Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

marque - Page 2

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [MARQUE] | #Nyden : la nouvelle #marque du groupe #H&M se dessine | @FASHIONNETWORK

    DE ANAIS LEREVEREND | FASHION NETWORK | http://bit.ly/2DpsDyH

    #Nyden : la nouvelle #marque du groupe #H&M se dessine

    La huitième marque du groupe H&M est sur le point de se lancer. Comme nous vous l'annoncions en septembre dernier, le géant suédois préparait depuis plusieurs mois la naissance d'un nouveau concept de marque. On en sait enfin davantage sur celle-ci : elle s'appelle Nyden et elle a été confiée à Oscar Olsson, un touche-à-tout passé depuis 2013 par de multiples fonctions chez H&M, du développement international à l'analyse des ventes, jusqu'à être placé à la tête du laboratoire d'innovation du groupe en janvier 2017.

    C'est au sein de ce « lab » qu'Oscar Olsson a commencé à dessiner les contours de Nyden. Une marque attendue pour le début 2018, dont le site Internet est actif mais sans contenu, et sans que le groupe suédois n'ait encore donné de date de coup d'envoi. Mais son nouveau responsable a consenti à la décrire entre les lignes à la publication américaine TheCut.

    Nyden, marque, H&M

    Le cerveau de Nyden y confie son intérêt pour la data, qui sera au coeur de la réflexion de la marque, mais aussi sa conviction que les marques telles que nous les connaissons aujourd'hui, parfois toutes puissantes et dictant les tendances, ont vocation à disparaître. « Dans cette société future, comme n'importe quelle marque ou n'importe quel fournisseur de n'importe quoi, vous devez accepter le fait que le pouvoir n'est pas entre vos mains », a déclaré Oscar Olsson à TheCut. « Le pouvoir s'est déplacé vers ce que nous appelons les tribus. »

    Une notion de tribu évidemment liée à la génération Millenials, cible toute trouvée de ce nouveau concept. Basé à Los Angeles, comme le confie le dirigeant de cette nouvelle marque, le studio fera reposer son travail sur la co-création avec des « leaders de tribus », autrement dit des influenceurs qui façonneront la marque et non l'inverse.

    Nyden, auquel le groupe suédois rattache un « slash » comme symbole disruptif, ne s'inscrira semble-t-il pas dans la mouvance fast fashion telle qu'on la connaît, optant pour son propre calendrier, et sera positionnée plus haut de gamme que les autres labels du groupe.

    Des collections mixtes ? De prêt-à-porter, d'accessoires ? Aucune réponse n'est encore donnée. Tout juste évoque-t-on dans l'article de TheCut un mode de distribution sur le Web et en pop-up.

    Alors que son dernier concept retail, Arket, a vu le jour cet été seulement, le groupe H&M lance donc encore une nouvelle piste pour inventer, peut-être, le modèle qui se projettera le mieux vers le futur. Une réflexion indispensable pour un géant qui commence à être confronté à un recul de son chiffre d'affaires, comme lors de son troisième trimestre 2017, et remet en cause son visage tout retail, en revoyant sur certains marchés le nombre de ses magasins.à la baisse.

  • Imprimer

    [CONSO LAB] [DISTRIBUTION] | Quelle est cette mystérieuse #marque que #Leclerc s'apprête à lancer ? | @BFMTV

    DE FRÉDÉRIC BIANCHI | BFMTV | http://bit.ly/2g9Svp5

    Quelle est cette mystérieuse #marque que #Leclerc s'apprête à lancer ?

    Le patron des centres Leclerc a annoncé sur BFM Business que le groupement travaillait sur une gamme de produits de terroir baptisée "L'origine du goût".

    Faut-il voir un clin d'œil de l'amateur de peinture qu'est Michel-Édouard Leclerc au tableau L'Origine du Monde de Gustave Courbet? C'est en tout cas ce qui vient à l'esprit à l'évocation de L'Origine du goût, la marque que l'enseigne de distribution s'apprête à lancer. C'est sur BFM Business que le patron des centres Leclerc a révélé qu'une nouvelle marque était en préparation. Comme l'a précisé LSA, elle a été déposée dans la base de marques de l'INPI en 2016 ainsi que son logo.

    Comme on peut le voir sur la notice de l'INPI, elle couvrira potentiellement l'ensemble des produits alimentaires vendus en magasins, des viandes aux poissons en passant le café, le thé, les fruits et légumes, les boissons alcoolisées, les produits frais ou encore les truffes, le foie gras et le caviar. 

    Car L'Origine du Goût promet d'être une marque de produit de gamme, à défaut de "luxe", terme que réfute Michel-Édouard Leclerc. "Ce sera comme un grand cru agricole, assure le patron de l'enseigne. Une gamme à valeur ajoutée comme des produits avec moins de sucre, moins de sel et décrochés du cours des matières premières." Autrement dit des produits haut de gamme à plus forte marge. 

    marque, Leclerc

    Concrètement selon nos informations, ce sont 40 références réparties sur 12 segments (du frais à l'épicerie en passant par la charcuterie) qui seront lancées à partir de fin octobre dans 200 magasins Leclerc. Une deuxième vague de lancement de produits est aussi prévue au second semestre 2018. Il ne s'agira pas de plats préparés mais de produits bruts comme du jambon cru par exemple qui ont été sélectionnés avec les chefs de l'école de gastronomie française Ferrandi.

    Une stratégie que Leclerc présente comme un coup de pouce en direction du monde agricole qui réclame des produits d'achats plus élevés. Mais qui est aussi pour l'enseigne un important levier commercial. Car si Leclerc commercialise déjà depuis 1999 une MDD orienté sur le terroir "Nos Régions ont du talent", elle ne proposait pas de produits haut de gamme à sa marque.

    Un enjeu important tant en terme financier que d'image. Commercialement, d'abord parce que les produits premium permettent de dégager de meilleures marges. En terme d'image aussi, Leclerc veut ainsi se montrer proche du monde agricole alors qu'il est souvent pointé du doigt par cette filière. 

    [LIRE LA SUITE]

     

  • Imprimer

    [#Marketing #Grenouille] L’advergaming: outils précieux pour le marketing mobile

    Yeeply.com - Par Yassine Lahlou - 13 juillet 2015

    Advergaming, Marketing, Conso-battant, GrenouilleDans les applications mobiles, tout est possible. Par contre, il faudra au moins bien le faire, sinon cela ne servira à rien. Les loisirs, à travers le développement de jeux pour mobiles, est un secteur en pleine croissance. Placer la publicité sans qu’elle ne soit intrusive et qu’elle ne dérange l’utilisateur est plus compliqué. C’est pour cela que certaines agences de marketing mobile et grandes entreprises choisissent d’utiliser l’advergaming. Mais savez-vous en quoi consiste exactement l’advergaming dans les applications mobiles et comment il se met en place ?

    Pour lire la suite : http://bit.ly/1U6Dr7h

    Pour une analyse plus approfondie le #marketingdelagrenouille aux éditions #kawa

  • Imprimer

    [#Kawa #Marketing]- Enrichir l'expérience en magasin : plus facile à dire qu'à faire

    LE MARKETING DE LA GRENOUILLE

    Nouvelles stratégies de marques pour nouveaux consommateurs

    (../..)

    Reste une dernière suggestion également évoquée par Karine Picot-Coupey : elle consiste à faire évoluer constamment le design et l’atmosphère du magasin pour susciter l’intérêt et donner l’envie de revenir. Il est évident que l’organisation spatiale et architecturale de l’espace de vente, au même titre que la mise en évidence des produits, sont soumises à des contraintes plus fortes en magasin que dans le monde virtuel. Il s’ensuit une réelle difficulté pour les magasins physiques à suivre le rythme d’évolution du magasin virtuel, qui véhicule ainsi une image de dynamisme et d’innovation permanente, ce qui contribue à renouveler l’expérience d’achat.

    Comment compenser ce handicap ?

    Tout d’abord, en jouant sur les sens (le toucher, l’odeur, etc.) que seul un espace physique peut convenablement mettre en scène : c’est la démarche adoptée par l’enseigne allemande Globetrotter (cf. encadré 7).

    Ensuite, en se démarquant nettement de l’offre en ligne pour que le magasin physique soit aussi un lieu d’exposition et de vente d’objets éphémères, de collections uniques, créateur d’événements VIP : c’est le positionnement recherché par le magasin Colette Paris[i], concept store de luxe, sis rue Saint Honoré à Paris, qui s’associe régulièrement avec les plus grandes marques de luxe pour proposer une sélection d’articles éphémères et parfois exclusifs, « chinés » partout dans le monde.

     

    [i]  La boutique de 700 m2 environ ouverte en 1997 par Colette Roussaux et sa fille, diplômée de l’Ecole du Louvre et actuelle directrice artistique de la boutique. La boutique se veut un point de convergence des univers de la mode, du parfum, du design, de la musique, de l’édition, de la photo et des hautes technologies avec un choix de marques et de produits très exclusif. Un positionnement assumé qui a valu entre autres à la boutique parisienne d’être choisie par la marque Apple pour une commercialisation en avant-première de son Apple Watch en avril 2015 (source : http://www.igen.fr. – 24/04/2015).

    (../..)

    retour

  • Imprimer

    [#Marketing] Partagez notre actualité !

    Teaser Événement Conso'battant fin Novembre 2015

    marketing, marque, consommateur, consbattant

    http://bit.ly/1Jv7iPa