Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

google

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [DIGITAL] | #Google #renomme l'ensemble de ses #solutions #publicitaires | @ECOMMERCEMAG

    DE CLEMENT FAGES | ECOMMERCE MAG | http://bit.ly/2N4TIgb

    #Google #renomme l'ensemble de ses #solutions #publicitaire

    Exit Adwords, DoubleClick ou Analytics ! Place à Google Ads, Google Marketing Platform et Google Ad Manager : 18 ans après le déploiement de ses premières offres publicitaires, Moutain View veut rendre celles-ci plus lisibles auprès des annonceurs et des agences.

    Pour faire monter l'attention autour de son événement Google Marketing Live le 10 juillet prochain lors duquel seront dévoilées de nouvelles offres, Moutain View annonce aujourd'hui la refonte de ses offres destinées aux professionnels de la publicité et du marketing.

    Après avoir lancé Google AdWords en l'an 2000, le géant américain dévoile ainsi Google Ads, qui doit remplacer le premier et regrouper l'ensemble des fonctionnalités publicitaires proposées sur Google.com, YouTube.com et sur son réseau de sites tiers Google Display Network. Dans la même idée, DoubleClick et Google Analytics 360 Suite deviennent Google Marketing Platform, un espace où les marketeurs pourront planifier leurs campagnes, de l'achat média à la mesure de performance. Enfin, les offres spécifiques aux éditeurs que sont DoubleClick for Publishers et DoubleClick Ad Exchange deviennent Google Ad Manager, une "plateforme programmatique complète et unifiée", explique l'entreprise dans un communiqué qui célèbre les campagnes les plus efficaces menées depuis 18 ans.
     
    "Les annonces Google ont évolué au fil des années. Au départ, elles permettaient aux responsables marketing de toucher les utilisateurs dans la recherche Google. Désormais, elles leur servent à interagir avec les consommateurs à chaque étape du parcours client via des formats textuels, vidéo, graphiques et plus encore. C'est la raison pour laquelle nous simplifions aujourd'hui nos produits publicitaires", avance Sridhar Ramaswamy, senior vice-président de la publicité et du commerce chez Google, dans un post de blog où il explique viser notamment avec ces offres les PME, alors que l'amélioration de la transparence est des outils de contrôle est aussi évoquée.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [INVESTISSEMENT] | #Google #investit 550 millions de dollars dans l'#e-commerçant #chinois #JD.com | @LUSINEDIGITALE

    DE JULIETTE RAYNAL | L'USINE DIGITALE | http://bit.ly/2MzIH6w

    #Google #investit 550 millions de dollars dans l'#e-commerçant #chinois #JD.com

    Google multiplie ses investissements en Asie pour profiter du développement de la classe moyenne. La firme de Mountain View place cette fois 550 millions de dollars (environ 475 millions d'euros) dans l'e-commerçant chinois JD.com

    Google renforce sa présence en Asie. La firme de Mountain View vient d'investir 550 millions de dollars (environ 475 millions d'euros) dans l'e-commerçant chinois JD.com, principal concurrent du numéro un Alibaba. En contrepartie de cette augmentation de capital, Google détiendrait désormais un peu moins de 1% du capital de l'entreprise. Dans un communiqué de presse commun, les deux sociétés expliquent vouloir collaborer sur une série d'initiatives stratégiques, dont le développement de nouvelles solutions retail en Europe, aux Etats-Unisainsi qu'en Asie du Sud-Est.

    GOOGLE INTÉRESSÉ PAR L'INDIEN FLIPKART ?

    L'objectif est d'associer l'expérience de JD.com en matière de supply chain (l'e-commerçant a récemment dévoilé à Shanghai un entrepôt hautement robotisé qui n'emploie que quatre humains) avec le savoir-faire de Google en data, marketing et connaissance client pour développer de nouveaux produits en ligne. Ce rapprochement devrait donc se traduire, en premier lieu, par la promotion des produits de JD.com sur la plate-forme Google Shopping à travers le monde.

    Cotée au Nasdaq, la société JD.com est aujourd'hui valorisée environ 60 milliards de dollars. Parmi les principaux actionnaires de JD.com figurent l'américain Walmart mais aussi le chinois Tencent, à l'origine de l'application Wechat et grand rival d'Alibaba et de son application Alipay.

    Depuis quelques mois, Google accélère ses investissements sur le continent asiatique afin de profiter du développement de la classe moyenne et du manque d'infrastructures dans le retail et la finance, notamment. Par ailleurs, Google est récemment entré au capital de l'indonésien Go-Jek, spécialiste des services de VTC, et selon des sources de l'agence Reuters pourrait investir dans l'e-commerçant indien Flipkart.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [CONNECTE] | #Google perd des #centaines de #millions en essayant de #rattraper #Amazon dans la #smart #home | @LUSINEDIGITALE

    DE LENA COROT | L'USINE DIGITALE | http://bit.ly/2IdAohm

    #Google perd des #centaines de #millions en essayant de #rattraper #Amazon dans la #smart #home

    Amazon dans la smart home, Apple pour les smartphones ou encore Microsoft sur les ordinateurs… Google investit sur beaucoup de fronts et face à de nombreux concurrents... et dépense des millions pour les rattraper. A l'occasion de la publication de ses résultats semestriels, The Verge a calculé que le géant de la tech avait dépensé plus d'un demi-milliard de dollars... uniquement dans Nest.

    La maison-mère de Google, Alphabet, a publié ses résultats trimestriels lundi 23 avril. Avec un bénéfice net qui a bondi de 74% pour atteindre 9,4 milliards de dollars et un chiffre d'affaires atteignant 31,1 milliards de dollars (+26%), ces résultats sont au-dessus des attentes. Mais, plus intéressant encore, The Verges'est plongé dans les chiffres afin d'en déduire les pertes et les gains de Nest. Le spécialiste de la maison connectée ayant été officiellement absorbé par Google en février de cette année, ses résultats sont passés de la section "Other Bets" d'Alphabet aux résultats de Google. En conséquence, Google a publié une version recalculée de son exercice 2017.

    En faisant la différence entre les deux, The Verge conclut que Nest a enregistré environ 726 millions de dollars de revenus pour 621 millions de pertes dans l'année. Google a donc dépensé plus d'un demi-milliard de dollars l'année dernière afin d'assoir la notoriété de Nest dans le domaine de la maison connectée. Alors que Nest était plus calme ces dernières années, en septembre 2017 cette entité a multiplié les sorties de nouveaux produits : caméras extérieures, visiophone d'entrée, système d'alarme,… Ces nouveautés impliquant des dépenses en amont.

    GOOGLE ASSISTANT FACE À AMAZON ALEXA

    Si Google dépense autant pour le développement de ces objets, combien le géant de l'Internet investit-il en R&D pour son assistant personnel, ses smartphones ou ses ordinateurs, s'interroge le site d'information. Google doit faire face à d'autres géants de la tech dans chacun de ces secteurs : il est face à Apple dans les téléphones, Microsoft pour les ordinateurs, et Amazon dans la maison connectée et les assistants vocaux. Et il a déjà prouvé qu'il était prêt à dépenser des sommes considérables sur le marché saturé des smartphones alors même que personne ne s'attend à ce que Google ne rattrape Apple (ou Samsung) sur ce segment.

    Mais la firme a encore des chances pour rattraper Amazon et son assistant vocal Alexa sur le marché de la smart home. C'est la raison pour laquelle l'entité Nest a été rattachée à Google. L'objectif est d'intégrer l'intelligence artificielle Google Assistant à tous ses objets connectés. Et avec des équipes désormais intégrées aux équipes hardware de Google (responsables entre autres des enceintes Google Home), Nest peut se concentrer sur la recherche autour de nouveaux objets et de nouvelles applications sans avoir à étoffer l’écosystème d’objets-tiers compatibles. Entre Google et Amazon la course est plus rude que jamais dans le domaine de la smart home.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [DIGITAL] | #Fnac #Darty #partenaire de #Google dans les #objets #connectés | @FASHIONNETWORK

    DE THOMSON REUTERS | FASHION NETWORK | http://bit.ly/2EPEqql

    #Fnac #Darty #partenaire de #Google dans les #objets #connectés

    PARIS (Reuters) - Fnac Darty a annoncé lundi un partenariat avec Google (groupe Alphabet), qui permettra au géant américain de présenter ses produits connectés dans l’ensemble des magasins du groupe de distribution.

    Les clients du groupe pourront découvrir l’univers Google au sein d’espaces dédiés de 10 à 50 m2 présentant notamment les possibilités offertes par l’Assistant Google, présent sur de nombreux appareils comme l’enceinte intelligente Google Home ou les smartphones compatibles, précise le groupe français dans un communiqué.

    En août dernier, Google avait déjà lancé en exclusivité en France son enceinte intelligente connectée, intégrant l’Assistant Google, dans les magasins Fnac et Darty.

    Ce partenariat avec Google vise à répondre à l’offensive lancée également par Amazon et Apple sur le marché très prometteur des objets connectés.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [COMMERCE VOCAL] | #Target et #Google créent le #premier #coupon #vocal | @LSA

    DE FLORE FAUCONNIER | LSA | http://bit.ly/2qi9Jox

    #Target et #Google créent le #premier #coupon #vocal

    Pour les deux firmes, ce pilote vise à accroître la notoriété de ces nouveaux usages, à tester de nouveaux modes de monétisation vocale et à se renforcer face à Amazon.

    L'enseigne américaine Target s'est associée à Google pour créer un coupon activé par la voix, une première pour Google Assistant, rapporte Adweek. La promotion s'est achevée le 3 avril, en avance, car elle avait déjà atteint ses objectifs selon Target. Les consommateurs pouvaient activer la remise en disant (ou en tapant) la phrase "spring into Target" ("ouvre l'app Target") à Google Assistant, sur le haut-parleur Google Home ou sur l'app Android ou iOS du service. Ils recevaient alors un coupon de 15 dollars à valoir sur leur prochaine commande réalisée avant le 21 avril auprès de Target via le service de livraison à domicile Google Express.

    Pour l'instant, la monétisation des recherches vocales reste peu explorée. Mais cette opération montre une voie possible, visant à doper les ventes de Target (qui a tout de même dû annoncer sa promo sur d'autres canaux) et à accroître les usages de Google Assistant, notamment en démontrant qu'ils ne servent pas qu'à demander la météo ou à passer de la musique. L'assistant de Google nécessitant une forte composante shopping pour pouvoir rivaliser avec Alexa d'Amazon, on pourrait voir se multiplier ce type d'initiatives et voir progresser les coupons vocaux au même rythme que les achats vocaux.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [COMMERCE VOCAL] | #Carrefour s’#allie avec #Google pour #créer une #assistante #vocale | @PRESSECITRON

    DE SETRA | PRESSE CITRON | http://bit.ly/2Gdex9q

    #Carrefour s’#allie avec #Google pour #créer une #assistante #vocale

    Carrefour présente Léa, son assistante vocale intégrée aux enceintes connectées de Google.

    Alors qu’Amazon prépare le lancement d’Alexa et des enceintes connectées Echo dans l’Hexagone, Carrefour et Google s’allient pour créer « Léa », une sorte d’assistante connectée dédiée aux courses que l’on peut invoquer sur Google Assistant ou Google Home.

    Présentée comme « l’assistant Carrefour », Léa se base donc sur la technologie de Google pour améliorer l’expérience des clients. « Avec Carrefour et votre assistant Google, gérez votre quotidien rien qu’au son de votre voix : infos magasin, liste de courses, ingrédients de vos recettes préférées sous la main », explique Carrefour.

    Sur Google Assistant ou Google Home, l’utilisateur invoque Léa avec la phrase « Ok Google, parler avec Carrefour ». Puis il s’identifie, et après cela, il sera possible d’utiliser l’assistante de Carrefour pour gérer sa liste de courses, trouver des recettes ou encore trouver un magasin.

    « Léa a été conçue pour simplifier le quotidien de nos clients afin qu’ils puissent gérer leurs listes de courses sur les sites et applications Drive et Ooshop, uniquement à l’aide de la voix », lit-on dans un communiqué de presse. « L’assistant vocal est aussi capable d’ajouter les ingrédients au panier à partir d’une recette de cuisine et de donner des informations sur les magasins aux alentours comme l’adresse, les horaires ou l’itinéraire ».

    Pour rappel, Google Home est arrivé en France en 2017. Amazon Echo, l’enceinte connectée du géant du e-commerce Amazon, devrait quant à elle débarquer cette année. Et parmi les fonctionnalités du haut-parleur d’Amazon aux Etats-Unis, il y a la possibilité de faire ses courses via « Alexa Voice Shopping ».

    Sinon, Google a aussi récemment présenté de nouvelles fonctionnalités « transactionnelles » en France.