Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

amazon - Page 5

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [ENSEIGNES] | #Enseignes de l’année : #Picard devance #Amazon, #Sephora et #Decathlon | @FASHIONNETWORK

    DE MARION DESLANDES | FASHION NETWORK | http://bit.ly/2C6xFDH

    #Enseignes de l’année : #Picard devance #Amazon, #Sephora et #Decathlon

    Le cabinet EY-Parthenon a dévoilé son palmarès des distributeurs plébiscités par les Français. Toutes catégories confondues, la chaîne de produits surgelés Picard remporte le titre d’enseigne de l’année 2018, devançant le géant de l’e-commerce Amazon. Le distributeur d’articles de sport Decathlon et le spécialiste de la beauté Sephora partagent la troisième marche du podium.

    Pour parvenir à constituer ce palmarès, le cabinet a interrogé plus de 8 000 consommateurs sur leur perception d’environ 150 enseignes, en se focalisant sur trois grands critères : l’offre, l’expérience en ligne et en magasin, et le service après-vente. Si Picard domine, c’est surtout grâce à la qualité de ses produits et la gentillesse des équipes, tandis qu’Amazon est reconnu pour son choix, ses prix et ses services. « Decathlon et Sephora excellent également sur les produits et le rapport qualité/prix, et ne cessent de surprendre sur l’innovation, notamment produit », indique l’étude.

    Enseignes, Picard, Amazon, Sephora, Decathlon

    Les e-commerçants sont globalement en retrait par rapport aux distributeurs spécialisés. « D’une manière générale, les pure players et les enseignes généralistes ont du mal à rivaliser avec les meilleurs spécialistes de chaque catégorie. Il y a cependant une exception de taille : Amazon, dans le multimédia, qui a acquis un statut de spécialiste dans cette catégorie », explique Guy-Noël Chatelin, associé EY-Parthenon.

    Des récompenses par catégorie ont également été décernées : dans le secteur mode femme, Zara a été plébiscitée, alors qu’Okaïdi et Petit Bateau sont à égalité sur le segment mode enfant. Au rayon mode multimarque, Les Galeries Lafayette occupent la première place.

    L’étude constate peu de disparités entre les générations. « Les meilleures enseignes par catégorie ratissent large et se classent généralement première tant auprès des Millennials que de leurs aînés. Les Millennials sont par ailleurs plus curieux et plébiscitent davantage les enseignes nouvelles et/ou plus accessibles comme Lush, Asos, Rituals ou Primark », nuance Julia Amsellem, associée EY-Parthenon.

    Dresser le palmarès des enseignes favorites dans l’Hexagone a décidément le vent en poupe, puisqu’il y a quelques jours, le cabinet OC&C publiait son classement des enseignes préférées des Français. Decathlon y domine Cultura et Picard.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [ECOMMERCE] | #Kits de #repas : #Blue #Apron, prochaine #victime d'#Amazon ? | @LSA

    DE FLORE FAUCONNIER | LSA | http://bit.ly/2C2iOu2

    #Kits de #repas : #Blue #Apron, prochaine #victime d'#Amazon ?

    Le pionnier américain de la livraison de kits de repas publie un chiffre d'affaires en déclin de 13% au 4ème trimestre 2017, suite à la réduction de son budget marketing.

    Le pionnier américain de la livraison de kits de repas, Blue Apron, publie au quatrième trimestre 2017 un chiffre d'affaires de 187,7 millions de dollars. C'est certes davantage que les 186,3 millions attendus par les analystes, mais c'est surtout 13% de moins que son chiffre d'affaires trimestriel enregistré un an plus tôt. Ce déclin s'explique surtout par une baisse du nombre de commandes, la société ayant réduit d'un tiers ses dépenses marketing pour se concentrer sur l'amélioration de son exécution opérationnelle, en particulier dans son nouveau centre de distribution de Linden, dans le New Jersey. Sur le dernier trimestre 2017, ses pertes nettes s'élèvent à 39,1 millions de dollars, 50% de plus qu'un an plus tôt mais 55% de moins qu'au troisième trimestre 2017.

    Sur la totalité de l'année, les revenus de Blue Apron augmentent de 11% à 881,2 millions de dollars, et ses pertes nettes s'établissent à 210,1 millions, quasiment quatre fois plus qu'en 2016. Quant au nombre de ses clients, il décline de 15%, conformément à la diminution des dépenses marketing, tandis que l'ARPU progresse de 246 à 248 dollars.

    Le premier semestre de cotation de Blue Apron, introduit en bourse en juin 2017, aura été particulièrement chaotique. Sa croissance s'est évanouie, des concurrents de taille ont attaqué son pré-carré à commencer par Amazon, et des difficultés dans son centre de préparation de Linden ont entamé l'expérience client et engendré des coûts importants. Un nouveau PDG, Brad Dickerson, a été nommé en novembre en remplacement de l'un des cofondateurs, afin de remettre l'entreprise sur de bons rails. En 2018, il prévoit de relancer les investissements marketing et de développer l'offre de Blue Apron. Sa vision : en faire une marque lifestyle, et plus uniquement un service de livraison de repas. Le marché a salué cette stratégie en faisant rebondir l'action de 25%. Le titre demeure toutefois 65% inférieur à son niveau d'introduction et plusieurs analystes américains parient sur le fait que la société ne se relèvera pas.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [ALLIANCE] | #Monoprix prêt à s'#allier avec le diable #Amazon ? | @BFMTV

    DE FREDERIC BIANCHI | BFMTV | http://bit.ly/2DPjlN7

    #Monoprix prêt à s'#allier avec le diable #Amazon ?

    Alors que Leclerc vient de révéler qu'il préparait une offensive anti-Amazon à Paris, Monoprix serait secrètement en train de préparer un accord avec le géant américain.

    Comment composer avec Amazon? Voilà la question que se posent tous les grands distributeurs en France. Alors que Michel-Edouard Leclerc vient de révéler sur BFMTV qu'il préparait une offre anti-Amazon à Paris, Monoprix semble prendre une voie différente en s'associant avec le géant américain. 

    Selon LSA, l'enseigne de centre-ville du groupe Casino négocierait avec les équipes françaises de l'américain pour figurer parmi les enseignes proposant leurs produits aux abonnés parisiens Amazon Prime. Une information que la direction de l'enseigne française qualifie néanmoins de "rumeur infondée" même si elle admet "qu'il n'y a aucun tabou à avoir dans le commerce actuellement et qu'il faut savoir faire confiance à ceux qui font les choses mieux que vous."

    En tout cas, si les discussions entre les deux parties s'avéraient exactes, cela permettrait très concrètement aux Parisiens d'acheter "chez Monoprix via le site ou l’application de Prime Now et se faire livrer à leur domicile en une ou deux heures" explique LSA.

    Lancé en juin 2016, Amazon Prime Now permet aux abonnés Prime (49 euros par an) de se faire livrer tous les jours entre 8h00 et minuit en moins de deux heures dans Paris et ses environs une sélection de produits alimentaires, high-tech, jeux ou encore beauté. Un service néanmoins payant sur lequel les équipes d'Amazon cherchent encore à trouver l'équilibre économique.

    En effet, au lancement d'Amazon Prime Now, la livraison en deux heures était gratuite et celle en une heure était facturée 5,90 euros. Mais le géant américain a discrètement augmenté ses prix il y a quelques mois. Désormais les clients Prime doivent s'acquitter de 7,90 euros pour une livraison en une heure (en plus de l'abonnement annuel de 49 euros) et de 3,90 euros pour la livraison en deux heures (gratuite au-delà de 40 euros d'achat).

    Monoprix, allier, Amazon

    Un pari osé pour Monoprix
    Pourquoi Monoprix signerait-il un tel accord avec Amazon? D'abord pour bénéficier de la logistique bien huilée et peu coûteuse de l'américain. Monoprix facture par exemple 8 euros la livraison des courses à domicile pour un panier inférieur à 99 euros quand Amazon la propose à 3,90 euros (pour une livraison en deux heures) voire gratuitement pour un panier à plus de 40 euros. Par ailleurs, Monoprix espère aussi profiter de l'immense audience d'Amazon pour mettre en avant ses produits. Avec 24,3 millions de visiteurs uniques par mois en moyenne en 2017, Amazon est de loin le site le plus fréquenté en France.

    Pour Amazon aussi, l'intérêt est évident. Il s'agit pour l'américain d'étoffer son offre alimentaire notamment dans le haut de gamme après avoir ouvert son programme à des enseignes comme Lavinia (vin), Fauchon (traiteur),  Bio C Bon (dans l'épicerie bio) ou Truffaut (jardinerie).

    Néanmoins si l'accord paraît pouvoir profiter aux deux, le pari semble bien plus osé pour Monoprix. D'abord parce qu'il s'agit d'un aveu d'échec sur la capacité de l'enseigne à proposer un service de livraison concurrentiel. Ensuite, parce qu'en passant par le site d'un concurrent, Monoprix ne va pas améliorer la fréquentation de ses magasins, nerf de la guerre de la grande distribution. 

    Amazon accepte de perdre de l'argent
    D'ailleurs jusqu'à présent s'associer à Amazon était le tabou ultime. En octobre dernier, la rumeur de rachat de magasins Monoprix par Amazon avait été fermement démentie par la direction. Surtout ne pas faire entrer le loup dans la bergerie, voilà la position des grandes enseignes françaises vis à vis d'Amazon et des géants du e-commerce plus globalement.

    Mais depuis quelques semaines, quelques verrous semblent avoir sauté. Monoprix a ainsi annoncé fin novembre un accord avec Ocado, le géant britannique du e-commerce alimentaire, pour mettre sur pied un entrepôt en région parisienne pour développer son e-commerce. Carrefour a annoncé en janvier un accord avec Tencent pour se développer en Chine ses ventes en ligne. Et là donc Monoprix à nouveau qui pourrait signer avec Amazon. "Tout le monde veut apprendre d'Amazon et notamment de sa puissance logistique d'où ces tentatives d'alliances, analyse un expert du secteur. Sauf que le secret d'Amazon c'est qu'ils acceptent de perdre de l'argent sur ces activités en tentant de se rattraper sur les énormes volumes écoulés. Quelle enseigne française peut se permettre ça aujourd'hui?"

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [ENSEIGNES] | #Amazon #détrônée, #Decathlon en #tête | @FASHIONNETWORK

    DE MARION DESLANDES | FASHION NETWORK | http://bit.ly/2nwyNqE

    #Amazon #détrônée, #Decathlon en #tête

    Désigné enseigne préférée des Français à cinq reprises en sept ans, le géant américain Amazon est détrôné en 2018 par le distributeur d'articles de sport Decathlon, couronné pour la première fois, selon une étude annuelle publiée par le cabinet OC&C. Depuis 2012, Amazon n'avait été devancé que par le spécialiste du surgelé Picard, par deux fois (2012 et 2015).

    En 2018, non seulement Amazon chute de son trône au profit de Decathlon, mais il n'obtient que la 5e place, devancé par l'enseigne culturelle Cultura, 2e, grâce à un bon bouche-à-oreille, Picard (3e), fort de son image de qualité, et la Fnac (4e), qui bénéficie de son rapprochement avec Darty et de l'investissement dans tous les canaux de vente décidé par son ex-PDG, Alexandre Bompard, désormais à la tête de Carrefour.

    « Le consommateur paraît frustré par les enseignes qui se basent essentiellement sur la technologie et les algorithmes », explique à l'AFP le responsable cette étude, David de Matteis, associé au sein du cabinet OC&C. Pour lui, le client est désormais plus attentif à la « transparence sur les prix » et se méfie des enseignes et des places de marché comme Amazon, qui proposent une « offre pléthorique », car souvent, la qualité ne suit pas.

    En termes de prix, Amazon est toujours bien classé, mais quand on se base sur l'adéquation de l'offre aux besoins des consommateurs, le géant américain déçoit, souligne David de Matteis.

    D'autre part, si Decathlon arrive pour la première fois en tête du classement, c'est que l'enseigne sportive est considérée comme « un champion dans sa catégorie », souligne-t-il. « Ils ont investi dans la recherche et le développement » et sont « très bons » dans leur domaine d'expertise.

    Les modèles gagnants, analyse-t-il, reposent sur une « vision claire de la proposition d'une enseigne aux consommateurs et de ses points de différenciation » : spécialisation produit, expérience client, focalisation sur une génération etc. Autre donnée qui ressort de l'étude : la prime au rapport qualité/prix. « Le critère du prix est important, mais le consommateur ne souhaite plus faire de compromission sur la qualité », explique David de Matteis, pour qui « le niveau d'exigence du consommateur s'est élevé ».

    Si on décompose le classement en fonction des marchés, c’est la chaîne française Etam qui mène la danse dans le secteur Chaussure/Habillement. Elle devance le géant Zara, Jules et Kiabi. Côté mode enfant, Petit Bateau s’impose devant Orchestra, Tape à l’œil et Sergent Major. En outre, Sephora domine le rayon beauté, suivie par Yves Rocher, Nocibé et Kiko.

    Amazon, détrônnée, Decathlon, tête

    L’étude rappelle enfin que la préférence varie selon l’âge, les différentes générations ayant des styles de vie différents. Ainsi, Cultura arrive en tête du classement des enseignes préférées chez les Millenials et la génération X, tandis que Picard est plébiscité par les Baby-boomers. Alors que Decathlon occupe la deuxième place pour tous, Amazon ne figure pas dans les 10 premiers noms cités par les Baby-Boomers.

    Méthodologie : 7 572 consommateurs français interrogés pour mesurer l'attractivité de 122 enseignes, en se basant sur différents critères (prix, qualité des produits, choix, services...).

     

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [MARQUES] | #Amazon devient la #marque la plus #valorisée du #monde devant #Apple | @LSA

    DE LEILIA DE MATHAREL | LSA | http://bit.ly/2BJKW09

    #Amazon devient la #marque la plus #valorisée du #monde devant #Apple

    La marque Amazon vaut 150,8 milliards de dollars en janvier 2018, soit 42% de plus qu'en 2017 selon le classement annuel Brand Finance Global 500.

    Amazon joue à saute-mouton avec Apple et Google. Il leur est passé au-dessus pour se saisir de la première place du classement des marques les plus valorisées du monde. Le nom de l'e-commerçant, inspiré de celui du fleuve le plus long de la planète, pèse 150,8 milliards de dollars en janvier 2018 selon le palmarès annuel Brand Finance Global 500 dévoilé ce 1er février, soit un bond de 42% sur un an.

    La valeur des marques d'Apple et de Google a beau avoir respectivement cru de 36 et de 10% entre janvier 2017 et janvier 2018, cela n'a pas été suffisant pour contenir la progression d'Amazon. Apple reste donc en deuxième position avec une valorisation de 146,3 milliards de dollars et la firme de Mountain Vue abandonne la médaille d'or pour un petit bronze avec une valorisation estimée à 120,9 milliards de dollars.

    Amazon, marque, valorisée, monde, Apple

    Cette forte progression de la valeur de la marque Amazon est partiellement liée à l'acquisition pour 13,7 milliards de dollars de l'enseigne bio Whole Foods, annoncé en juin 2017. Le groupe a désormais une emprunte physique significative sur le sol américain, canadien et britannique, où Whole Foods possédait 460 magasins au moment du rachat.

    Elle vient également saluer la stratégie d'un groupe qui se développe tous azimuts. La marketplace, dont la version américaine ne comptait pas moins de 398 millions de références en janvier 2017, était une simple librairie en ligne lors de sa création en 1994. Mais Amazon est aussi devenu un fournisseur d’infrastructure cloud. Sa branche Amazon Web Services a dégagé environ 16 milliards de dollars de chiffre d'affaires entre septembre 2016 et septembre 2017. La pieuvre est également présente dans la fabrication d'appareils électroniques grand public (avec sa gamme de haut-parleurs connectés Echo qui devraient débarquer en France en avril 2018), dans le transport maritime, la musique et le streaming vidéo. 

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [DRIVE] | #Leclerc s'#attaque à #Amazon à #Paris | @STRATEGIES

    DE EMMANUEL GAVARD | STRATEGIES | http://bit.ly/2DPaOOa

    #Leclerc s'#attaque à #Amazon à #Paris

    E. Leclerc va lancer une vaste offensive à Paris sur la vente en ligne, pour "relever le défi Amazon", selon son patron, Michel Edouard Leclerc. Livraison à domicile et Drive Piéton, pour des produits 15 à 20% moins chers.

    C’est une annonce en grande pompe qu’a fait Michel-Edouard Leclerc, face à Jean-Jacques Bourdin. L’enseigne se lancera dans la livraison à domicile à Paris, pour faire face aux visées du géant américain Amazon sur le commerce en ligne de produits alimentaires, a expliqué mercredi son patron, Michel-Edouard Leclerc. « Nous allons relever le défi d'Amazon sur la ville la plus chère de France », a expliqué M. Leclerc sur BFM TV / RMC. Leclerc va se lancer « à la fin de ce printemps » sur « certains quartiers » dans la « vente à domicile », avant une extension progressive à venir sur l'ensemble de la ville, a indiqué le distributeur. Le service se nommera Leclerc chez Moi.

    Leclerc, attaque, Amazon, Paris

    Le projet prévoit notamment des « drive piétons » et des « dépôts relais », a indiqué M. Leclerc. Les efforts de Leclerc dans le numérique vont amener « des créations d'emplois à très haute valeur ajoutée, avec beaucoup de technologie », a par ailleurs indiqué le dirigeant. Le groupe emploie à Toulouse « 500 ingénieurs travaillant sur des algorithmes, des applications sur la monétique », a-t-il dit.

    Cette annonce intervient une semaine après celle de Carrefour, par la voix d’Alexandre Bompard, et de son plan de transformation digitale, qui prévoit notamment la suppression de 2400 postes, et des accords en Chine avec le pure player Tencent. Auchan, de son côté, dans cette région du monde, s’est associé avec le géant Alibaba. Leclerc pour sa part, en France, entend s’attaquer seul au marché du numérique, et mettre en place la logistique adéquate. Par ailleurs, « les produits seront 15 à 20% moins chers que les enseignes de proximité », a ajouté Michel Edouard Leclerc, affirmant encore son positionnement prix.