Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

première

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [ALIMENTAIRE] | #Coca-Cola va lancer sa toute #première #boisson #alcoolisée | @LESECHOS

    DE CLAUDE FOUQUET | LES ECHOS | http://bit.ly/2p61wn0

    #Coca-Cola va lancer sa toute #première #boisson #alcoolisée

    Elle ne devrait pas être vendue en dehors de l'archipel nippon et sera faiblement alcoolisée.
    Petite révolution dans le monde de Coca-Cola qu'il faudra peut-être boire à l'avenir avec modération. Cette année, et pour la première fois de son histoire, la firme d'Atlanta, connue principalement pour ses sodas, va commercialiser une boisson alcoolisée.

    Une décision qui  s'inscrit dans la politique de diversification qu'a lancée avec un certain succès le groupe, moins présent que par le passé dans les sodas mais plus dans l'eau et le thé.

    « Nous ne nous sommes jamais aventurés sur le créneau des boissons faiblement alcoolisées, mais cela illustre la manière dont nous continuons à explorer au-delà de nos marchés traditionnels »,  explique Jorge Garduño, le patron de Coca-Cola Japon sur le site de l'entreprise.

    Profiter du dynamisme du marché du Chu-Hi

    Cette nouvelle boisson sera cependant réservée au Japon, précise-t-il, en mettant en avant ses spécificités. Il faut dire qu'elle tirera son degré d'alcool d'une boisson typiquement japonaise, le shochu, principalement issu de la distillation de riz, d'orge, mais aussi de sarrasin ou de patate douce.

    Avec cette nouvelle boisson, le groupe américain entend profiter du marché florissant du Chu-Hi, des boissons faiblement alcoolisées (entre 3 et 8 degrés), essentiellement vendues en canettes dans des distributeurs. Et qui est aux mains de distributeurs locaux tels que Kirin, Suntory et Asahi.

    Si ce type de boisson était composé à l'origine d'un mélange de shochu, d'eau et d'arôme de citron, il est disponible désormais dans de nombreuses déclinaisons. Outre l'utilisation de plus en plus fréquente de vodka, les saveurs disponibles se sont multipliées : citron vert, pamplemousse, pomme, orange, ananas, raisin, kiwi, yuzu, litchi, pêche, etc.

    Une diversification qui a rencontré un succès certains auprès des consommateurs japonais, et notamment des consommatrices, puisque depuis 2011, le marché a progressé de près de 40 %.

    Le Japon, marché d'expérimentations

    Coca-Cola n'en est pas à sa première expérimentation au Japon, pays où les consommateurs sont souvent friands de nouveautés parfois improbables. La firme d'Atlanta y lance une centaine de nouveaux produits chaque année, dont la grande majorité n'est jamais commercialisée dans les autres pays.

    Outre le Coca-Cola alcoolisé, une autre boisson baptisée « The Tansan » et présentant un niveau de dioxyde de carbone plus élevé que d'habitude sera lancée au Japon cette année, selon Jorge Garduño.

    Si la boisson de la firme d'Atlanta a déjà été déclinée à travers le monde avec de nombreux goûts de fruits (vanille, cerise ou bien encore citron), début 2018, les consommateurs de l'archipel nippon ont ainsi été les seuls à se voir proposer un Coca-Cola au goût de pêche.

    Et à l'automne, la firme d'Atlanta a lancé le Coca-Cola au café qui contient 50 % de caféine en plus que le Coca traditionnel et 50 % de calories en moins. Enfin, au printemps, c'est le Coca-Cola Plus, enrichi en fibres et plus spécifiquement destinées à une population de seniors, qui a fait son apparition dans l'archipel.

     

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [DISTRIBUTION] | #Carrefour lance la #première #blockchain #alimentaire d'#Europe | @ECOMMERCEMAG

    DE DALILA BOUAZIZ | ECOMMERCE MAG | http://bit.ly/2D6Bghe

    #Carrefour lance la #première #blockchain #alimentaire d'#Europe

    Le distributeur français vient d'annoncer l'utilisation de la technologie blockchain pour sa filière alimentaire concernant le poulet et l'étendra à 8 autres catégories d'ici fin 2018. Une nouvelle étape dans la mise en oeuvre du plan de transformation Carrefour 2022.

    Carrefour lance la première blockchain alimentaire d'Europe, soit une base de données numérique sécurisée et infalsifiable sur laquelle sont stockées toutes les informations transmises par ses utilisateurs. Appliquée au secteur alimentaire, elle permet à chaque acteur de la chaine d'approvisionnement (producteurs, transformateurs et distributeurs) de renseigner les informations de traçabilité qui les concernent et ce pour chaque lot (dates, lieux, bâtiments d'élevage, circuit de distribution, traitements potentiels, etc.).

    "Devenir le leader de la transition alimentaire pour tous est l'ambition fixée par Alexandre Bompard pour le groupe Carrefour. L'intégration de la technologie blockchain constitue une étape exemplaire dans cette réalisation. C'est une première européenne qui garantit aux consommateurs une transparence totale sur la traçabilité de nos produits", explique Laurent Vallée, secrétaire général et responsable de la qualité et de la sécurité alimentaire pour le Groupe Carrefour.

    Carrefour, première, blockchain, alimentaire, Europe

    Le lancement de la technologie blockchain marque une étape importante dans la mise en oeuvre du plan de transformation Carrefour 2022. Déjà appliquée au poulet d'Auvergne Filière Qualité Carrefour, vendu à 1 million d'unités chaque année, elle sera déployée à huit autres filières animales et végétales comme les oeufs, le fromage, le lait, l'orange, la tomate, le saumon et le steak haché. Un système innovant qui garantit aux consommateurs une traçabilité complète des produits.

    Garantir une sécurité alimentaire renforcée

    Les bénéfices de la blockchain appliquée aux filières alimentaires sont nombreux : pour les consommateurs, elle répond à un besoin de transparence de plus en plus grand ; pour les éleveurs, elle leur permet de valoriser leur production et leur savoir-faire. Pour l'enseigne, elle permet de partager avec tous ses partenaires une base de données sécurisée et de garantir aux clients une sécurité alimentaire renforcée.

    Concrètement, grâce au QRCode présent sur l'étiquette du produit, le consommateur accède via son smartphone à des informations sur son produit et son parcours, depuis son lieu d'élevage jusqu'à sa mise en rayon : par exemple, pour le poulet d'Auvergne Filière Qualité Carrefour, le consommateur pourra connaître le lieu et le mode d'élevage, le nom de l'éleveur, l'alimentation reçue (nourri aux céréales et au soja français, sans OGM...), l'absence de traitement (sans antibiotique...), les labels, et le lieu d'abattage...