Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

service

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [SERVICE] | #Ikea et #Renault #Mobility lancent un #service de #location de #véhicules #électriques | @ECOMMERCEMAG

    DE DALILA BOUAZIZ | ECOMMERCEMAG | http://bit.ly/2HQvlQw

    #Ikea et #Renault #Mobility lancent un #service de #location de #véhicules #électriques

    Les deux marques s'associent pour offrir une solution innovante de location de véhicules 24h/24, 7 jours sur 7 en libre-service. Avec l'ambition de proposer, d'ici 2020, 100% de véhicules électriques aux consommateurs et aux clients de l'enseigne Ikea.

    Ikea France et Renault Mobility signent un partenariat pour offrir une solution innovante de location de véhicules 24h/24, 7 jours sur 7. En affichant l'ambition de proposer, d'ici 2020, 100% de véhicules électriques aux consommateurs et aux clients de l'enseigne d'ameublement.

    Une flotte 100 % électrique

    Déployé en avant-première au magasin Ikea Paris-Villiers, le service de location de véhicules en libre-service Renault Mobility sera progressivement proposé sur l'ensemble des magasins* Ikea de France d'ici à septembre 2018. Au total ce sont près de 300 véhicules particuliers et utilitaires (Trafic, Kangoo, Kangoo Z.E., ZOE) qui seront mis à disposition du grand public auprès des magasins.Dans un premier temps, les véhicules proposés seront thermiques et électriques en fonction des infrastructures de recharge disponibles sur site, pour laisser place à un parc 100% électrique d'ici 2020.

    Avec ce nouveau partenariat, nous souhaitons mettre à disposition des consommateurs un service qui renforce notre accessibilité et qui vient compléter notre offre existante. Rapide, simple d'utilisation et à un prix attractif, ce nouveau service de location permet aux utilisateurs d'adopter un mode de transport doux avec, à terme, une flotte composée à 100% de véhicules électriques. Cela illustre notre engagement en faveur d'un mode de vie plus durable", précise Vicente Cubells, directeur de la relation clients Ikea France.

    *Déploiement prévu dans 32 magasins IKEA : Avignon, Bayonne, Bordeaux, Brest, Caen, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Hénin-Beaumont, La Valentine, Lomme, Lyon-Saint-Priest, Metz, Mulhouse, Nantes, Orléans, Plaisir, Evry, Vélizy, Paris Nord, Villiers, Thiais, Franconville, Reims, Rennes, Rouen, Saint-Étienne, Strasbourg, Toulon, Toulouse, Tours, Vitrolles.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [LIVRAISON] | Essayer avant d'acheter : #Amazon étend son #service #mode #Prime #Wardrobe | @LSA

    DE LELIA DE MATHAREL | LSA | http://bit.ly/2qBxB7z

    Essayer avant d'acheter : #Amazon étend son #service #mode #Prime #Wardrobe

    Lancée en version bêta en juin 2017, cette offre est étendue à une partie des abonnés Prime américains du groupe, qui s'en réjouissent sur Twitter.

    Amazon s'apprête à lancer à grande échelle aux USA son service Prime Wardrobe. Il permet à ses clients d'essayer entre 3 et 15 vêtements ou accessoires à domicile sans les acheter et de rendre gratuitement pendant une semaine ceux qui ne conviennent pas. Il suffit pour cela à l'internaute de prendre rendez-vous gratuitement avec un livreur qui vient récupérer le produit chez eux ou de  déposer une boite prévue à cet effet chez UPS (l'équivalent américain de Chronopost).

    Cette offre, lancée en version bêta en juin 2017, est désormais disponible à une partie des abonnés prime aux USA, qui s'en réjouissent dans leurs tweets, rapporte Techcrunch.

    Le média a également remarqué une série de tweets postés par les équipes d'Amazon sur le sujet, même si le lancement officiel du service à grande échelle n'a pas été confirmé officiellement par le groupe.

    En permettant à ses clients d'essayer les produits de leur choix, Amazon fait disparaitre l'un des principaux freins à l'achat d'articles de mode en ligne, tirant une balle dans le pied des retailers physiques, qui souffrent déjà de la concurrence avec le géant de la vente en ligne. 30% des 1700 américains interrogés dans le cadre d'une étude du think tank retail Coresight Research datée de février 2018, affirment s'être détournés de Targetau profit d'Amazon pour acheter des vêtements. Amazon, qui a lancé 65 du total de ses 74 marques propres dans le domaine du vêtement, des accessoires, des chaussures et des bijoux muscle ainsi sa stratégie dans le secteur.

    Amazon n'est pas pionnier en la matière : plusieurs autres e-commerçants spécialisés dans la mode, comme Asos ou Zalando, ont lancé en 2017 des services similaires.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [DIGITAL] | #Etam teste la #caisse #libre-#service | @FASHIONNETWORK

    DE MARION DESLANDES | FASHION NETWORK | http://bit.ly/2GBqyVz

    #Etam teste la #caisse #libre-#service

    Dans le cadre de la transformation digitale du groupe Etam entamée en 2015, son enseigne phare expérimente de nouvelles solutions pour lier plus intimement commerce physique et en ligne. L’étiquetage RFID de ses produits va permettre de lancer le « ship from store » (soit l’expédition de produits depuis les magasins) et le passage en caisse libre-service. Les objectifs de l’enseigne de lingerie ? Améliorer la relation client, optimiser sa logistique et anticiper les comportements d’achat.

    Deux des boutiques parisiennes de la marque - celles de Saint-Lazare et de Faubourg Saint-Antoine - sont à ce jour équipées de la RFID, ce principe de radio-identification fonctionnant à l’aide de puces. « L’objectif est d’implémenter cet outil dans tous les magasins du réseau français, soit 450 adresses, d’ici fin 2018, début 2019. Puis ensuite, évidemment, le déployer à l’international », comme l’annonce Jonathan Attali, directeur e-commerce et innovation de la marque, dans une interview à retrouver sur FashionNetwork.com Premium.

    L’un des premiers bénéfices de ce système est d’introduire pour Etam une nouvelle option en boutique, à savoir le « paiement sans caisse traditionnelle ni hôtesse, ce qu’on appelle le "self-check out" ». Concrètement, sur une borne, le client place son panier sur un crochet, tandis que l’antenne RFID enregistre aussitôt les articles, sans que l’on ait besoin de scanner d’étiquette. Le client paie alors seul à la borne via une tablette. La première semaine d’avril, un premier test sera mené dans le magasin de Saint-Lazare à Paris. « Ce service sera ensuite déployé dans une sélection de magasins à fort trafic, comme celui des Champs-Elysées, de la rue de Rennes à Paris ou de Lyon Part-Dieu », poursuit le dirigeant.

    Pour l’entreprise, la RFID facilite également l’organisation et la gestion des stocks. Etam pourra à terme expédier des articles depuis un magasin à une cliente ayant passé commande en ligne. « Ce principe de "ship from store" sera développé progressivement, une fois que le système RFID aura été bien déployé. L’avantage, c’est que le client en ligne aura à disposition non seulement les stocks de l’entrepôt, mais aussi celui des 450 boutiques de l’Hexagone. Si une cliente à Lille veut un produit qui n’est disponible que dans le magasin de Nice, elle pourra le commander. Commercialement, cela nous permettra de diminuer les stocks résiduels, qui sont actuellement écoulés par des soldeurs. »

    Autre nouveauté chez Etam, un service d’essai avant achat sera lancé début avril, afin de lever les freins liés à l’avance de trésorerie. Pour l’instant baptisé « try at home », ce service permettra à la cliente de passer commande en ligne en laissant ses coordonnées bancaires, mais ne sera pas débitée pendant 12 jours, ce qui lui laisse donc la possibilité de retourner le produit.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [C TO C] | #Merci #Voisin, le nouveau #service de #livraison #collaborative de #Carrefour | @LINEAIRE

    DE B. MERLAUD | LINEAIRE | http://bit.ly/2hOWyr6

    #Merci #Voisin, le nouveau #service de #livraison #collaborative de #Carrefour

    Carrefour va lancer sa propre plate-forme de livraison collaborative. Le distributeur cherche à constituer une communauté de clients sur une application dédiée, Merci Voisin, qui pourront livrer ou se faire livrer leurs courses en drive. Une info Linéaires.

    La livraison sera rémunérée par une petite indemnité. Les livreurs seront notés à chaque prestation pour consolider leur réputation.

    De nombreuses plates-formes de livraison collaborative ont vu le jour ces dernières années. Certaines ont noué des partenariats plus ou moins poussés avec des enseignes, qui y voient une façon (gratuite) de proposer de la livraison à domicile en drive. Mais de tels dispositifs collaboratifs doivent surmonter deux écueils, de taille. D'abord, la richesse de la communauté construite. Il faut en effet un sacré nombre de membres inscrits pour qu'un client puisse espérer trouver quelqu'un susceptible de passer dans son quartier pour le livrer au jour et à l'heure qui l'intéressent. La crédibilité de la plate-forme, ensuite, doit être extrêmement solide pour qu'un client, qui vient de régler en ligne un gros plein de courses, transmette les références de sa commande à un inconnu.

    En choisissant une solution en propre, Carrefour estime visiblement pouvoir atteindre ces deux objectifs. La marque Merci Voisin lui appartient et, si le distributeur fait bien comprendre au client qu'il reste dans un environnement Carrefour, la confiance sera facile à établir. Les drives Carrefour et les magasins, ensuite, ne se priveront pas de communiquer largement autour du service, ce qui pourrait permettre de faire monter en puissance la communauté de clients assez rapidement.

    Merci Voisin, service, livraison, collaborative, Carrefour

    Début 2017, Carrefour a déjà expérimenté en Belgique ce principe de livraison collaborative en s'appuyant sur une application lancée par bpost, l'équivalent national de La Poste. 

    Aux États-Unis, Walmart teste pour sa part, depuis juin dernier, une mécanique de livraison collaborative proposée… aux salariés des magasins. À la fin de leur journée de travail, moyennant une prime, les employés volontaires sont invités à emporter avec eux des colis qu'ils vont livrer sur leur chemin de retour !

  • Imprimer

    Brick-and-mortar stores try to lure shoppers with service | @adetem #distribution

    DAILY HERALD | 12/04/2016

    [LIRE L'ARTICLE EN LIGNE]

    [LIRE SUR LE MÊME SUJET - LE MARKETING DE LA GRENOUILLE]

    [ACHETER L'OUVRAGE]

    ALEXANDRIA, Va. -- Outside a Best Buy store in suburban Washington, a throng of shoppers lined up early to pounce on the annual parade of Thanksgiving "doorbuster" deals that have come to mark the start of the holiday shopping season.

    But this year, the once-chaotic ritual had layers of efficiency: Shoppers got color-coded tickets guaranteeing they would receive the laptop or 4K television they came for. The entryway doors were opened just partway so customers had to enter single file instead of in a stampede.

    It was all aimed at making a harried experience go more smoothly. And between now and Christmas, some of the biggest names in retail are taking their own new steps to ease the hassles of shopping in an actual store.

    Lire la suite