Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

distribution - Page 3

  • Imprimer

    Les deux visages de la France selon #Nestlé : interview de Richard Girardot, patron France [@nestle @adetem]

    LES ECHOS.FR - le 16/06 - Marie José Cougard

    Si le pays représente son troisième marché, le patron de la filiale française de Nestlé déplore les relations difficiles avec les distributeurs.

    Avec 23 usines, la France est le troisième marché du groupe Nestlé. Elle reste un lieu de prédilection pour lancer les nouveaux produits, mais le groupe y a réduit sa présence industrielle. Richard Girardot, le patron de la filiale, explique pourquoi.

    Quel est le poids de Nestlé en France ?
    Hors Davigel, que nous avons cédé en octobre, c'est 4,4 milliards d'euros et 4 % de l'activité alimentaire de la grande distribution, devant Danone et Unilever. Mais la filiale française est toujours en croissance et profitable.

    Quelle place la France a-t-elle dans la stratégie de Nestlé ?
    La France a une place historique dans le groupe. C'est le premier pays où Henri Nestlé a développé des activités lorsqu'il est sorti des frontières suisses, il y a cent quarante-huit ans. C'est un marché très complexe, mais on ne peut pas rêver mieux pour lancer de nouveaux produits et tester des tendances. C'est le pays où on peut oser des choses.

    Le groupe s'est pourtant désengagé d'activités comme les plats préparés surgelés. Il n'a plus que 23 usines, contre 30 en 2013...
    Il est devenu difficile de convaincre les actionnaires d'investir dans de nouvelles lignes de production en France. On a ouvert 9 usines en Europe en quinze ans... Zéro en France !

    [LIRE L'ARTICLE EN ENTIER]

     

  • Imprimer

    "Amazon will eat our breakfast, lunch and dinner" [#Amazon #retail #e-commerce]

    'Amazon will eat our breakfast, lunch and dinner,' says Richard Goyder
    By Sue Mitchell, March 2, 2016, Ths Sydney Mornbing Herald, Business Days

    Wesfarmers group managing director Richard Goyder says US online retail behemoth Amazon will "eat all our breakfasts, lunches and dinners", unless Australian retailers become more innovative and barriers to competition are removed.

    Mr Goyder told a retail forum in Sydney on Tuesday his biggest fear was not the competitive threat from Australian retailers, but tech companies such as Amazon, which are gearing up for a major push into Australia.

    "We've got big competition online and through a physical presence … we are in a disruptive, disrupted world," Mr Goyder told about 450 retailers at the Retail Leaders forum.

    Mr Goyder said online retailers such as Amazon, Google and asos.com could trade 24 hours a day, seven days a week and 365 days a year, while Australian bricks and mortar retailers, including Wesfarmers' Bunnings, Kmart, Target, Coles and Officeworks chains, were restricted by archaic trading hours and excessive regulation.
    Advertisement

    In Perth, for example, some large bricks and mortar retailers could only trade for six hours a day on Sunday, which is now the busiest shopping day of the week in other cities.

    However, the concept of pure bricks and mortar retailing was fast abating and all retailers needed to have an online and social media presence, he said.

    [READ THE FULL ARTICLE]



     

     

  • Imprimer

    Globetrotter, ou comment réenchanter le point de vente et l'expérience d'achat [#Marketing #Grenouille]

    La chaîne allemande de magasins de sport Globetrotter ouvre un magasin permettant de tester le matériel en conditions réelles. 

    La chaîne allemande Globetrotter Ausrüstung, spécialisée dans la vente d'équipements techniques pour les sports de plein air, a reçu l'Euroshop Retail Design Awards en 2008 pour récompenser une expérience de consommation particulièrement originale dans ses points de vente. Son Flagship de Cologne en est un des exemples les plus probants. Comment faire tester la qualité d'équipements de sports de plein air à l'intérieur d'un espace clos ? Quelles solutions envisager : des espaces d'essais libres entièrement aménagés pour recréer les conditions climatiques appropriées (une salle de simulation de pluie pour tester l'étanchéité des ponchos de randonnées, une chambre froide pour essayer les tenues de moyenne ou de haute montagne) ou encore destinés à tester le matériel en situation (un bassin de plongée et un espace aquatique dédiée au canoë) permettent aux clients de vivre une expérience en immersion sans précédent, d'autant plus que la décoration fait également la part belle aux matériaux bruts et naturels et que l'environnement sonore a été particulièrement étudié (bruits d'oiseaux, d'animaux, d'eau,etc.)