 13,7 milliards de dollars et de ses 460 magasins interroge également à plus long terme.

    Avec Amazon Go, il n'en reste pas moins qu'Amazon a posé les bases de la grande distribution de demain et obligé les retailers à s'intéresser au paiement sans caisse. "Réduire le temps d'attente est une vraie demande du client à laquelle la technologie peut répondre. En moyenne, le passage en caisse prend six minutes sur quarante minutes de shopping en hypermarché, soit 15% du temps du client", déplore Yves Marin. C'est l'un des principaux motifs d'insatisfaction du brick&mortar en comparaison de l'e-commerce.

    Retailers, Amazon Go

    En conséquence, les initiatives foisonnent pour proposer une expérience en caisse plus rapide. Début octobre, Zebra Technologies, entreprise américaine spécialiste de l'IoT dans le retail, sort une imprimante à puce RFID mobile nommée ZQ520 R accompagnant un système de caisses autonomes. "Notre objectif est de proposer aux retailers le même type d'expérience client qu'Amazon Go", promet Jean-Baptiste Facon, senior sales Engineer retail chez Zebra Technologies. Le fonctionnement de ce matériel destiné aux produits de snacking est simple : les employés collent des étiquettes RFID sur des sandwiches et les canettes par exemple. Lors de l'achat, les clients n'ont plus qu'à poser leurs courses dans le bac intégré d'une caisse autonome. Cette dernière analyse et reconnaît immédiatement l'ensemble des articles dans le sac kraft afin de fournir le montant à payer illico. A la sortie des caisses, deux portiques capables de détecter tous les produits RFID non "détaggés" permettent d'éviter les vols. Walmart expérimente déjà ce mécanisme aux Etats-Unis.

    [LIRE LA SUITE]

  • Imprimer

    #Amazon Go: un point de vente connecté sans caisse et sans file d'attente | @adetem #distribution

    SIECLE DIGITAL | VALENTIN BLANCHOT | 05/12/2016

    [LIRE L'ARTICLE EN LIGNE]

    [POUR LIRE SUR LE MEME SUJET - MARKETING DE LA GRENOUILLE]

    [POUR ACHETER L'OUVRAGE]

    Amazon vient de dévoiler un concept de point de vente en rupture totale avec la conception de ceux que l’on connait pour la grande distribution alimentaire : Amazon Go.

    Derrière le Go, l’idée c’est « just grab and go! » Vous rentrez, prenez les produits qui vous intéressent et repartez. Il n’y a pas de caisses, tout se passe avec votre smartphone. Le comble de la technologie derrière Amazon Go, c’est qu’elle s’attaque à un secteur des plus rigides à l’intégration d’innovations : la grande distribution alimentaire. Si on a pu dire qu’Uber avait uberisé les taxis en créant ainsi une expression qui fera trembler bien des entreprises par la suite, on peut aujourd’hui remplacer uberisation pour amazonation pour la distribution alimentaire.

    Amazon avait déjà commencé à travailler un passage au points de vente physiques avec une librairie. À présent, Amazon Go vient compléter ces initiatives. C’est une nouvelle génération de magasin où les caisses n’existent plus. Il n’y a pas non plus besoin de scanner un produit. Le géant du ecommerce a équipé son magasin de capteurs, caméras, et intelligences artificielles pour détecter lorsqu’un produit est pris d’un rayon ou reposé. Ainsi il pourra remplir votre panier virtuel et lorsque vous quitterez le magasin facturer votre compte Amazon.

    La conception et l’assortiment d’Amazon Go sont entièrement dévoués à l’optimisation du temps passé dans le point de vente. Il y aura des produits prêt à manger (sandwichs, boissons, snacks), mais aussi des produits courants comme du lait, du chocolat, ou du fromage. Mieux encore, des Amazon Meal Kits seront proposés. Ils contiennent tous les ingrédients nécessaires pour cuisiner un repas pour deux en 30 minutes.

    Aucune information n’a été donnée sur la date précise d’ouverture du point de vente, à part un ‘début 2017′. Néanmoins, on sait qu’il fera un peu moins de 170 mètres carrés et est basé à Seattle.

    La raison d’être d’une telle innovation ? Le géant nous livRe sa réponse dans la page présentant sa technologie. « Il y a quatre ans nous nous sommes demandés : et si nous pouvions créer une expérience shopping sans files ni caisses ? Pourrions-nous repousser les limites de la vision par ordinateur et du machine learning pour créer un magasin où les clients pourraient simplement prendre ce qui les intéressent et ensuite partir ? Notre réponse à ces question c’est Amazon Go.