Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

amazon - Page 4

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [DIGITAL] | #Amazon #Pay à la conquête des #marques #françaises | @FASHIONNETWORK

    DE MATTHIEU GUINEBAULT | FASHION NETWORK | http://bit.ly/2GhR1Y8

    #Amazon #Pay à la conquête des #marques #françaises

    De Kiabi à Lacoste en passant par La Perla, L'Occitane, Cache-Cache, Bonobo ou Eden Park, la solution de paiement du groupe Amazon mène une vaste opération de séduction auprès des marques tricolores.

    La solution, utilisée par 38 millions de clients dans le monde, a été progressivement déployée dans 200 pays. Quelque 40 % des clients américains ou britanniques du portail se sont déjà prêtés à l'exercice, qui consiste à effectuer des achats sur des sites tiers en utilisant les données bancaires associées à leur compte Amazon. Une déclinaison des systèmes de « log in » simplifiés de longue date mis en place par Facebook.

    « Au niveau des marchands ayant adopté le système de paiement d'Amazon, nous avons assisté à une hausse de 80 % des utilisations », indique Giuglio Montemagnon, directeur général Europe d'Amazon Pay, à l'occasion du salon E-commerce 1to1, qui se tient à Monaco du 20 au 22 mars. « Aujourd'hui, Les Français sont de plus en plus à l'aise pour faire des achats en ligne, ainsi que sur leur mobile. Après le déploiement en France en avril 2017, nous avons eu de très bons retours de la part des marchands (...) Le consommateur moyen peut avoir jusqu'à 10 combinaisons de noms d'utilisateurs et mots de passe. L'identité unique est un facteur de fidélisation pour les marques. »

    Amazon, Pay, marques, françaises

    « Les équipes d'Amazon n'ont pas proposé juste un service, mais un vrai partenariat à long terme », explique à FashionNetwork.com Eric Laurain, le responsable des paiements internationaux de Kiabi, qui vient d'annoncer son rapprochement avec l'américain. « Plus de 70 % de nos clients sont aussi des clients d'Amazon, ce qui veut dire que nous avons la même cible, à savoir toute la famille. Sachant que le gain de temps pour nos clients est un axe important pour Kiabi et qu'Amazon Pay permet de ramener le processus de paiement à environ une minute, cela nous a évidemment intéressé. Et il y a également la notion de sécurité, notamment quand il s'agit des achats sur mobile, qui est un avantage. »

    La stratégie d'Amazon Pay est aujourd'hui bâtie sur trois axes. L'identité unique, la confiance et le « consommateur connecté », qui consiste à défricher avec les partenaires d'Amazon les nouveaux horizons du commerce. Amazon est en effet bien connu pour avoir démocratisé l'idée de la livraison par drone ou des abonnements. Le commerce conversationnel, ou commerce vocal, fait notamment partie de ces horizons, puisqu'au centre de la démarche se trouve Alexa, l'assistant vocal par enceinte connecté dont la sortie en France se fait attendre.

     

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [BEAUTE] | Comment #Sephora réussit à #contrer #Amazon aux #Etats-#Unis | @LESECHOS

    DE ANAIS MOUTOT | LES ECHOS | http://bit.ly/2HLB61o

    Comment #Sephora réussit à #contrer #Amazon aux #Etats-#Unis

    Le géant du maquillage continue à se développer aux Etats-Unis, son premier marché. Une performance liée au recul des grands magasins et au refus des marques de luxe d'être vendues sur Amazon.

    Quand Sephora a ouvert son premier magasin, à New York il y a vingt ans, le succès n'a pas été tout de suite au rendez-vous. « Les grandes marques voyaient d'un mauvais oeil ce nouveau venu offrant un accès libre aux produits », raconte Calvin McDonald. Le PDG de Sephora aux Etats-Unis aime bien rappeler les débuts difficiles du groupe pour marquer le contraste avec la situation aujourd'hui.

    Première étape de son expansion internationale, après son rachat par LVMH (propriétaire des 'Echos') en 1997, les Etats-Unis représentent désormais le premier marché du distributeur de cosmétiques. Le géant français ne communique pas le chiffre d'affaires de ses filiales, mais Sephora aurait totalisé 6 milliards de dollars de ventes en 2017, dont près de la moitié aux Etats-Unis, selon Euromonitor. De quoi occuper la place de numéro 3 des magasins de beauté aux Etats-Unis, derrière les chaînes américaines Ulta et Bath & Body Works. Avec un taux de croissance à deux chiffres, la société va continuer à étendre son réseau, déjà composé de 362 boutiques et de 642 points de vente dans les grands magasins JC Penney, en ouvrant 35 magasins supplémentaires cette année.

    « Nous leur ouvrons les bras »
    Alors que la majorité des distributeurs de produits de grande consommation  souffrent de la concurrence du commerce en ligne , Sephora attire toujours plus de clients dans ses magasins. Le groupe bénéficie du refus des marques traditionnelles d'être vendues sur Amazon. Si des produits d'entrée de gamme comme Maybelline sont disponibles sur le site du géant de Seattle, ceux de Givenchy ou Dior ne sont accessibles qu'à travers Prime, son service de livraison illimité. Au total, seules un quart des marques distribuées chez Sephora étaient en vente sur Amazon en septembre 2017, selon un rapport de Gartner.

    Sephora bénéficie aussi du  recul des grands magasins comme Macy's , qui conduit les marques haut de gamme à repenser leur stratégie de distribution. « Nous leur ouvrons grand les bras », déclare Calvin McDonald, en évoquant l'ajout des crèmes La Mer et des parfums Jo Malone au printemps, des crèmes Kiehl's en août, et des tests avec Sisley dans un certain nombre de points de vente. Une manière de se distinguer également d'Ulta, le numéro 1 américain, plus axé sur les produits d'entrée de gamme et qui connaît une très forte croissance avec l'ouverture d'une centaine de magasins par an.

    Sephora, contrer, Amazon, Etats-Unis

    Incubation de marques
    La stratégie du distributeur français aux Etats-Unis repose aussi sur une offre plus large qu'en Europe car les consommatrices américaines sont très friandes de jeunes marques émergentes. En 2016, les ventes des marques de beauté de niche ont augmenté de 43 % contre une moyenne de 5 % pour l'ensemble des fabricants, selon NPD.

    Sephora incube d'ailleurs un certain nombre d'entre elles, en échange d'un contrat d'exclusivité. « Nous leur servons de laboratoire de test avant un déploiement à l'international », explique Calvin McDonald. Le groupe s'appuie notamment sur Kendo, un accélérateur de jeunes pousses créé par l'ancien patron de Sephora America, d'où est récemment sortie Fenty Beauty, une gamme de produits conçue par la chanteuse Rihanna. « Un énorme succès avec 100 millions de dollars de ventes en quatre mois », indique Anish Melwani, le PDG de LVMH USA. Quitte à froisser les autres fabricants, qui accusent parfois l'enseigne de privilégier les marques de LVMH.

    La société utilise également son laboratoire d'innovation situé à San Francisco pour mener une réflexion poussée sur le futur des magasins physiques. « Si la seule raison de venir en boutique, c'est de faire une transaction, vous êtes en mauvaise position », estime Calvin McDonald, qui cherche à transformer Sephora en un lieu où « apprendre et jouer ». Les ateliers de groupe et les offres de recommandations personnalisées s'appuyant sur des outils technologiques (appareil photographiant la peau, thermomètre mesurant l'hydratation...) ont ainsi été inventés en Californie.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [DISTRIBUTION] | #Amazon confirme vouloir se #développer dans l'#alimentaire en #France | @FASHIONNETWORK

    DE THOMSON REUTERS | FASHION NETWORK | http://bit.ly/2oMbo60

    #Amazon confirme vouloir se #développer dans l'#alimentaire en #France

    Le groupe américain de commerce par Internet Amazon envisage de développer son offre dans l'alimentaire en France, déclare dans le Journal du Dimanche le directeur général de sa filiale française, Frédéric Duval.

    « C'est un axe de développement fort pour Amazon, depuis le lancement de notre offre Amazon Fresh aux Etats-Unis en septembre 2016 », explique-t-il dans l'hebdomadaire dominical. « Le rachat de Whole Foods Market en juin 2017 marque une nouvelle étape dans cette ambition. »

    « Nous avons très envie de lancer ce service en France », ajoute-t-il, tout en soulignant qu'Amazon propose déjà des formules d'abonnement à des produits courants et qu'aller plus loin suppose des investissements importants.

    Il rappelle qu'Amazon a investi plus de deux milliards d'euros en France depuis 2010 et va recruter en 2018 2 000 personnes en contrat de travail à durée indéterminée, à tous les niveaux de qualification et sur tous ses sites français.

    Il assure par ailleurs qu'il n'y a plus de « soucis » avec le fisc français et refuse qu'Amazon soit mis « dans le même sac » que les autres géants américains de l'internet, les « Gafa ». « Je fais confiance aux pouvoirs publics pour reconnaître ceux qui sont réellement vertueux », ajoute Frédéric Duval.

    Dans la même édition du JDD, le ministre français de l'Economie et des finances, Bruno Le Maire, assure qu'Amazon est « le bienvenu en France ». « Ma priorité absolue, c'est la création d'emplois et Amazon représente des milliers d'emplois », notamment des personnes peu ou pas qualifiées dans des zones peu attractives, explique-t-il.

    Il admet que la concurrence d'Amazon « impose des évolutions » à la grande distribution et rappelle que des partenariats sont en discussion entre le groupe américain et des groupes français, notamment dans le secteur des produits alimentaires. Ainsi, Système U poursuit des discussions sur une éventuelle alliance avec Amazon, a annoncé mercredi le président du groupement de commerçants indépendants.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [ECOMMERCE] | #eBay et #Amazon ouvrent des sections "#10$ et moins" pour contrer #Wish | @LSA

    DE FLORE FAUCONNIER | LSA | http://bit.ly/2I7vmjq

    #eBay et #Amazon ouvrent des sections "#10$ et moins" pour contrer #Wish

    eBay vient d'ouvrir une catégorie dédiée aux références de moins de 10 dollars. Amazon avait déjà procédé de même en janvier. Dans leur viseur : l'app de produits chinois direct-usine Wish.

    eBay a mis en ligne le 1er mars une section "10$ et moins" sur sa plateforme (en France "15€ et moins"), qui englobe des millions de produits dans des centaines de catégories. Ces produits sont commercialisés à prix fixes (pas d'enchères) et les frais de livraison sont offerts. Des filtres permettent même de n'afficher que les gadgets tech à moins de 3 dollars, ou encore des lunettes de soleil à 5 dollars. En janvier, Amazon avait déjà ouvert une section "10$ et moins" accessible aux abonnés Prime comme à ses autres clients, dont les articles bénéficient aussi d'une livraison gratuite.

    Ebay, Amazon, 10$, Wish

    Pourquoi ces initiatives ? Très certainement en raison du succès de Wish. Cette application mobile californienne de vente de produits à très bas prix livrés directement depuis des usines chinoises fait actuellement un carton dans le monde entier, à commencer par l'Amérique du Nord et l'Europe. C'est d'ailleurs en bonne partie l'exemple de cette marketplace mobile qui a incité Amazon à se lancer dans le fret maritime en provenance de Chine, de manière à proposer aux fabricants chinois un accès encore plus direct aux consommateurs américains. Aux Etats-Unis, la récession a provoqué une montée en puissance des chaînes de magasins à très bas prix, comme le montre le déploiement ultra-rapide de l'enseigne Dollar General.
     

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [MODE] | #Amazon serait le #deuxième #distributeur de #mode le plus populaire aux #États-Unis | @FASHIONNETWORK

    DE ROBIN DRIVER | FASHION NETWORK | http://bit.ly/2CBmmza

    #Amazon serait le #deuxième #distributeur de #mode le plus populaire aux #États-Unis

    Selon une nouvelle étude de Coresight Research, le géant du e-commerce Amazon est de plus en plus plébiscité pour son offre d’habillement. Les chaussures et le sportswear sont ses catégories les plus vendues et la facilité de recherche est citée comme son principal avantage. Menée auprès de 1 699 consommateurs américains et portant sur leurs habitudes de shopping au début de l’année, cette étude montre que seul Walmart dépasse Amazon en nombre d’acheteurs en 2017. Lorsque l’on demande aux participants à l’enquête où ils ont acheté leurs vêtements ou leurs chaussures dans les douze derniers mois, 41,8 % des répondants mentionnent Walmart, mais Amazon arrive en deuxième position avec 37,4 %, juste avant Target (37,3 %).

    Les membres d’Amazon Prime sont apparemment des acheteurs d’habillement particulièrement actifs sur la plateforme : 65,5 % avaient acheté au moins un article de mode en 2017. Les catégories les plus populaires sur Amazon auprès des acheteurs interrogés étaient les chaussures homme et femme et l'habillement casual pour adulte. 46,9 % des répondants qui avaient acheté des articles de mode sur le site l’année passée avaient acheté des chaussures, tandis que 36,6 % déclaraient avoir commandé des vêtements décontractés pour femme et 33,5 % des vêtements décontractés pour homme.

    Nike (16,8 %), Under Armour (13,8 %) et Hanes (12,9 %) sont les trois marques les plus achetées sur le site, ce qui indique un penchant intéressant pour le sportswear ; mais les marques privées d’Amazon affichent également de bonnes performances : 11 % des répondants qui avaient utilisé le site pour acheter des articles de mode avaient acquis des pièces des marques propres de la plateforme.

    La facilité de recherche est citée comme principale motivation d’achat sur le site par 65,4 % des acheteurs, devant la livraison peu coûteuse (62,2 %) et la disponibilité des produits (52,4 %).

    Cependant, 48 % des acheteurs de mode sur Amazon ont reconnu s’attendre à payer des prix inférieurs à ceux du marché, une donnée que Coresight interprète comme une preuve « d’un risque pour Amazon d’avoir l’image d’un distributeur discount ». L’étude a cependant montré que l’entreprise est déjà en train de prendre des mesures pour contrer cette perception en diversifiant ses propres lignes et en incluant des marques comme Nike pour étendre son offre d’habillement.

    Alors que les distributeurs de mode sont tous en train de tester différentes stratégies pour essayer de toucher le marché en pleine croissance des millennials, le rapport de Coresight a aussi permis de mieux appréhender les habitudes d’achat de cette génération.

    Selon l’étude, les jeunes consommateurs sont en général plus réceptifs à l’offre d’habillement proposée par Amazon que les générations plus âgées : 35,4 % des 18-29 ans ayant effectué des achats de mode sur la plateforme ont déclaré qu’ils aimeraient voir plus de marques de chaussures et de vêtements sur Amazon Fashion, tandis que 38,1 % montraient de l’intérêt pour le service Amazon Prime Wardrobe, qui permet aux acheteurs d’essayer les vêtements avant de payer ceux qu’ils veulent garder. C’est aussi la tranche d’âge qui a exprimé le plus d’intérêt pour les marques propres d’Amazon.

    Au final, le rapport de Coresight semble confirmer que le titan du e-commerce est en train de devenir un acteur de poids dans le secteur de l’habillement. Ces résultats paraissent faire écho aux prévisions de Cowen and Company, qui annonçait à la fin de l’année dernière que les ventes totales d’habillement d’Amazon atteindraient les 28,4 milliards de dollars en 2017 (23,04 milliards d’euros) et augmenteraient jusqu’à 35 milliards de dollars en 2018 (28,41 milliards d’euros).

    En janvier 2018, CPC Strategy a aussi publié un rapport à propos des bénéfices d’Amazon dans le secteur textile, citant l’intégration « cross-platform » de ses services et la popularité de son application mobile comme des forces motrices de son succès.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [LIVRAISON] | #Livraison #alimentaire : #Amazon pourrait #fusionner #Fresh et #Prime #Now dès 2018 | @LSA

    DE FLORE FAUCONNIER | LSA | http://bit.ly/2C4GD4g

    #Livraison #alimentaire : #Amazon pourrait #fusionner #Fresh et #Prime #Now dès 2018

    Amazon travaille sur les synergies à mettre en place entre les deux services de livraison, qu'il vient de confier à la même dirigeante. L'étape suivante est facile à prévoir : une intégration plus poussée avec Whole Foods.

    Amazon serait en train de préparer la fusion de ses deux services de livraison de courses alimentaires à domicile Fresh (large assortiment, livraison J ou J+1) et Prime Now (livraison H+1 ou H+2 depuis un entrepôt de centre-ville), rapporte Yahoo Finance. Selon le site d'informations, elle sera finalisée d’ici la fin de l’année. C'est d'ailleurs le rapprochement des deux divisions qui serait à l’origine des suppressions de postes révélées le 12 février. Or en effet, les indices ne manquent pas pour laisser penser que Prime Now, lancé sept ans après Fresh mais bénéficiant d’une bien meilleure traction, pourrait bientôt avaler son grand frère.

    Suite à l’acquisition de Whole Foods en juin 2017, Amazon avait arrêté Fresh en novembre dans plusieurs villes américaines. La page des offres d’emploi de Fresh n’évoque d’ailleurs que trois postes ouverts actuellement. Stephenie Landry, VP Prime Now, s’est également vu confier la responsabilité de Fresh et d’Amazon Restaurants en décembre, selon Recode. Et le 8 février, Amazon a branché Whole Foods à Prime Now pour livrer ses abonnés Prime sous deux heures depuis les magasins de son enseigne bio, empiétant encore un peu sur le pré-carré de Fresh. Un faisceau de signaux pas si faibles, donc, qui permet de penser que les deux services vont finir par ne faire plus qu’un. Ainsi que l’expliquait Sunny Jain, VP Consumables d’Amazon, en août à LSA : « Nous avons lancé nos innovations au sein de services distincts afin qu’ils répondent au mieux à chaque besoin. Mais si les faire converger devient pertinent pour le client, nous y réfléchirons ».

    A quand la fusion avec Whole Foods ?

    Livraison, alimentaire, amazon, fusionner, Fresh, Prime, Now

    Auparavant, cette fusion aurait soulevé de nombreuses difficultés. A chacun des deux services (sans même mentionner Pantry et Amazon.com) correspondent une méthode de livraison et un assortiment spécifiques. Mais en acquérant Whole Foods, Amazon peut désormais opérer en ship-from-store en complétant le dispositif par quelques entrepôts dédiés,  et proposer une offre à géométrie variable selon la localisation. Cela ne signifie d’ailleurs pas que les marques Fresh et Prime Now ne vont pas subsister toutes les deux, au moins pour un temps. « Je pense que nous aurons de nombreuses façons de livrer de l’alimentaire aux consommateurs. Mais en coulisses, cela fait sens de développer autant de synergies que possibles », expliquait ainsi Stephenie Landry à Recode en décembre.

    Quelle que soit la bannière sous laquelle finiront Fresh et Prime Now, l’étape suivante devrait logiquement être leur rapprochement avec Whole Foods. Amazon, qui s’est attelé sans attendre à l’intégration de Prime et du programme de fidélité de son enseigne, a d’ailleurs récemment demandé à Greg Greeley, VP Prime & Livraison, de se consacrer dorénavant à Whole Foods, d’après CNBC. Ajouter les supermarchés bio à l’offre de Prime Now constituait une étape importante, mais il y a fort à parier que l’intégration du service de livraison et de l’enseigne se poursuive de façon bien plus poussée encore.

    Fresh et Prime Now, deux trajectoires bien différentes

    Lancé en 2007, Amazon Fresh permet aux abonnés Prime de se faire livrer un large assortiment de produits alimentaires frais et secs dans la journée ou le lendemain matin de leur commande, moyennant un abonnement de 14,99 dollars par mois. Lancé en 2014, Amazon Prime Now permet aux abonnés Prime de se faire livrer gratuitement sous deux heures (ou à 7,99 dollars en une heure) une sélection d’essentiels du quotidien - piles, mouchoirs, soda…- depuis des entrepôts en centre-ville. L’assortiment est bien moins étendu que celui de Fresh (environ deux fois moins de références alimentaires), mais la croissance du service est beaucoup plus rapide (il n’a pas mis trois ans à s’étendre à 30 villes) et selon Morgan Stanley, 48% des utilisateurs de Prime Now commandent de l’alimentaire.